France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Vie chère : Tròp Violans et la CLCV s’en prennent à Carrefour

Samir MATHIEU Lundi 12 Août 2019 - 03h25
Vie chère : Tròp Violans et la CLCV s’en prennent à Carrefour
Les membres des collectifs ont interpellé les clients de l'hypermarché pour dénoncer la vie chère en Guyane. - Samir MATHIEU

Les collectifs Trop Violàns et CLCV se sont mobilisés samedi devant le Carrefour de Matoury. Ils ont mené une opération de sensibilisation des consommateurs sur la vie chère en Guyane.

Ils vont taper fort. L’objectif affiché des collectifs Trop Violàns, la CLCV (Association nationale de défense des consommateurs et usagers) et des 500 Frères est d’emmener les patrons des hypermarchés autour d’une table pour faire baisser les prix. Et pour arriver à ce résultat, ils vont mettre une pression sur ces familles qui détiennent les principaux sites de consommation en Guyane. Après avoir bloqué l’entrée de la Sofrigu il y a une semaine —  pour « une première sommation » — les collectifs s’en sont pris à l’hypermarché Carrefour de Matoury, détenu par la famille Hayot. Ils étaient une douzaine de militants à s’être postés devant l’entrée du magasin. Pendant plus de cinq heures, ils ont interpellés les clients de la grande surface. Ils ont choisi le samedi car c’est le jour qui enregistre le plus gros chiffre d’affaire de la semaine. Les membres des collectifs ont distribué un flyer à la clientèle. Ils leur ont expliqué leur démarche, les raisons de celle-ci et les futures actions qui vont être menées dans les semaines à venir. Parmi les intervenants sur place, il y avait la porte parole de Trop Violàns et des 500 Frères, Yvane Goua et le porte-parole du collectif CLCV Alain Chrétien Ho A Kwie. Ils dénoncent « une attente illicite sur les prix » qui serait selon eux mise en place par les trois acteurs actuels du marché des hyper et supermarchés et qui sont aussi gérants des enseignes de gros. Les trois familles qui détiennent les grandes surfaces et grossistes sont le groupe Bernard Hayot de Martinique, la famille Huygues Despointe de Martinique également et Du de Guyane.

Super NKT : vente repoussée

Pour contrer ces positions qu’ils qualifient de dominante, les collectifs passent donc à l’action. Après avoir bloqué la Sofrigu, et menée cette action à Carrefour, ils comptent poursuivre en réitérant le même type d’opération devant l’Hyper U et puis d’autres enseignes. Ils vont appeler au boycott des enseignes. Yvane Goua explique que si cela ne suffit pas, ils passeront à l’étape suivante, celle du « blocage ». Et pour la porte-parole, cela leur fera perdre « des millions d’euros ». Selon elle, « c’est le seul moyen de les faire plier ». Pour les collectifs, « la situation n’a que trop durée ». Et selon eux, leur action porte déjà ses fruits puisque l’autorité de la concurrence a reporté sa décision concernant la vente du Super NKT au mois de septembre.

Samir MATHIEU

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
8 commentaires
3 commentaires
A la une
3 commentaires