• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

A l'occasion des élections municipales au Brésil, des mesures de renfort pour fermer la frontière ce week-end

Samir MATHIEU Samedi 14 Novembre 2020 - 15h41
A l'occasion des élections municipales au Brésil, des mesures de renfort pour fermer la frontière ce week-end
Les contrôles sont renforcés ce week-end sur le fleuve pour interdire la traversée entre Saint-Georges et Oiapoque, et il est quasiment impossible de franchir le poste de contrôle routier de Régina. - DR

Le préfet de Guyane Marc Del Grande a pris plusieurs arrêtés pour limiter au maximum le passage de personnes vers l'Est de la Guyane afin de consolider la fermeture de la frontière avec le Brésil à l'occasion des élections municipales. La traversée du poste de contrôle routier de Régina est quasiment impossible, sauf cas exceptionnel. Les Brésiliens sont appelés à voter pour élire leurs maires les 15 et 29 novembre. 

Les grands moyens ont été mis en place pour limiter au maximum le franchissement de la frontière entre Saint-Georges et Oiapoque ce week-end alors qu'ont lieu ce dimanche les élections municipales dans les communes de notre pays voisin. Les Brésiliens élisent leurs maires les 15 et 29 novembre. Cela concerne donc Oiapoque mais aussi l'ensemble des communes de l'Amapa sauf pour la capitale Macapa, dont de très nombreux Brésiliens de Guyane sont originaires. Le scrutin a été reporté à une date indéterminée à Macapa pour plusieurs raisons liées à des problèmes locaux. 

Pour bloquer la frontière, il y a bien évidemment la fermeture du pont de Saint-Georges effective depuis plusieurs mois mais aussi les patrouilles de la PAF (Police aux frontières) qui ont été récemment renforcées avec l'arrivée d'une nouvelle embarcation rapide, mais dont l'efficacité a été éprouvée puisque les traversées du fleuve sont toujours quotidiennes, avec des pirogues qui rejoignent les deux côtés de la rive tous les jours, quasiment 24h sur 24h, sauf la nuit ente 2 et 4 heures du matin. Les piroguiers Brésiliens savent très bien s'organiser pour éviter les patrouilles de la PAF, grâce à des embarcations plus rapides mais aussi en submergent les policiers français en venant à plusieurs pirogues en même temps sur Saint-Georges lors des patrouilles françaises.

Pour rendre plus efficace donc la fermeture de la frontière, le préfet de Guyane a décidé de taper plus en amont en rendant quasiment impossible le franchissement du poste de contrôle routier de Régina, tenu par les gendarmes. En temps normal, il suffit de se munir de sa carte d'identité pour passer. Ce week-end, c'est bien plus compliqué.

Marc Del Grande a ainsi signé plusieurs arrêtés qui interdisent le franchissement du poste de contrôle routier de Régina pour le transport de personne pour toute la durée du week-end. 

Les seules exceptions autorisées sont celles pour motif impérieux d'ordre personnel ou familial, de santé relevant de l'urgence, pour motif professionnel ne pouvant être différé y compris le fret et l'approvisionnement en denrées et matériel.

Les personnes souhaitant bénéficier de ces mesures d'exception autorisant le passage vers Saint-Georges doivent se munir des documents leur permettant de justifier leur déplacement dans ces cadres spécifiques.

Les contrevenants écoperont d'une amende de 135 euros. 

Les Brésiliens ne peuvent donc pas aller au Brésil pour voter ce week-end. Et ils ne peuvent pas voter non plus depuis le consulat où il n'y a pas de bureau de vote.
L'armée, la police civile et la marine brésiliennes accentuent les contrôles et vont faire preuve de sévérité pour interdire les flux sur la frontière ce week-end. - DR

Le Brésil accentue les contrôles et sera très sévère 
L'armée, la police civile et la marine brésiliennes sont mobilisées ce week-end dans le cadre de "l'opération électorale " visant à empêcher les fraudes et transports de biens, marchandises et personnes. Les transporteurs en infractions se verront confisquer leur bateau et moteur et encourrent des peines d'emprisonnement allant de 4 à 6 ans avec des paiements de 200 à 300 jours d'amende, ont rappelé les autorités brésiliennes ce week-end sur les réseaux sociaux. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
A la une
1 commentaire
2 commentaires
7 commentaires
12 commentaires