France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Matoury

« Dans chaque quartier, il y a des leaders »

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH Jeudi 7 Février 2019 - 03h35
« Dans chaque quartier, il y a des leaders »
Entrepreneur, commerçant et chanteur, Hyacinthe « Féfé » Fesnel est à l’origine du communiqué avec Nahel Lama, des Frères de la Crik, pour calmer les tensions entre Chicago et Cogneau-Lamirande. - rossovichp

Entrepreneur, commerçant et chanteur, Hyacinthe « Féfé » Fesnel est à l’origine du communiqué avec Nahel Lama, des Frères de la Crik, pour calmer les tensions entre Chicago et Cogneau-Lamirande (FA Guyane de mardi). Il répond à nos questions.

Comment la rencontre avec les Frères de la Crik est-elle arrivée ?

Je connais Nahel Lama depuis longtemps. Par rapport aux messages qui tournaient sur les réseaux sociaux, où les jeunes de Cayenne et de Cogneau se menaçaient, il est venu me voir pour calmer les choses. Chacun de notre côté, on a parlé aux jeunes de notre quartier. Résultat : le week-end dernier, le carnaval s’est bien déroulé, à Cayenne comme à Matoury. Le plus important maintenant est de trouver des activités pour les jeunes.

C’est la première fois que deux quartiers s’associent pour stopper la violence ?

C’est une chose qui arrive souvent sans qu’on le sache. Les histoires se règlent comme ça. Peut-être que d’une manière aussi officielle, en plus en période de carnaval, c’est la première fois.

Est-ce que cet « accord de paix » est quelque chose de possible dans tous les quartiers ?

Chak moun chak moun. C’est une chose possible. Si les grands des autres quartiers s’occupent aussi de leurs jeunes et veulent le faire, ça peut marcher. Dans chaque quartier, il y a des leaders. A fè a ki tout.

Vous ne vous considérez pas comme un grand frère ?

Il y a déjà beaucoup de « Frères » sur la place. Je ne veux pas entrer en concurrence. Je me considère comme un grand de mon quartier. Comme je suis dans la musique, beaucoup de gens me connaissent. J’ai eu un passé, comme tout le monde, et si aujourd’hui je peux donner des conseils aux jeunes de mon quartier je le fais. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de bordel, mais je sais que j’ai leur attention.

Selon vous, pourquoi les jeunes agissent ainsi ?

Quand tu leur poses la question, eux-mêmes ne savent pas. Ce sont des petits gars qui veulent se faire respecter. Souvent ce sont des histoires futiles de regards ou autres…

On parle beaucoup des parents qui ne jouent pas leur rôle. Quel est votre avis ?

Il y a des parents qui essaient, mais leurs enfants font quand même des conneries. Donner des coups, des fois, ça ne sert à rien. Mais ce n’est pas une raison pour abandonner.

Quelles genres d’activités il faudrait mettre en place à Cogneau ?

Il n’y a rien pour les jeunes, à part un petit terrain de foot. J’ai remarqué qu’il y en a qui font de la boxe sous le soleil. Une salle de boxe serait intéressante pour eux. Ou encore un parc pour les enfants… Faire bouger les jeunes et les emmener dans d’autres communes… Il y a plein de choses à faire.

Vous avez rencontrer la mairie de Matoury ?

S’ils me contactent pourquoi pas. Mais la politique, ce n’est pas mon truc. Je ne compte sur personne. On connaît les belles paroles.

Quel endroit appelle-t-on Bagdad exactement ?

C’est une partie de Cogneau, derrière le « chinois » du rond-point des boîtes aux lettres. On l’a appelé comme ça par rapport aux destructions de maisons qu’il y a eu à l’époque. Les habitants ne s’étaient pas laissés faire. Nous sommes toujours solidaires. On a grandit comme ça.

Que veut dire B. I. G ?

Brasser Investir Grandir. C’est pour tout le monde. Pas uniquement Cogneau. BIG n’est pas une association. À la base, c’était une nouvelle marque de vêtements que je voulais lancer officiellement. Elle était déjà connue à Cogneau et tout le monde a validé. A sa nou lé pou yé.

Entrepreneur, commerçant et chanteur, Hyacinthe « Féfé » Fesnel est à l’origine du communiqué avec Nahel Lama, des Frères de la Crik, pour calmer les tensions entre Chicago et Cogneau-Lamirande. -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

den97300 07.02.2019
Une bonne initiative. Bravo les freres de la crick

Lorsque l'initiative est bonne, autant le dire. Lorsque les plus anciens prennent la parole et qu'elles sont suivis d'effet, on ne peut que féliciter. Je parle bien de cette action. Cette action est un premier pas significatif vers l'apaisement. Des coalitions entre quartiers sont nées dans le but de se battre et l'association des frères de la crick et cet entrepreneur ont pu calmer les choses. Il en va de la sécurité de tous. Tous le monde devrait se sentir concerné. Si les jeunes avaient des activités dans lesquelles se retrouver et s'epanouir, se réaliser, ils passeraient pas leur temps à se battre. Je ne dis pas la que c'est LA solution miracle mais c'est un très bon début. La police, la justice, la prison, tout cela devrait intervenir lorsque toutes les autres solutions auraient échouer. Et des solutions, il nous en reste. Je salus par la même occasion le travail formidable que fait les frères de la crick. Cette association devrait être reconnu d'utilité publique et recevoir l'appui de tous. Qu'une pétition soit lancée afin qu'elle puisse de nouveau intervenir auprès de nos jeunes et qu'elle puisse retourner devant nos écoles. Leur présence, conjuguée à celle de la police, apaise le climat. Bravo à cette association et à monsieur Lama.

Répondre Signaler au modérateur
Bandamanjak 07.02.2019
Délinquants malgré eux

Ces jeunes sont issues de quartiers délaissés. Regardez Cogneau, le mépris de la municipalité à leur égard se témoigne dans cette allignement de boîte aux lettres à l'entrée. C'est comme si ont les dit; vous ne valez rien, même la poste ne rentrera pas dans votre quartier pour vous donnez votre courrier demerdez vous. Les routes sont à peine faites et l'éclairage public inexistant à l'intérieur. Ils sont laissé pour compte. Et Chicago je n'en parle pas. Ils seraient temps de valoriser ces quartiers et de les ouvrirs aux autres.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 07.02.2019

Vous dénoncez la légèreté des peines à longueur de post et là, rien n'est leur faute...lol. Souffrez-vous de schizophrénie ?

Répondre Signaler au modérateur
Bandamanjak 09.02.2019

Et vous de dyslexie certainement...

Répondre Signaler au modérateur
josy 07.02.2019
Bonne initiative

Et pour les parents? Quel suivi?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
2 commentaires
1 commentaire
A la une
2 commentaires