France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
social

Réforme des retraites : mobilisation en baisse

Mercredi 11 décembre 2019
Réforme des retraites : mobilisation en baisse
Partis du supermarché de Saint-Laurent, les quelques 200 manifestants ont d’abord suivi la route de Saint-Jean, avant de traverser le centre-ville, à destination de la sous-préfecture. - SZ

Environ 200 manifestants ont défilé hier à Cayenne comme à Saint-Laurent du Maroni, à l’appel de l’intersyndicale, pour s’opposer à la réforme des retraites.

Après avoir réuni, 1 600 manifestants à Cayenne jeudi, le mouvement contre la réforme des retraites, menée par une intersyndicale interprofessionnelle, s’essouffle. Hier matin, ils n’étaient qu’environ 200 à participer à la marche reliant le centre commercial Montjoly 2 à la caisse générale de Sécurité sociale. Un lieu choisi pour sa symbolique : c’est en effet là que sont liquidées les retraites des salariés du secteur privé. La détermination des manifestants ne faiblit en revanche pas. « Le système de répartition que nous avons est un des meilleurs au monde. Il faut le conserver et ne ne nous voulons pas d’un système à point, que l’on sait aboutir à une baisse de 20 à 30 % des pensions pour les retraités », insiste Maxime Horatius, secrétaire régional CGT Finances publiques.

Mobilisation aujourd’hui à Saint-Laurent

Dans la deuxième ville de Guyane, la mobilisation contre la réforme des retraites est aussi en baisse mais légèrement, avec 200 manifestants contre 300 jeudi. De nombreux enseignants, mais aussi des personnels hospitaliers et quelques grévistes venus du privé, ont clamé leur opposition aux projets du gouvernement. Patrick Lanzeray enseignant depuis 25 ans en Guyane, considère la réforme des retraites comme « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ». Face à une « injustice de plus en plus criante », il dénonce « la déconstruction des acquis sociaux ». La manifestation s’est déroulée dans une bonne ambiance, d’autant que la pluie a bien voulu s’arrêter pendant une bonne partie du défilé. Alors que plus de 38 % des enseignants étaient en grève jeudi selon le rectorat hier 14 % d’entre eux environ l’étaient. Solidaires comme FO appellent à une grève reconductible jusqu’au retrait de la réforme des retraites.

A. G. avec S. Z.

Partis du centre commercial Montjoly 2, à Cayenne vers 9 heures, les manifestants ont rejoint en près d'une heure trente la Caisse générale de la sécurité sociale, route de Baduel / photo AG - Angelique GROS
 

Partis du supermarché de Saint-Laurent, les quelques 200 manifestants ont d’abord suivi la route de Saint-Jean, avant de traverser le centre-ville, à destination de la sous-préfecture / photo SZ

 

Partis du centre commercial Montjoly 2, vers 9 heures, les manifestants ont rejoint en près d’une heure trente la Caisse générale de la sécurité sociale, route de Baduel / photo AG

L’UTG alerte sur les suppressions d’emplois au centre spatial

À Kourou, c’est la suppression d’emplois à l’heure de la décroissance d’Ariane-5 qui a perturbé la circulation et provoqué d’importants bouchons, hier. Le syndicat UTG a distribué des tracts, dès 6 heures, au rond point du centre spatial, près du musée, dans le but d’informer les salariés de la base qui se rendaient au travail des futures restructurations qui menacent leurs emplois avec l’arrivée d’Ariane 6. Dénonçant une « démarche pernicieuse des donneurs d’ordre visant à jouer la montre en vue de nous contraindre à accepter les conditions honteuses d’un plan de licenciement inédit », le syndicat UTG rappelle que depuis dix ans, il interpelle les instances dirigeantes sur « les dangers que font craindre les sous effectifs tant aux salariés qu’aux activités opérationnelles ». Le syndicat dénonce un dialogue social qui se résume à de « lénifiantes réunions où l’on continue à nous faire ingurgiter les mêmes couleuvres de crise économique, difficultés budgétaires, se traduisant par des réductions d’acquis sociaux, une baisse de pouvoir d’achat et des licenciements ». L’UTG annonce « une prochaine assemblée générale dont la date sera prochainement précisée ». A. Po.

L’école Vendôme bloquée

Les 457 élèves de l’école Vendôme, à Cayenne, ont trouvé les grilles de leur établissement bloquées, hier matin. Des parents d'élèves manifestaient contre les inondations et les infiltrations dont est victime l’école. Une situation déjà dénoncée fin novembre (lire notre édition du 27 novembre).

Hier après-midi, Marie-Laure Phinéra-Horth a reconnu que les réparations envisagées après les inondations de fin novembre n’avaient pas été réalisées. Elles doivent l’être rapidement. Le maire s’est aussi engagé à rencontrer les parents d’élèves d’ici aux vacances de Noël. Les travaux plus importants envisagés leur seront présentés à cette occasion.

P.-Y. C

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire