• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ROUTES

150 000 euros et 72 heures pour rétablir la circulation sur la RN1

Samuel Reffé Jeudi 29 Avril 2021 - 17h26
150 000 euros et 72 heures pour rétablir la circulation sur la RN1
Le préfet Thierry Queffelec a activé le Centre Opérationnel Zonal pour coordonner l'ensemble des services concernés. - D.R.

 L’effondrement de la chaussée au niveau de la crique Moucaya sur la commune d’Iracoubo rend la route nationale 1 infranchissable depuis ce jeudi matin. Des travaux de réfection d’une ampleur considérable ont été annoncés de jour comme de nuit sur les prochaines 72 heures. A Saint-Laurent-du-Maroni, les ravitaillements seront assurés par voie aérienne, et l’essence devra être rationnée.

 Les automobilistes allant et venant de Saint-Laurent-du-Maroni vers le reste du département devront une fois de plus s’armer de patience. La route nationale 1 est coupée depuis ce jeudi matin entre Iracoubo et Mana, au niveau du PR166 (crique Moucaya). Autrement dit, un énorme fossé s’est creusé suite au débordement d’un cours d’eau environnant. La circulation est impossible dans les deux sens, et aucune déviation routière n’est possible.

De quoi mobiliser tous les services de l’Etat en temps et en heure. Ce jeudi, un centre opérationnel zonal (COZ), chargé d’assurer une veille permanente sous l’autorité du préfet, a recueilli et analysé l’ensemble des données du problème. Un phénomène qui s’était déjà produit à plusieurs reprises par le passé sur cette partie de la RN1, notamment au niveau du pont de Saut-Sabbat ou encore du pont de la crique Portal du côté de Saint-Laurent.

Présent cet après-midi à la préfecture, Jean-Marie Gervaise, chef du service infrastructures et transports à la direction générale des territoires et de la mer, explique que l’affaissement important de la chaussée au niveau du PR166 est dû à “un phénomène hydrologique extrêmement important”. D’après les premiers calculs réalisés par la DGTM, la chaussée a été soumise à un débit volumique estimé entre 30 et 50 mètres cubes par seconde au moment de l’inondation. Sur ces dernières 24 heures, près de 120 mm de pluie ont été recensées dans la zone.
Retour à la normale prévu dans trois semaines
Deux points kilométriques ont également été affectés par des débordements de canaux le long de la RN1 après Iracoubo. Des affaissements de la chaussée ont été signalés ce matin au PK 201 et au PK 161. “Un alternat de passage a été mis en place sur ces zones” précisait la préfecture ce matin. Le PK166 attire toutes les attentions, puisqu’il est possible que les deux chaussées soient affaissées selon les premières constatations par voie aérienne, une analyse plus poussée de la DGTM étant impossible ce jeudi en raison des conditions météorologiques. Pour contextualiser l'affaissement brutal de la RN1, Jean-Michel Gervaise explique qu'un “effet domino” a pu se produire suite à la marée haute, un phénomène physique qui a progressivement rogné la chaussée après avoir atteint la première couche, jusqu’à la rendre impraticable.

La chaussée s'est effondrée à plusieurs endroits sur la RN1 suite aux fortes pluies. - D.R.


Après avoir dressé un premier bilan, Thiery Queffelec a annoncé qu’une enveloppe budgétaire de 150 000 euros avait été allouée aux travaux de réfection qui débuteront dès demain. Les services de l’Etat travailleront “de jour comme de nuit”, comme précisé par le préfet, pour rétablir la continuité de la circulation sur la RN1. Le retour à la normale sur l’ensemble des points concernés par des effondrements partiels de la chaussée est prévu dans trois semaines.
Les pleins d'essence rationnés dans la sous-préfecture
En l’attente, la sous-préfecture est isolée. Raison pour laquelle un avion de l’armée de l’air - CASA CN-235 - a été réquisitionné dès ce matin pour approvisionner les pharmacies en médicaments. Ce dernier pourra chaque jour faire “des rotations pour le transport du personnel ou du fret avec une capacité de trente personnes et un poids maximum de 3 tonnes” précise le préfet.

Quant à l’approvisionnement en essence, les cuves seront alimentées par une barge limitée à 46 mètres cubes de carburants mixtes qui partira dès vendredi (demain) en fonction de la météo. Afin d’éviter les ruptures, les stations-services de Saint-Laurent-du-Maroni ouvriront uniquement à 18 heures et les ravitaillements en essence ou en gasoil seront limités à 20 euros par personne. La préfecture nous a également précisé que des points de passages pour piétons ont été mis en place au niveau des trois points kilométriques où la chaussée a été endommagée. Un système de pose rapide de travures de l’armée de terre “aurait pu être mis en place” assure le préfet. Problème, ce dernier n’existe pas en Guyane…

Dans un communiqué, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a tenu à rendre hommage à tous les agents guyanais qui travaillent sur le terrain, malgré des conditions météorologiques difficiles.
Infographie pour le secteur professionnel by Samuel Reffé

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
A la une
1 commentaire