• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les réfugiés forcent le passage à la Croix-Rouge

Gaëtan TRINGHAM (g.tringham@agmedias.fr) Mercredi 17 Novembre 2021 - 13h54
Les réfugiés forcent le passage à la Croix-Rouge
Une quinzaine de réfugiés sont entrés dans la structure de premier accueil des demandeurs d’asile de la Croix-Rouge ce matin. - Crédit photo : Aimé Hilaire.

 Accompagnés de l'association militante LVKS, des réfugiés sont entrés de force dans les locaux de la Croix-Rouge de la rue Madame Payé ce matin. Une fois la Police nationale arrivée sur place, les différents partis ont discuté de longues minutes en dehors de l'établissement.

 Aimé Hilaire, président de l’association militante LVKS décrit cela comme une « action coup de poing ». Accompagné d’une quinzaine de demandeurs d’asile, le groupe est entré de force dans les locaux de la Croix-Rouge de la rue Madame Payé, à Cayenne.

Ils sont restés, selon Aimé Hilaire « au moins 30 minutes » avant que la Police nationale arrive sur place pour faire évacuer les lieux.

Les revendications sont les mêmes que ce que l’on écrivait déjà dans un article publié la semaine dernière. Ils demandent à ce que soit trouvée : « une solution adéquate pour être logé et sortir de ces rues ».

Parallèlement, la direction de la Croix-Rouge déplore une « énorme pression » mise sur eux, d’autant plus qu’ils expliquaient dans le précédent reportage que « ici on ne gère pas l’hébergement des personnes ». 

Une fois l’évacuation des locaux par les forces de l’ordre effectuée, les différents partis ont discuté cordialement de longues minutes à l’extérieur. La Croix-Rouge concède à l'association LVKS : « votre élan de solidarité est très louable mais nous aussi on fait tout dans la limite de notre possible. Moins on parle de cette situation de façon négative mieux on s’en sort ».

Aimé Hilaire nous précise enfin son souhait : « je demande à ce que la Croix-Rouge joue un rôle encore plus important de médiateur entre les réfugiés et les autorités d’Etat ».

Et face à l'occupation des rues, l'agacement des voisins du quartier continue.
La Police nationale est ensuite arrivée sur place pour faire évacuer les lieux - GT

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
27 commentaires
18 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos