• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Crise sanitaire

Motion des élus : en l'absence de réponse l'UTG appelle à la grève générale

SH Samedi 18 Juillet 2020 - 08h48
Motion des élus : en l'absence de réponse l'UTG appelle à la grève générale
Le collectif MSG et l'UTG sont depuis 8 heures devant la préfecture, dans laquelle ils sont brièvement entrés avant d'être repoussés dehors par les forces de l'ordre. - Photos DR

Le Mayouri santé Guyane et l'Union des travailleurs guyanais ont passé hier une grande partie de la journée devant la préfecture dans l'attente de réponses s'agissant de la motion paraphée par plusieurs élus de Guyane et transmise dimanche dernier au Premier ministre. Après une visioconférence avec des représentants du gouvernement, le préfet leur a indiqué que des réponses devraient arriver la semaine prochaine. L'UTG a déposé dans la soirée un préavis de grève générale à compter de mardi.

« Aujourd'hui la situation est extrêmement dangereuse pour la Guyane. Elle n'est pas prise en compte par l’Etat français », expliquait ce matin Philippe Bouba, porte-parole du Mayouri santé Guyane. Le MSG, épaulé, entre autres par l'UTG, est restée, hier, une grande partie de la journée devant la préfecture de Guyane. Quelques dizaines d'adhérents et sympathisans, décidées à faire pression — afin d’obtenir du gouvernement une réponse écrite concernant la motion signée par des élus remise dimanche dernier au Premier ministre — sont restées tard sur place.

Hier, dans la matinée, les manifestants ont pénétré dans la préfecture créant une belle pagaille. Les forces de l'ordre sont intervenues pour les repousser dehors, entre bousculade et confusion. Le calme n'est revenu quelques instants plus tard. Une délégation a pu rencontrer le préfet de Guyane accompagné du directeur adjoint de l'Agence régionale de santé. 
« Il faut que le mépris cesse » 
La délégation est ressortie de la préfecture. Elle a ensuite rejoint le reste des manifestants pour lui expliquer qu'une visioconférence était programmée vers 14 heures avec un ou des membres du gourvernement. « A ce stade, nous attendons un retour complet sur la motion des élus (lire par ailleurs). Il est hors de question de remettre ça à demain. Il faut que cesse le mépris et l'arrogance des représentants de l'Etat en Guyane et pour que la motion soit prise en considération par le gouvernement », ajoutait alors Philippe Bouba.

L'attente a encore duré. Peu après 16 heures, le préfet Marc del Grande est venu à la rencontre de la délégation du MSG impasse du 8-Mai-45, accompagné de policiers. « Nous sommes toujours dans une impasse puisque la Guyane n'a toujours pas pu obtenir une réponse du gouvernement », commente le porte-parole du MSG.  « Le préfet nous a indiqué que nous dervrions avoir une réponse du gouvernement pas avant la semaine prochaine. » La délégation a ensuite rejoint le reste des manifestants pour en discuter et décider quelle décision prendre. Plus tard, dans la soirée, l'UTG a décidé d'appeller l'ensemble des travailleurs guyanais à la grève générale illimitée à compter du mardi 21 juillet. Il est expliqué, dans le courrier adressé au préfet, que ce « mouvement porte sur les revendications en lien avec la crise sanitaire conformément à la motion sigée par les élus de Guyane ».
 
Une motion signée par des élus de Guyane
Pour rappel, dimanche dernier, lors de la visite des trois ministres (Santé, Outre-mer et le chef du gouvernement Jean Castex), une motion de revendications pour la Guyane, liée à la crise sanitaire, signée par les parlementaires guyanais, le président de la Collectivité territoriale et le président de l’association des maires, a été remise au Premier ministre. Dans l’attente de réponses, le collectif appelle aujourd’hui au rassemblement.
Cette motion est déclinée en quatre volets : mesures sanitaires, mesures en personnel, mesures économique et mesures structurelles : motion des élus



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
27 commentaires

Vos commentaires

g6d 19.07.2020

L'UTG est toujours prête pour couler l'économie de la Guyane et demander toujours plus d'aide à la Métropole. Les travailleurs qui risquent de perdre leur emploi est le cadet de ses soucis

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 18.07.2020
La Guyane est si différente de Haïti ?

Pas besoin d'être indépendantiste pour constater la situation en Guyane.
Education, santé et sécurité : quels changements observés depuis mars 2017 ?
Aucun à mes yeux. Tjs pas de nouvel établissement ouvert alors que plusieurs étaient promis pour 2020 dans les accords de Guyane. Toujours le désert médical et peu de moyens mis en valeur en ce moment même avec la covid19. Et la sécurité ? Les forces de l'ordre ne peuvent pas à faire respecter le couvre feu et certains habitants en arrivent à des extrêmes préférant faire justice eux mêmes.
Un '' métro'' peut très bien constater le mépris de la métropole pour la Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
philsa973 18.07.2020
Stop

Arrêtez de faire de la pub à ces groupuscules....
Qu'ils se présentent aux élections pour défendre leurs idées. C'est le prix de la démocratie...
Ils ne font que nourrir la haine entre les différentes communautés qui font la Guyane....

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 18.07.2020
"assemblée générale" ouaf! ouaf!

Vous pouvez publier autant de photos qu'il vous convient, il n'y aura jamais que 5, 6 clampaings sur le cliché, quel que soit l'angle de prise de vue.
« Il faut que le mépris cesse » ce n'est pas du mépris, c'est juste la réalité : si on devait répondre à toutes les revendications de tous les komités lokaux de moins de 10 personnes, le monde cesserait de tourner.
Si on clique sur "motion des élus" la réponse du serveur est "403 Forbidden". Tout est dit.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 18.07.2020
"assemblée générale" ouaf! ouaf!

Vous pouvez publier autant de photos qu'il vous convient, il n'y aura jamais que 5, 6 clampaings sur le cliché, quel que soit l'angle de prise de vue.
« Il faut que le mépris cesse » ce n'est pas du mépris, c'est juste la réalité : si on devait répondre à toutes les revendications de tous les komités lokaux de moins de 10 personnes, le monde cesserait de tourner.
Si on clique sur "motion des élus" la réponse du serveur est "403 Forbidden". Tout est dit.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 18.07.2020
pathétiques...

pathétiques ou comiques???

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 18.07.2020

Dans leur cas, les deué sont complémentaires.

Répondre Signaler au modérateur
dny973 17.07.2020

toujours des critiques ! vous ne cessez de critiquer encore et encore oui, surtout @vendetta973 mais sans eux, sans ce comité, la Guyane reste oubliée. On quémande, on supplie, on fait le mendiant et tout le monde est content. Alors cessez de critiquer. A part eux, les autres ne font rien

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 18.07.2020

Dny973, arrêtez de raconter n'importe quoi ! La Guyane a droit au même traitement que n'importe quel département français, voir plus !
Ces gens ne représentent qu'eux même et je n'ai nullement besoin qu'ils parlent en mon soi disant nom! Ce sont des racistes indeprendentistes et ils sont un danger pour la Guyane plus qu'autres choses. À quand un événement pour leur montrer qu'ils sont ultra minoritaire ?

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 18.07.2020
Pour servir des interêts anarchistes et indépendantistes

Cher(e) dny973, ne voyez pas en la critique que le négatif, la critique est aussi constructive dés lors que l’on est prêt à se remettre en question.
Avant de râler et de parler sans savoir, éclairez votre sens critique en prenant la peine de vous intéresser à qui sont ces « leaders » et vous comprendrez aisément que l’on cherche à vous manipuler pour servir une cause (que l’on peut ou ne pas partager au demeurant).
Par exemple Monsieur Philippe B. , porte parole est l’auteur d’une thèse très interessante sur « L’ANARCHISME EN SITUATION COLONIALE : LE CAS DE L’ALGÉRIE. ORGANISATIONS, MILITANTS ET PRESSE (1887 - 1962) »,
Ensuite chacun à le droit de s’exprimer et de penser librement, mais il importe d’en être avisé
;-)

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 19.07.2020

Qu'est-ce qui compte pour vous dans l'appréhension du monde ? La réalité décrite par votre interlocuteur ou votre subjectivité autour des personnes ?

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 19.07.2020
Les Faits...

Les faits, simplement les faits ;-)

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 19.07.2020

Les faits traduits à votre sauce, n'est-ce pas.

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 20.07.2020

Là, vous interprétez déjà ,-)

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
12 commentaires
7 commentaires
A la une
Une

Saint-Georges de l'Oyapock : une pirogue rentre...

Rédaction - Mardi 4 Août 2020