• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Cayenne / Transports

Transports: le statut des salariés de l'ex-RCT toujours «point bloquant»

S.Z. Jeudi 8 Octobre 2020 - 17h19
Transports: le statut des salariés de l'ex-RCT toujours «point bloquant»
Le transfert des transports de la RCT à la Semop ne se fait pas sans heurts. - DR

La grève à la Semop, anciennement RCT, se poursuit demain. Les négociations achoppent toujours sur la question du statut des salariés, qui réclament une « mise à disposition », pour pouvoir rester fonctionnaire.

Les négociations n'avancent pas sur le transfert des personnels, dont 55 sur 125 jusque-là fonctionnaires, de la RCT vers la Semop - le nouvel organisme privé qui gère les transports publics à Cayenne. Les salariés liés à l'UTG sont en grève et bloquent l'entrée des locaux de l'Agglo, à la Chaumière. Ils réclament une mise à disposition des agents, avec conservation du statut de fonctionnaire à la place d'un détachement d'office, fruit des réformes du gouvernement Macron et appliqué au 1er octobre à la Semop.

Les négociations de ce 8 octobre « n'ont rien donné », affirme Serge Banis, de l'UTG, puisque direction et grévistes n'ont « pas trouvé d'entente » sur le « point bloquant de la mise à disposition ». Résultat, la grève va continuer, en attendant un « retour à la table des négociations » dès demain.

En effet, « s'il y a des points bloquants, la discussion elle n'a jamais été bloquée », explique-t-on du côté de la CACL, employeur des chauffeurs jusqu'au 1er octobre. Eric Lafontaine, directeur de cabinet en charge de la CACL, dit avoir « quand même le sentiment que les choses avancent », rappelant que les négociations sur les retraites et la gestion des avancées de carrière ont été positives. Il appelle toutefois « solennellement » les grévistes à « ne pas bloquer les lieux de travail ».
« Résultat d'un fiasco politique »

Pour Martine Nivoix de la CDTG, qui n'est pas en grève, la situation actuelle est le « résultat d'un fiasco politique sur la démarche de changement » de statut de l'ex RCT. Elle souligne que « les procédures n'ont pas été respectées » et que le dossier, au premier semestre 2020, n'a pas été « soumis à l'avis du comité technique » ou du CHST.

Quoiqu'il en soit, les grévistes affiliés à l'UTG affichent une détermination intacte : « On tient le coup, le moral reste bon », affirme Serge Banis. « Si on ne continue pas, de toute façon, on n'aura pas ce qu'on veut. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

caracara 10.10.2020

Ah notre syndicat UTG bien aimé! Tout comme la CGT, un syndicat fossoyeur des entreprises! Pauvre GUYANE, qui est prisonnière de cette mafia syndicale.
UTG = union des trublions glandeurs.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 09.10.2020
quelle surprise...

Il y aurait donc des transports publics en Guyane...Je n'en reviens pas.

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 10.10.2020

Excellent !!

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 12.10.2020

La seule ligne qui fonctionne correctement et sans grève est la ligne 7, la seule qui soit sous délégation de service public. Voilà donc la solution

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 09.10.2020

La Guyane, personne ne vous croira !

Répondre Signaler au modérateur
jardin 09.10.2020

ils veulent pas travailler donc il faut les licencier, ils freinent , bloquent beaucoup de personnes

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 09.10.2020

C'est tout simplement honteux et indigne. C'est gens n'ont aucune morale et la notion de service publique leur est complètement inconnus. Avant tout leurs intérêts et rien à faire des usagers. Messieurs vous pouvez sincèrement avoir honte de ce que vous faites.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 09.10.2020
Besoin d'une grosse purge là.

Wè papa ! Ces chauffeurs de bus ont réussi à ne pas avoir repris le travail depuis le confinement en mars !!!!
Et le syndicat indépendantiste UTG qui fait chantage pour que les employés conservent le statut de fonctionnaire !!!
On aimerait bien en rire si cette poignée de fainéants grassement payés ne pénalisaient pas les milliers de personnes qui dépendent de ce misérable réseau de transport public, perpétuellement défaillant.
Virez tout le monde !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
A la une