France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
PEUPLES AUTOCHTONES

Favard : deux tonnes de nourriture distribuées, un enfant évacué et une opération de dépistage en vue

XP.LP. Mercredi 25 Août 2021 - 14h21

 Alors même qu'un important cluster Covid a été décelé la semaine passée au village Favard, hameau palikur emblématique des environs du bourg de Roura, une opération de distribution de denrées alimentaires a eu lieu tandis qu'une large campagne de dépistage va y être menée par l'ARS. Un enfant de huit ans a été transporté vers l'hôpital le temps de faire des examens.

  • Le village Favard est l'un des hameaux de la population des Palikur vivant sur la commune de Roura © DR

  • Les vivres au départ du débarcadère de Roura © DR

  • Très concernée par le diabète, la population de Favard souffre de comorbidités © DR

  • Bien que l'émergence de ce cluster au sein d'une population autant vaccinée puisse interroger, l'absence de développement de formes graves au sein de cette population à risque démontrerait une certaine efficacité du vaccin © DR

 Faisant office de bon élève grâce à des taux de pourcentage de population vaccinée bien au-delà de ce qui peut être observé dans d'autres échantillons de la Guyane (plus de 85%), le village Favard n'est cependant pas parvenu à échapper à une situation épidémique où des cas de positivité au coronavirus ont été détectés la semaine dernière.
L'occasion de démontrer une certaine efficacité vaccinale
Une situation qui semblerait apporter dans une certaine mesure de l'eau au moulin des antivax qui pourraient ainsi débattre quant au fait que la vaccination ne prémunit pas de toute contamination. Paradoxalement, cette situation du village Favard pourrait tout autant devenir un cas d'école pour les partisans à la vaccination.

Car si pour l'heure des contaminations sont avérées, il semblerait cependant que pour l'instant là encore, il n'y ait pas le moindre cas grave à déplorer parmi les vaccinés, malgré une très forte proportion de porteurs de comorbidités au sein des Palikur de Favard. De quoi alimenter la thèse selon laquelle la vaccination, sans prémunir totalement des transmissions, empêcherait le développement de formes graves.

Un jeune enfant de huit ans dont la situation ne s'est pas améliorée en trois jours, n'ayant jamais été vacciné étant donné son âge, a néanmoins dû être évacué par les pompiers vers l'hôpital par voie terrestre, le temps pour le personnel hospitalier de vérifier la gravité de son cas, ainsi que celui de deux autres adultes de son foyer, présentant des symptômes mais qui ne nécessiteraient pas d'être alités.
Les autorités prennent le relais
Alors que cette émergence d'un cluster au sein d'une population autant vaccinée a surpris et que la population semble avoir appliqué scrupuleusement des mesures d'isolement leur empêchant de se ravitailler, la municipalité de Roura sur laquelle est situé Favard a procédé ce mercredi 25 août à l'acheminement de deux tonnes de nourriture et vivres offertes par la Croix Rouge. Distribution à laquelle est venue s'ajouter celle de plus de 400 masques chirurgicaux et de plus de 200 en tissus, fournis par la préfecture la veille.

Le sous-préfet aux communes de l'Intérieur, Frédéric Bouteille, s'est rendu sur place afin de rencontrer notamment la population aux côtés de deux autres chefs coutumiers des villages Norino et Sainte-Rose de Lima, venus témoigner de la meilleure manière de gérer ce foyer épidémique au sein de ce hameau comptant une soixantaine d'adultes et un peu plus du double en enfants après avoir eux-mêmes du faire face à des situations similaires au sein de leurs villages palikur et arawak.

Les équipes de Médecins du Monde, mandatées par l'ARS, seront quant à elles présentes dès le lendemain, jeudi 26 août, pour procéder à une campagne de dépistage massive à l'instar de celle de vaccination qui avai pu être faite au sein de cette population palikur souffrant pour une grande partie de diabète.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

g6d 25.08.2021

Pourquoi dépister une maladie qui n'existe pas, diront certains de nos élus ou compatriotes ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une
1 commentaire
8 commentaires