• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIAL

Réfugiés rue Arago : le nouveau cri d’alerte de Cayenne

Gaetan TRINGHAM (g.tringham@agmedias.fr) Jeudi 14 Avril 2022 - 17h41
Réfugiés rue Arago : le nouveau cri d’alerte de Cayenne
Les réfugiés installés sur le trottoir de la rue François Arago - Photos GT

 Face à l’afflux régulier de nouveaux réfugiés, la ville de Cayenne sonne une nouvelle fois l’alerte. Sandra Trochimara, se demande si sa ville va devoir supporter encore longtemps les “stigmates de la déshumanisation” et a encore sollicité le préfet… sans réponse. Quelle est la situation ?

 Ils squattaient la rue Madame Payé, les voilà depuis maintenant plusieurs mois rue François Arago, devant les locaux de l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII).

En dépit de place dans un logement, les réfugiés ont investi les lieux par plusieurs dizaines. Hommes, femmes, enfants, familles : petit à petit, on les a vus créer un véritable campement avec du mobilier ; de quoi se reposer ; s'abriter ; de quoi faire passer le temps... Et quant au bout de plusieurs semaines, une famille obtient enfin une place dans un hébergement d’accueil, ce sont de nouvelles personnes qui arrivent via Taxico pour les remplacer. Un cycle éternel…

Le temps passe malgré lui, et des sourires apparaissent aussi -


Un cycle que la mairie de Cayenne souhaiterait enfin briser. “Pourquoi la portion du trottoir de la rue François Arago devient un nouveau territoire de vie inhumaine ?”, s’interroge Sandra Trochimara dans un communiqué d’alerte publié en ligne. “Je ne peux plus tolérer, je ne peux plus accepter, je ne peux plus laisser les trottoirs de la ville de Cayenne se tranformer en vaste camp de réfugiés à ciel ouvert !”, grogne encore l’édile.

Une des familles installée avec ses enfants -


Ce n’est pas la première fois que la municipalité alerte sur la situation. Le 22 décembre dernier, elle demandait déjà “Cayenne, ville capitale, doit-elle fermer ses frontières ? ”. La problématique d’une ville se transformant “en bidonville” et les questions d’ordre public/de sécurité publique/de salubrité publique étaient alors déjà posées.

"Trouver une solution de toute urgence"
Aujourd’hui, alors que “les drames humains et sanitaires ne cessent de s’amplifier”, Sandra Trochimara déplore les non-réponses de la Préfecture vis-à-vis de ses sollicitations.

Elle rappelle, “notre Guyane a toujours été une terre d’accueil et d’hospitalité, une terre en capacité d’offrir une place”, mais demande au préfet “de trouver de toute urgence une solution pour l’hébergement de ceux et celles qui répondent à ce droit d’asile et surtout d’agir en votre âme et conscience pour ceux et celles qui n’ont pas ce droit.



La communauté éducative de l'Externat Saint Joseph de Cluny, dont les locaux sont situés à proximité immédiate du campement, a notamment interpellé la commune sur ces problématiques.

Interrogée également par nos soins, la Préfecture ne nous a, pour l'heure, pas précisé les raisons de son silence vis-à-vis de la commune. 

A lire aussi : Les réfugiés syriens à la rue pour Noël
Les réfugiés de la rue Madame Payé attendent une solution de la Croix-Rouge

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
16 commentaires

Vos commentaires

bozo 17.04.2022
La Guyane n'est pas en capacité d'appliquer la réglementation

C'est une évidence.
D'un côté l'état n'a pas la capacité d'appliquer la convention de Genève sur l'aide aux "Vrais" réfugiés politiques, car ses services sont saturés par des détournements du processus à cause d'Haïti...
D'un autre côté, l'état n'est pas en capacité d'appliquer un décret provenant du maire de la ville.
Conclusion, en Guyane l'état de droit reste encore une vue de l'esprit.
Le problème est là, et personne n'a de solution miracle.
Mais ce n'est certainement pas des extremistes comme le Pen qui pourraient changer ça, bien au contraire, ils ne font que jeter de l'huile sur le feu.

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 15.04.2022
Clair qu'elle a raison la maire

Sa commence par squattez les rues après sa va "faire la manche" de plus en plus agressivement puis insultez et volez les gens ! Ya qu'à voir les quartiers "chauds" à Paris, Lyon, Marseille ect. Aucun politicien qui a les cou...les de passez le karcher !

Répondre Signaler au modérateur
Uku man 16.04.2022
...

Bravo pour le commentaire raciste ...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 17.04.2022

Passer le Karcher sur des gens et leurs enfants… C’est pas parce que ta Pécresse en tailleur Cioti a fait moins de 5%, qu’il faut s’en remettre à des méthodes et des fantasmes de fachos…

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 17.04.2022
M'en fout de "pecresse"

J'ai juste voter pour elle pour "déliré"... Sinon je serai rester a la case ou alors vote "blanc" (drapeau guyanais dans envelope)...

Et "karcher" faut pas prendre "literalement", sa veut juste dire "dégagez, du balaie, on nettoie tout sa" (reference a "sarko" qui avait dit sa des citées "93")...

Vous êtes "cultiver" je suis étonné que vous connaissez pas la citation...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 18.04.2022

Encore une fois vous ne comprenez pas tout. Je pense que votre référence est bien comprise mais peu appréciée. Comprenez-vous le lien Valérie Pécresse, Éric Ciotti, Nicolas Sarkozy...pour parler de fachos plus ou moins assumés ? Un peu comme ici : ne pas assumer la xénophobie voire le racisme tout en énonçant les idées du RN...et au passage, mettre un drapeau faussement guyanais dans votre enveloppe ce n'est pas voter blanc. C'est un bulletin nul. Une belle allégorie me direz-vous...

Répondre Signaler au modérateur
Patriote 19.04.2022

Je suis d'accord avec vous
Vous n'avez pas à vous excusez ou vous pliez au dictat de ces biens pensants
Ils n'ont qu'à ouvrir leurs portes pour accueillir ces " pauvres immigrés" vu que ça leur tient tant à cœur.
On vote jamais Pécresse pour " délirer"
Mais en son en âme et conscience.
Et on ne doit pas avoir honte de nos votes mais les assumer quoi qu'il en coûte
É sa ki pa kontan.....
Tounin to do ba yé
Montré yé to....

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 20.04.2022

Vous avez bien raison. Autant assumer sa xénophobie voire son racisme. C'est tendance d'être extrême dans le monde. Seul hic, Jayjay n'assume pas...

Répondre Signaler au modérateur
Bouyon Wara 15.04.2022

Que devient l'ancien "jardin des enfants" de la ville de Cayenne sur la route de Baduel? Il y a de la place pour construire quelque chose pour que Mme le maire ne soit plus gênée par la vision de la misère.

Répondre Signaler au modérateur
Zorglub1962 15.04.2022

Migrants ou pas, Cayenne ressemble déjà à un bidonville.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
Société

Les infirmiers libéraux remboursés de leurs...

Propos recueillis par Elias HALILE-AGRESTI (e.halile-agresti@agmedias.fr) - Mardi 12 Avril 2022

Bonjour Awatef, pouvez-vous vous présenter ? Bonjour. Je m’appelle Awatef Argoubi, et je suis infirmière...

Social

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 2 Avril 2022

2 commentaires
5 commentaires
A la une