France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Crise de l’hébergement d’urgence : les pouvoirs publics débordés

Jeudi 30 Janvier 2020 - 03h10
 Crise de l’hébergement d’urgence : les pouvoirs publics débordés
Antoine Karam, sénateur, Gabriel Serville, député, Claire Durrieu, sous-préfète au développement économique et social et Marie-Laure Phinéra Horth, maire de Cayenne ont notamment assistés à la réunion mardi / photo AG - Angelique GROS

Alors que le nombre de demandeurs d’asile qui dorment dans la rue à Cayenne a explosé ces dernières semaines, des solutions d’hébergement d’urgence peinent à se mettre en place. Un bâtiment de la mairie de Cayenne doit être misà disposition prochainement.

« Jusqu’alors on arrivait à héberger selon des critères de vulnérabilités l’ensemble des demandeurs d’asiles qui en faisaient la demande dans un délai relativement raisonnable mais depuis le mois d’août on n’arrive plus forcément à suivre le flux… », regrette Benoît Renollet, directeur de la Croix-Rouge. Pour faire le point sur la situation des demandeurs d’asile, une réunion a été organisée mardi soir à l’initiative de l’Association des musulmans de Guyane (A2CMG) en partenariat avec la ville de Cayenne, à la mairie. Près de 200 personnes ont répondu présentes : migrants, membres d’associations, élus et responsables de services de la préfecture.

Un collectif de citoyens

Dans notre édition du 18 novembre, nous dénoncions la situation d’une vingtaine de demandeurs d’asile du Proche Orient, forcés à vivre dans la rue, à Cayenne. Deux mois plus tard, ils sont plus d’une soixantaine sur la place des Amandiers et la plage. « En l’absence quasi totale d’une prise en charge à leur arrivée, ces demandeurs d’asile qui comptent de nombreuses familles et enfants en bas âge, dorment à même le sol », dénoncent plusieurs associations dont La Cimade, dans un communiqué, mardi. Depuis quelques semaines, des citoyens sont mobilisés pour organiser des distributions de repas. Certains offrent aussi des solutions d’hébergement temporaires. L’A2CMG est aussi mobilisée et a reçu samedi l’autorisation de la préfecture pour assurer un accueil de nuit dans son local. De leur côté, les élus de Cayenne ont fait un geste en se cotisant pour offrir à la réunion de mardi 200 bons de douche aux demandeurs d’asile.

Ouverture d’un accueil de nuit dans les meilleurs délais

Pour faire face à cette crise et à l’indignation citoyenne, Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne et Claire Durrieu, sous-préfète au développement économique et social ont voulu afficher un front commun. « Un lieu va être mis à disposition par la mairie de Cayenne afin de donner un toit aux demandeurs d’asiles dans les meilleurs délais. L’État prendra en charge le financement de l’accompagnement de cet accueil de nuit qui sera géré par une association », rassure Claire Durrieu. On ne connaît en revanche ni le budget de cette opération ni le nombre de place qu’elle permettra de créer. Quand aux hébergements d’urgence en construction à Cabassou, leur livraison est repoussée à une date inconnue (voir ci-après). « Début 2019, on était en moyenne à une quarantaine de demandes de places et à l’heure actuelle les 150 places sont occupées. 260 personnes sont aussi hébergées dans des systèmes d’urgence hôteliers ou autres. […] La saturation que l’on a sur les moyens d’hébergements est une problématique guyanaise que l’on ne peut pas rapprocher qu’à l’échelle des demandeurs d’asiles », souligne Benoît Renollet. En parallèle, Claire Durrieu affirme que « l’État travaille en lien avec les autorités brésiliennes pour lutter et démanteler les filières de passeurs ».

A. G.

Contentieux sur le chantier de Cabassou

Mi-novembre, la préfecture annonçait l’ouverture progressive de 75 places d’hébergement d’urgence d’ici fin 2019, dans le quartier Cabassou, à Cayenne. Deux mois plus tard, aucun des 18 logements prévus n’a vu le jour sur le terrain qui appartient à l’évêché et est mis à disposition de la préfecture depuis 2017. Le chantier, dont le maître d’ouvrage est la Croix-Rouge, a commencé par l’attribution en novembre 2018 du marché à l’entreprise Sogeco. Quelques mois plus tard, à cause des retards de chantiers selon la Croix-Rouge, le contrat est résilié. Art du second d’œuvre, prend la tête du chantier en avril et prend lui aussi du retard : les travaux ne commencent qu’en juin. Des premiers bungalows sont installés sur le terrain en novembre mais l’entreprise les démonte fin décembre suite à un litige. Le chantier est depuis à l’arrêt et l’entreprise en contentieux avec la Croix-Rouge. « Là, on travaille avec un nouvel entrepreneur pour que les logements puissent être livrés rapidement. Il y a aussi une réflexion autour de d’utilisation initiale du site puisque c’était prévu pour quatre personnes mais on a plutôt des familles maintenant qui sont autour de six à neuf personnes. Il y a peut-être aussi intérêt à réfléchir à d’autres moyens d’accueil pour les demandeurs d’asiles et pour les Guyanais […] Nous on fait aussi beaucoup de prises de location d’hébergements privés pour lesquels on prends le bail et on met à disposition des personnes en assurant un suivi social. C’est une solution qu’on refavorise en ce moment car ça évite une concentration d’une population type à un endroit et facilite la réinsertion », souligne Benoît Renollet.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

blabla 03.02.2020
Et les élus se marrent...

La photo est bien significative de l’intérêt que portent les élus à la guyane....toujours devant pour être bien vus et on se marre, quelle indécence.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
2 commentaires