• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
POLITIQUE

L'imbroglio autour de l'OPRF s'invite à l'assemblée plénière de la CTG

Elias HALILE-AGRESTI (e.halile-agresti@agmedias.fr) Mardi 31 Mai 2022 - 13h48
L'imbroglio autour de l'OPRF s'invite à l'assemblée plénière de la CTG
Pancartes de revendication des salariés de l'OPRF - EHA

Ça n'était pas l'ordre du jour, mais compte tenu de l'ampleur de la situation, ça l'est devenu. Ce mercredi 31 mai, une vingtaine de salariés de l'Opérateur Public Régional de Formation (OPRF) se sont introduits au sein de la salle des délibérations de l'hôtel territorial de Guyane, à Cayenne. En cause, plusieurs retards sur le versement des salaires, et un horizon professionnel incertain. Explications. 

 Au début du mois de février dernier, une partie des salariés de l'OPRF s'est mise en grève pour protester, notamment, contre des retards sur le paiement de leurs salaires. Mais aucun protocole d'accord n'a été signé suite à cette grève, pour mettre fin au conflit social. A l'époque, les salariés demandaient leur reclassement, ainsi que le paiement des jours de grèves, et des indemnités de licenciement en vue d'une probable liquidation. 

Prise de parole de Gabriel Serville - président de la CTG - lors de l'assemblée plénière du 31/05/22 - EHA


Quelques jours plus tard, le 25 février, une délibération de la CTG prévoyait la dissolution de l'OPRF, actant de fait la mise au chômage d'une cinquantaine de salariés.

Pour aller plus loin: OPRF : l’appel à la grève fait un flop

Prise de parole de Rodolphe Alexandre - ancien président de la CTG - lors de l'assemblée plénière du 31/05/22 - EHA


Deux mois après, le 25 avril, un liquidateur s'est rendu dans les locaux de l'organisme, mais selon plusieurs témoignages, aucune rencontre n'a eu lieu avec les salariés, qui n'auraient pas non plus été informés par la direction. 

Pancartes de revendication des salariés de l'OPRF - EHA


Et depuis le mois d'avril, les salaires ne sont plus payés, mettant en grande difficulté financiére les salariés de l'OPRF. Certains disent ne plus pouvoir payer le carburant, ou le petit-déjeuner pour leurs enfants. Ils disent aussi se sentir abandonnés et méprisés par la direction.

Pancartes de revendication des salariés de l'OPRF - EHA


C'est ainsi qu'une vingtaine de salariés de l'OPRF se sont rendus ce matin dans la salle des délibérations de l'hôtel territorial, à Cayenne, à l'occasion de l'assemblée plenière. L'ordre du jour, qui portait notamment sur l'octroi de mer, a été complétement chamboulé. Certains salariés de l'OPRF ont pu prendre la parole et échanger avec les élus. Ces derniers ont eux même débattu de cette situation, donnant lieu à plusieurs échanges musclés entre le président de la CTG - Gabriel Serville - et l'ancien président - Rodolphe Alexandre - les deux se renvoyant tour à tour la responsabilité de cette situation. 

Pancartes de revendication des salariés de l'OPRF - EHA


A l'arrivée, la CTG s'engage à verser l'intégralité des salaires des mois d'avril et de mai dans les prochains jours. Une refonte profonde de la gestion et de l'organisation de l'OPRF est à l'étude. Les salariés disent ne plus avoir confiance, et attendre des gestes forts, en urgence. Ils réclament notamment le paiement d'une dette de 2 millions d'euros de la CTG vers l'OPRF. 

Prise de parole d'une salariée de l'OPRF lors de l'assemblée plénière du 31/05/22 - EHA


Par ailleurs, le président de la CTG - Gabriel Serville - s'engage à venir à la rencontre des salariés le mardi 7, ou le mardi 14 juin prochain.

À suivre...
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

jayjay5 31.05.2022
comme dit le dicton

"tout travail merite salaire"... pas normal qui soient pas payer pendant 2 mois!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire