France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Cayenne : la statue de Victor Schoelcher n'est plus sur son socle

P.R. / S.H Samedi 18 Juillet 2020 - 06h16

La statue de Victor Schoelcher sur la place du même nom à Cayenne a été déboulonnée cette nuit. Le 1er juillet, elle avait d'abord été maculée de peinture rouge. Deux statues de l’abolitionniste décrié avait également été déboulonnées de leur socle en Martinique le 22 mai dernier.

  • La statue de Victor Schoelcher sur la place du même nom à Cayenne a été déboulonnée cette nuit. (image : réseaux sociaux)

 La statue de Victor Schoelcher à Cayenne était surveillée par les forces de l'ordre, notamment depuis que des militants martiniquais en aient déboulonné deux à l'effigie de l'abolitionniste le 22 mai dernier, jour de commémoration de l'abolition de l'esclavage dans l'île (LIRE ICI). Le 10 juin, date de la commémoration chez nous en Guyane, une voiture de police était même postée sur la place Schoelcher (anciennement place Victor-Hugo) de Cayenne, pour empêcher quelque exaction du même genre. Puis, dans la nuit du 1er au 2 juillet, la statue avait été maculée de peinture rouge sang (LIRE ICI). Cette nuit, la statue a donc été retirée de son socle.

Réalisée en 1896 par le sculpteur Louis-Ernest Barrias, celle-ci est située à un endroit stratégique puisque la place comprend également depuis au moins un siècle une banque, la première à avoir existé en Guyane, autrefois appelée « La Banque de Guyane ».

En décembre 2017, quelques mois après le mouvement social, cette statue fut « encagoulée ». Ce geste n’a jamais été revendiqué mais traduit un certain malaise. En effet, la posture donnée ici est celle de l’abolitionniste Schoelcher montrant la voie de la Liberté à un esclave affranchi qui semble épris de reconnaissance. À noter qu'une autre rue porte le nom de Schoelcher à Cayenne, et qu'un collège porte également son nom à Kourou.

• LIRE AUSSI :
- Commémoration de l'abolition : la Guyane et son histoire
- La statue de Victor Schoelcher maculée de peinture rouge sang
- Martinique : Des statues de Victor Schœlcher détruites
- États-Unis : Des statues de Christophe Colomb prises pour cible



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
16 commentaires

Vos commentaires

RAF973 18.07.2020

La guyane me fait de plus en plus honte. LAMENTABLE !

Répondre Signaler au modérateur
Mahury 18.07.2020

C’est triste de s’attaquer à celui qui a déclaré, bien avant tout le monde, l’esclavage comme « attentat contre l’humanité « !
Acte débile d’ignorants.

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 18.07.2020

Encore des gens qui se croient légitimes.

Répondre Signaler au modérateur
philsa973 18.07.2020
Franceguyane.fr nous prend pour des cons

On ne sait pas....
Les services de l'Etat vont déboulonner une statue en pleine nuit.....
De qui se moque t-on ?
Reste à savoir si c'est l'œuvre du groupuscule qui s'est fait remarqué hier....
Qu'on rende la Guyane aux amérindiens,tous les autres n'ont aucune légitimité...

Répondre Signaler au modérateur
bozo 18.07.2020
Est-ce le kukuxklan qui a fait ça ?

Déboulonner une statue qui représente le symbole de la fin de l'esclavage, il faut le faire...
Y aurait il un ku klux klan en Guyane ?
A moins que ce soit le travail d'un nouveau komité indépendantiste ?
Les caméras de video surveillance de la ville vont certainement apporter plus d'informations là dessus.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 18.07.2020

Ah ah “ nous ne savons pas qui a fait ça” FG petits cachotiers...
Vous étiez complices! Photos à l’appui.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
8 commentaires
A la une