France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
social

Tous les syndicats unis contre la réforme des retraites

Lundi 16 Décembre 2019 - 03h30
 Tous les syndicats unis contre la réforme des retraites
1 600 personnes avaient répondu à l'appel national à la grève contre la réforme des retraites, jeudi 5 décembre à Cayenne. Mardi, la mobilisation était en baisse avec environ 200 personnes dans les rues de Cayenne. - Angelique GROS

Mardi, l’ensemble des organisations syndicales de Guyane appelle à la grève contre la réforme des retraites à Cayenne et Saint-Laurent du Maroni.

La colère gronde. Et c’est dans la rue que l’intersyndicale interprofessionnelle appelle les travailleurs privés et publics à venir l’exprimer. Demain, deux marches contre la réforme des retraites sont prévues. L’une part du rond point du jardin Botanique à Cayenne pour aller à la place des Palmistes à 8h30. L’autre part à 9 heures du lycée Bertène-Juminer, à Saint-Laurent du Maroni pour rejoindre la sous-préfecture. L’appel à la grève est relayé par l’ensemble des syndicats : FO, Solidaires, Unsa, FSU, UTG, CFE-CGC, CGT, CFTC et CFDT compris. « Le président avait annoncé qu’il ne toucherait pas à l’âge de départ à la retraite ce qu’il fait finalement en plaçant l’âge pivot à 64 ans au lieu de 62 […] Après la réforme du chômage qui touche les sans-emploi, ceux qui en possède un ont compris qu’ils ont tous à perdre », souligne Martine Nivoix, secrétaire de la CFDT.

L’universalité de la réforme remise en question

Aurore Goursaud (Solidaires) dénonce un virage dangereux. « Ce gouvernement nous ment sur les chiffres, le postulat de départ qui consiste à dire que le système de retraite actuel est pas viable. C’est archi-faux. Tous les économistes un peu sérieux le disent ! Ils veulent juste financer les fonds de capitalisation, les banquiers… » Et les concessions faîtes aux policiers qui pourront garder leur régime dérogatoire de retraite ont galvanisé les syndicats. Jacqueline Arnaud, secrétaire générale adjointe de FO dénonce que « ce gouvernement cherche à diviser tous le monde. On parlait de régimes spéciaux pour la fonction publique maintenant on parle de spécificités. Les décisions du ministre sont prises en fonction de la mobilisation dans la rue alors qu’il est censé négocier avec nos représentants nationaux. D’autant qu’on attends toujours un calendrier. […] Je le dis et je le répète : notre système de retraite est un des meilleurs au monde. Il fallait l’améliorer en donnant plus de pouvoir d’achat. » L’intersyndicale demande unanimement le retrait de cette réforme des retraites.

Angélique GROS

L’UTG appelle à la grève générale dès aujourd’hui

L’UTG appelle à la grève générale illimitée dès aujourd’hui. Le syndicat demande le retrait de la réforme des retraites mais aussi pour l’application de l’Accord de Guyane et la mise en place du plan additionnel de 2, 1 milliards d’euros. Un cahier de revendications a été déposé en préfecture à l’occasion de la grève du 6 décembre. Le syndicat demande notamment la création d’un hôpital à Saint-Georges et Maripasoula, des nouveaux moyens de productions électriques en urgence à Maripasoula et Saint-Laurent du Maroni. Il demande entre autre la mise en place d’une prime « vie chère » pour l’ensemble des travailleurs du secteur privé ou encore la mise en place d’un plan de construction supplémentaire de 5 lycées et 10 collèges en dix ans. Il exige en parallèle qu’aucun licenciement ne soit effectué au sein de la base spatiale. Si le préfet a proposé une date de rencontre le 21 décembre pour aborder ces différents points, l’UTG explique attendre d’être reçue cette semaine. Une mobilisation est aussi prévue mercredi matin par rapport à l’évolution statutaire. « Nous appelons tous les guyanais à se mobiliser pour assister à la plénière à la CTG qui doit fixer une date pour le congrès des élus », souligne Jean-Marc Chemin, secrétaire général de l’UTG.