• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Social

Réno et Siguy : tensions sous les toits

Iris Joussen Mardi 13 Avril 2021 - 11h15
Réno et Siguy : tensions sous les toits
Le président de la CLCV vérifie les termes du contrat de location "provisoire" des familles sinistrées par les intempéries du dimanche de Pâques.

La SIGUY était encore au coeur des tensions aujourd'hui. Cette fois-ci, c'est dans le quartier de la rénovation urbaine. Les habitants sans logement à la suite des intempéries de Pâques, visitaient de nouveaux appartements... dans une certaine amertume. Explications.

Ce matin, après avoir manifesté devant la Siguy à l'avenue Pasteur, le président de la Consommation Logement Cadre de vie (CLCV), Alain Chretien-HO-A-Kwie s'est rendu au quartier de la rénovation urbaine. Les habitants ayant perdu leur logement le dimanche de Pâques avaient en effet une visite d'appartement avec des agents de la société immobilière de la Guyane (SIGUY) pour être relogés provisoirement."C'est bien plus petit pour vivre à plusieurs avec le même loyer mais c'est correct. Au moins on ne dormira plus à l'hôtel" déclare l'une des sinitrées durant la visite. Car cela fait déjà 10 jours que ces familles dorment à l'hôtel.
"C'est la mairie de Cayenne qui est intervenue pour faire bouger les choses sinon on serait encore dans la rue "
Après des défauts d'électricité, le courant semble rétabli. Reste à effectuer quelques travaux face à d'autres risques d'innondation. "La SIGUY s'est engagée à réaménagé le sol à l'entrée pour qu'il soit plus en pente. Avec la pluie, l'eau peut rentrer à l'intérieur pour le moment" explique le président de la CLCV. Mais les familles n'auront pas à attendre le début des travaux pour enménager et recevront en principe leurs clés cet après-midi.

"C'est une solution provisoire et précaire"insiste le président de la CLCV, les maisons des sinistrés doivent être restaurées et reconstruites dans les meilleurs délais". Pour combien de temps? Dur à dire et personne n'ose faire de prognostics. "Le directeur de la SIGUY ne nous répond pas. Même pour nous reloger, c'est Madame le maire qui est intervenue pour accélérer les choses et forcer la SIGUY à agir. Sinon on serait toujours dans la rue " dénonce la mère de l'une des sinistrées " 45 ans que nous louons une maison dans laquelle le bailleur n'a rien fait alors qu'un toit s'entretient tous les dix ans. C'était sûr qu'elle allait s'effonder au premier coup de vent" (Revoir la Vidéo avec ses propos sous l'article)
"La SIGUY a pris en charge des nuits d'hôtel et a proposé des solutions de relogement dès le mardi"

Contacté par nos soins, le directeur de la SIGUY, Jean-Jacques Stauch délivre sa version des faits. "C'est effectivement la maire qui m'a informé de la situation car elle s'était rendue sur place le week-end de Pâques. La SIGUY, sans y être obligée, a alors pris en charge les deux premières nuits à l'hôtel des sinistrés. La mairie, quant à elle, a decidé de prendre en charge les autres jusqu'à aujourd'hui. Mais dès le mardi 6 avril, nous leur avons proposé des solutions de relogement sauf que ce n'était pas dans le même quartier. C'est la raison pour laquelle ils ont refusé ce ré-hébergement. Nous avons alors pensé à des habitations en cours de réhabilitation à deux pas de chez eux. Comme il n'y avait ni eau ni électricité, on a dû tout réinstaller et négocier avec EDF afin de poser des compteurs. Maintenant que c'est fait, on peut faire un état des lieux."

Quant aux attaques sur les toitures, le directeur attend les retours de son expert d'assurance mais précise : "la superficie initiale des maisons louées est de 66 m2. Or les habitants ont construit des extensions sauvages - et pas toujours dans les règles de l'art - allant jusqu'à 145 m2. Le vent s'y est engoufré et a tout destabilisé".

Revoir les propos du président de la CLCV et les propos amers de l'une des habitantes sinitrées du quartier de la rénovation: 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
2 commentaires
A la une
2 commentaires
5 commentaires
1 commentaire
2 commentaires