France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MICRO-TROTTOIR

Ces Guyanais qui ne veulent pas mettre le doigt dans l’engrenage de l’obligation vaccinale

XP.LP. Vendredi 16 Juillet 2021 - 16h18

Ils étaient quasiment deux cents au plus fort de la manifestation. Tous étaient contre l'obligation vaccinale et ont choisi de répondre à l'appel du collectif "la Jeunesse en Force 973". France-Guyane est allé à la rencontre de ces personnes qui ont accepté de faire part de cette opinion qu'ils partagent communément contre ce qu'ils considèrent comme une atteinte à nos libertés de citoyens.

  • Mme Eugénie de Sinnamary, 39 ans : "Je me suis déplacée ce matin depuis Sinnamary, bien que je travaille en tant que soignante à Kourou. Je trouve cela parfaitement aberrant ce que l'on nous dit actuellement, quand il y a quelques mois encore on nous affirmait que se faire vacciner ne serait jamais obligatoire. Me faire vacciner pour atteindre leurs pourcentages de m****, moi je dis non. Voilà c'est tout. Je serai donc bientôt chômeuse pour vivre sur le dos de l'État comme les autres." © XPLP

  • Lutjenga et Liedy de Cayenne, 19 ans : "Il n'y a pas de raison de nous obliger à nous vacciner. Cette décision va à l'encontre de la devise de la France. Au début du covid, les soignants étaient les héros au front et aujourd'hui on les déconsidère." © XPLP

  • Mayelin de Rémire-Montjoly, 25 ans : "Je suis contre l'obligation vaccinale. Je trouve cela immoral que l'on cherche à nous l'imposer. Nous sommes dans un pays où les droits de l'Homme sont appliqués, je ne vois pas pourquoi on voudrait nous contraindre." © XPLP

  • Jérôme et Fanny de Cayenne, 17 ans : "On n'a pas encore suffisamment de recul concernant le vaccin. Trop de patients l'ayant reçu ne sont plus parmi nous aujourd'hui. À ce stade, inutile de prendre des risques. Et puis le simple fait de vouloir nous y obliger est parfaitement louche. On est dans une république, non ? Il y a zéro "liberté, égalité, fraternité" là-dedans. On est pas des cobayes. C'est le rôle du préfet de relayer nos attentes au gouvernement." © XPLP

  • Arlène de Montjoly, 57 ans : "Je ne vois pas l'intérêt de ce vaccin, il n'a pas fait ses preuves. Il y a des traitements alternatifs qui existent. On interdit aux médecins de nous soigner alors que des remèdes existent. Je suis totalement contre, si on accepte ça aujourd'hui, demain c'est la dégringolade et ça ne va plus en finir. Si aujourd'hui on ne se lève pas, les gouvernements à venir sauront qu'ils peuvent tout faire avaler aux peuples !" © XPLP

  • Emmanuel de Matoury, 49 ans : "Il faut lutter contre cette dérive liberticide qui ne dit pas son nom. J'ai répondu à cet appel que j'ai vu sur les réseaux sociaux pour donner une petite force au mouvement. Je n'attends rien des autorités de l'État, ils sont là pour appliquer leur feuille de route. Il faut que les gens se mobilisent, la démocratie c'est pas faire pour ou contre le peuple, c'est faire avec nous." © XPLP

  • Daryl de Rémire, 22 ans : "Je suis certes venu pour me mobiliser contre le pass sanitaire, mais je pense que nous ne sommes pas suffisamment mobilisés pour pouvoir avoir un impact. J'aurais souhaité une Guyane plus solidaire. Si on fait le tour parmi les manifestants, il y a pas mal de privilégiés qui ont fait le choix de se vacciner. J'attends que l'on ait plus de recul avant de le faire." © XPLP

 Difficile en ce début de vendredi matin de trouver quiconque dans les rues de Cayenne qui se prononce en faveur de l'obligation vaccinale alors même que l'appel d'une partie de la jeunesse à se mobiliser a trouvé un bel écho aux abords de la préfecture où près de deux cents personnes ont manifesté. Tous étaient contre les modalités acutelles concernant le pass vaccinal et l'obligation aux soignants de se faire vacciner. Ils nous ont expliqué pourquoi. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
14 commentaires

Vos commentaires

Laguya2020 17.07.2021
Non c'est non

N est ce pas plus facile de dire non que de dire oui?

Non c'est non! Sauf pour l assistanat.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 17.07.2021

Yes! Nous les vrais Guyanais on se soigne avec nos zeb pa bisoin d’un CHU ! Respekte nous

Répondre Signaler au modérateur
bozo 16.07.2021
article tendancieux

Si on écrit
"Difficile en ce début de vendredi matin de trouver quiconque dans les rues de Cayenne qui se prononce en faveur de l'obligation vaccinale"
C'est que l'on est contre le vaccin,

le journaliste n'est pas vraiment allé demander aux gens dans les rues de Cayenne ce qu'ils en pensent,
il a passé sa journée à partager des postillons avec les Ahou !

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 16.07.2021
courage a tous

Macron ne tiendra jamais sa "promesse" de faire vaccinez tout moun!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
8 commentaires
A la une
1 commentaire