France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
social

Sofrigu : les motifs du blocage

Lundi 5 Août 2019 - 03h30
Sofrigu : les motifs du blocage
Guy Frédéric, vice-président de l’union départementale de la CLCV et Yvane Goua, porte-parole de Tròp Violans, porte-voix à la main, avec les 500 frères et rejoint par DJ Malone, ont empêché aux clients de la Sofrigu de se rendre chez le grossiste samedi matin. - Angelique GROS

Samedi matin, les associations Tròp Violans, les 500 Frères et l’union départementale CLCV ont bloqué l’accès au grossiste Sofrigu, route de Baduel, à Cayenne, pour dénoncer la vie chère et les situations de positions dominantes.

« Nous sommes là pour dire non aux monopoles. Mardi ou mercredi, une décision doit être prise par rapport au rachat de NG Kon Tia. Il vend à qui il veut, mais derrière, au travers des offres qui se profilent et de l’autorité de la concurrence qui ne fait pas son travail, on va encore créer un monopole sur le surgelé. NG Kon Tia fait rentrer le poulet congelé. Si la Safo le rachète, il n’y a plus de concurrence », alerte Yvane Goua, porte-parole de Tròp Violans (lire FA Guyane du vendredi 26 juillet). Depuis 6 heures du matin, Tròp Violans, les 500 Frères et l’union départementale de la CLCV ont érigé, samedi, un barrage devant le grossiste Sofrigu, à Cayenne, détenu comme Carrefour market, par la famille Huyghes Despointes qui a déposé une proposition de rachat d’un acteur historique de la distribution en Guyane, le groupe NG Kon Tia et de son super NKT, à Cayenne. L’offre est en cours d’examen à l’autorité de la concurrence qui doit rendre une réponse d’ici le 12 août.

D’autres actions à prévoir

C’est avec surprise que l’un des responsables de Sofrigu et une trentaine de salariés ont découvert le barrage, alors que tous les directeurs de l’entreprise sont hors du département. Les associations exigent d’entrer en contact avec la famille Huyhes Despointes, mais n’ont finalement pu qu’échanger par téléphone avec Georges Gosselin, directeur de Sofrigu. Vers 9 heures, quelques salariés sont finalement rentrés dans l’entreprise mais une majorité étaient déjà partis. En milieu de matinée, les associations se sont postées sur la route de Baduel pour distribuer des flyers aux automobilistes marqués de la phrase « Non au monopole », qui renvoie vers la page Facebook Tout est trop cher. Vers midi, le barrage a été levé, aucun client n’a pu accéder à la Sofrigu et aucune intervention de la police n’a été demandée. Un rendez-vous téléphonique est prévu aujourd’hui. Parallèlement l’union départementale de la CLCV a envoyé un courrier à la confédération qui l’a transmis au ministre de l’économie et au Premier ministre jeudi, et détaille la situation. « Nous avons déjà le groupe Hayot qui est en situation fortement dominante. Que fait l’autorité de la concurrence ? On est dans la libre concurrence mais quand des petits groupes décident de fixer leurs prix, le groupe majoritaire leur impose de s’aligner sur ses propres prix, il faut que ça s’arrête. Et encore, on est en train de crier misère le ventre plein à Cayenne mais à Maripasoula c’est hors de prix… », argumente Guy Frédéric, vice-président de l’union départementale de la CLCV. Les associations affirment qu’il ne s’agit que d’une première sommation, d’autres actions sont à prévoir. Angélique GROS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

dogs 06.08.2019

J'ai une meilleure offre des ailes de poulet ou vieille poule à 1,42 € le kg. Quand on sait que toutes les mauvaises graisses se logent à cet endroit précis de l'animal!!! Franchement on ne va pas se battre pour de la mal bouffe. Moi je préfère mon poisson frais au marché.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 06.08.2019
PEINE PERDUE

heureusement qu'il y a les békés, sinon plus rien en guyane, chaque coin de rue un chinois, aucun guyanais ne possède un commerce, de plus un octroi de merde à la con, des billets de air france extrèmement très cher. IL Y AURA QUE LES FUSEES QUI DECOLLERONT EN GUYANE.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 05.08.2019
Le poulet congelé

Poulets en batterie invendables En Métropole : c'est pour cela qu'ils se battent ?On lutte pour les causes qu'on mérite. Er les saucisses de poulet à 2€ le kilo???

Répondre Signaler au modérateur
den97300 05.08.2019
Toujours des internautes pour critiquer

La vie est chere en GUYANE, c'est un fait pas une invention. Dès que quelqu'un, guyanais ou pas,sort la tete de l'eau, les grands groupes les assommes afin qu'ils ne puissent faire de l'ombre. Et le salarié, véritable vache a lait, ne fait que survivre. Les riches deviennent encore plus riche, enrichis par ceux qui payent tout très chers. Alors un sursaut est plus que nécessaire. Mais ce qu'il faut vraiment, c'est d'apprendre a nos enfants à INVESTIR. On ne nous l'a pas appris, on l'a appris seul pour la plupart. Mais ça ne suffit pas. Alors revendiquer et manifester pour que cesse le monopole, oui, 100 fois oui. Mais apprennons surtout a nos enfants comment ne plus subir ce système "j'ai mon diplôme,j'ai un travail,et avec mon salaire,je dois tout payer"

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 05.08.2019

excellente idée que association des macoutes ouvrent un magasin a but non lucratif

Répondre Signaler au modérateur
jess 05.08.2019

ridicule maintenant que les guyanais n'ont rien parce que ils passent leur temps à se jalouser vous reprochez à certains de travailler. C'est de notre faute les guyanais on ne supporte pas voir notre compatriotes réussir donc les autres en profite.

Répondre Signaler au modérateur
dogs 05.08.2019

hum aucune confiance dans ces pieds nickelés, ça sent la manipulation à plein le nez ils cherchent comment ils peuvent arriver à manipuler les foules une fois de plus. Retroussez vos manches et ouvrez un commerce, ainsi vous comprendrez la loi du marché. Au boulot!!!!

Répondre Signaler au modérateur
jess 06.08.2019

c'est sur encore des fonctionnaires ou emploi de complaisances

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une