France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La communauté éducative désespère à Balata

Mardi 08 octobre 2019
La communauté éducative désespère à Balata

À Matoury, la communauté éducative rentre de sa seconde semaine de droit de retrait au lycée de Balata, engluée dans des faits de violence depuis le début de l’année. Aucune mesure concrète n’a encore été mise en place par le rectorat. La principale revendication, le recrutement de six surveillants supplémentaires, n’a pas été satisfaite. Le recrutement d’un second proviseur adjoint et la consolidation d’un nouveau poste de CPE ont été actés mais le calendrier reste inconnu.

« Nous nous demandons si le rectorat prend conscience de l’ampleur du problème. Il est question de l’intégrité physique des élèves et des personnels », s’exaspère l’enseignant Milot Oxygène (Steg-UTG). Les personnels se sont réunis en ateliers l’après-midi pour faire émerger des solutions. Elles seront remontées au rectorat et à la Collectivité territoriale. Le droit de retrait est maintenu aujourd’hui.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

MartinEden 09.10.2019
Paroles Paroles (Dalida & Delon)

Il faut des promesses écrites. Combien de promesses orales n'ont pas été tenues ...
Il n'y a qu'à constater le nombre de nouveaux établissements scolaires qui ouvriront finalement leurs portes en 2020 !
Une promesse de 2017 qui s'envole, parmi d'autres.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
4 commentaires
A la une
Guyane

Samedi 19 Octobre 2019

Pancho Devant