• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
VIE LOCALE

À Macouria, une heure par mois pour aider ses voisins

S.R. Dimanche 18 Juillet 2021 - 15h11
À Macouria, une heure par mois pour aider ses voisins
Le maire de Macouria proposera demain aux habitants de s'inscrire sur "l'heure civique macourienne" - D.R.

 Ce lundi 19 juillet, la mairie de Macouria officialisera le (re)lancement d’une dynamique solidaire initiée au mois de mars 2020, aux balbutiements d’une épidémie qui allait créer un formidable élan de solidarité, notamment entre voisins.

 Le besoin de se sentir utile, et de venir en aide aux plus démunis face à l’isolement croissant causé par la pandémie de Covid-19, a permis d’élaborer un élan de solidarité notable à Macouria dès mars 2020. « Les citoyens sont devenus des acteurs solidaires à travers la confection de masques, de sur-blouses pour le personnel soignant, en allant faire les courses pour une personne âgée, ou encore en préparant des paniers-repas pour les plus démunis » retrace Atanase Perifan, créateur des associations « la Fête des voisins » et « Voisins solidaires ».

Contacté par voie téléphonique, ce dernier décrit un esprit de corps unique dans la commune à cette époque. Mais désormais, « que reste-t-il de cet élan de solidarité ? ». Posée telle quelle, la question trouvera probablement une réponse dès demain, à 8h30, date à laquelle l’édile de la commune Gilles Adelson proposera aux habitants de s’inscrire à "l’Heure Civique Macourienne". Un concept, déjà référencé sur internet, qui consiste à aider, une heure par mois, des habitants de son quartier avec des gestes simples.

« C’est le premier en Guyane a lancé un appel aux élus à la mobilisation solidaire. J’espère que les autres maires vont aussi lancer cet appel pour relancer cet élan de solidarité, qui est un peu tombé . » explique Atanase Perifan, qui est aussi maire adjoint du 17e arrondissement de Paris. L’élu avait déjà rencontré Marie-Laure Phinéra Horth lorsque la sénatrice d’aujourd’hui était la maire de Cayenne d’autrefois. Car le dessein final de ces instants de civisme consiste aussi à donner l’exemple, et pourquoi pas inspirer d’autres communes guyanaise, voire le chef-lieu.

Un dispositif intergénérationnel qui met - localement - en exergue les initiatives citoyennes qui fleurissent dans un contexte sanitaire des moins rassurants.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
9 commentaires
2 commentaires
5 commentaires
A la une
7 commentaires
3 commentaires
3 commentaires