France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
social

Fin du conflit à l’Agence régionale de santé

Vendredi 20 Septembre 2019 - 03h30
Fin du conflit à l’Agence régionale de santé
Le protocole d'accord a été signé par Jacques Bertholle, médiateur, Hélène Euzet, pour l'Unsa, Clara de Bort, directrice de l'ARS, Éric Paul pour la CFE-CGC et Francine Sasson pour la CFDT-CDTG. - DR

Après plus d’une semaine de grève à l’Agence régionale de santé, un protocole d’accord a finalement été signé, hier. Un comité de suivi s’assurera du respect des engagements pris.

Après plus d’une semaine de grève, un protocole d’accord a enfin été signé, hier, en début d’après-midi, entre l’intersyndicale et la direction générale de l’Agence régionale de santé (ARS).

L’accord a été conclu dans le bureau du préfet Marc del Grande, avec lequel l’intersyndicale avait rendez-vous, hasard du calendrier, hier matin. « On avait demandé une audience en août et on a reçu une réponse le jour du dépôt de notre préavis de grève pour le 19 septembre. Finalement, il a joué un rôle de facilitateur dans la négociation », explique l’un des grévistes.

Le protocole d’accord, un document de 15 pages, revient avec un échéancier sur les différents points de revendications de l’intersyndicale. Dans les mesures à effet immédiat, figurent notamment la régularisation des promotions, une meilleure prise en compte du droit syndical et le recrutement d’agents.

Résorption des emplois précaires

Si le plafond d’emploi à l’ARS est de 80 équivalents temps plein (ETP), la masse salariale actuellement employée représente 72 ETP. La demande d’un audit de la Cour des comptes sur la gestion budgétaire de tous les fonds gérés par l’ARS a aussi été acté.

À moyen terme, d’ici novembre, le protocole prévoit notamment la mise en œuvre d’un plan de prévention des risques psychosociaux, la mise en place de nouvelles modalités organisationnelles pour un meilleur respect du temps de travail, la titularisation et la résorption des emplois précaires. Un comité de suivi et d’évaluation devra s’assurer de la bonne mise en œuvre de ce protocole d’accord. « Cette première bataille est aujourd’hui terminée. Nous restons mobilisés et nous serons particulièrement vigilants sur l’application des points de revendications que nous avons défendus au nom de la dignité des agents de l’ARS Guyane », conclut l’intersyndicale. Le point sur le respect de l’Accord de Guyane a en revanche été retiré. Il comprenait notamment le lancement des chantiers prévus dans l’accord en vue du rattrapage de l’offre médico-sociale ou la mise en œuvre d’un centre hospitalier universitaire, entre autres. A. G.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
A la une