• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIETE

Blocage de la Poste : « On n’est pas là pour un agent, on est là pour tous les agents

Jade LETARD-METHON Lundi 9 Novembre 2020 - 21h29
Blocage de la Poste : « On n’est pas là pour un agent, on est là pour tous les agents

Le site de la Poste de Baduel à Cayenne inaccessible au public ? C’est une réalité qui dure depuis au moins 3 jours. Un nouveau blocage, mené par Trop Violans après celui de la Poste de Matoury il y a quelques jours de cela déjà. Le mouvement enclenché dit vouloir se positionner contre la souffrance vécue par certains agents, avec pour point de départ un licenciement jugé abusif

 Parking vide, portes closes bien gardée par des tentes occupées : c’est l’accueil que vous recevrez à la Poste de Baduel, à Cayenne, si vous décidez de vous y rendre à l’heure actuelle. Voici maintenant trois jours que le principal centre de tri de la Guyane ne peut plus ouvrir ses portes aux visiteurs. En cause : un blocage des lieux mené par l’association Trop Violans pour dénoncer un licenciement jugé abusif au sein de l’entreprise et la souffrance au travail qui minerait l’ambiance et la productivité au sein de l’entreprise.


Le collectif citoyen, contacté par l’employé licencié, a demandé audience à la hiérarchie de celui-ci ; une audience accordée le 27 octobre dernier. De plus, la position de délégué syndical de l’ancien salarié renforce les questionnements et le besoin de réponse. « On ne licencie pas comme on veut un délégué syndical », tance Yvane Goua, porte-parole de Trop Violans.

À l’issue de cette audience, qui n’a pas apporté de satisfaction au salarié, et face au « manque de réactivité » de la direction, le bureau de Matoury a été le premier à être bloqué le 3 octobre dernier. Un blocage transposé au bureau de Poste de Baduel, lieu stratégique du traitement du courrier et des colis postaux en Guyane.

Entre harcèlement et souffrance au travail
C’est abrité sous trois tentes colorées que le point de blocage se matérialise visuellement. Sous ces tentes, l’ambiance est fort joviale entre employés de la Poste et membres de Trop Violans. Mais l’association est formelle : il ne s’agit que d’un blocage et non d’une grève en tant que telle. D’ailleurs, cette manifestation s’est aussi articulée autour d’une souffrance au travail, qui se serait répandue dans l’ensemble des bureaux de Poste du territoire. Emplois précaires, abandon littéral des facteurs dans des zones dites « difficiles » sont autant de raisons pour le collectif de se faire entendre.



Parmi les syndicats représentés dans l’entreprise, l’Union des Travailleurs Guyanais (UTG) a voulu apporter son soutien à la mobilisation qui dure depuis presque une semaine déjà. Mais les employés présents ne sont pas « en grève », comme tient à le souligner Claude Germain, secrétaire Cayenne-Baduel UTG.

Aucune plateforme revendicative de déposée pour eux mais une véritable nécessité d’assainir les conditions de travail « déplorables », qui rejailliraient sur les différents services proposés à la clientèle. « Très souvent, on est stigmatisés par une population qui ne connaît pas le fonctionnement de la Poste. À la Poste de Baduel, le fonctionnement est basé uniquement sur des intérimaires ».

Ainsi, le personnel, lui, dit pouvoir s’y retrouver si chaque poste est pourvu par un titulaire et que les effectifs nécessaires sont déployés en cas d’indisponibilité d’un collaborateur ; le tout pour éviter une surcharge de travail.


 
Face à cette situation complexe, le manque de réaction de la hiérarchie est pointé du doigt. Pourtant, de son côté, la direction régionale de la Poste en Guyane, l’assure : elle est plus que jamais ouverte au dialogue social. Par ailleurs, elle se réserve encore le droit de s’exprimer sur cette crise, notamment à cause d’une enquête judiciaire ouverte sur l’affaire qui a mené au licenciement jugé abusif.
 


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
14 commentaires

Vos commentaires

cap40 12.11.2020
éviter une surcharge...

Éviter une surcharge de...travail!!!
Ce mot existe dans le dictionnaire guyanais???

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 11.11.2020
Marre. Trop c'est trop.

Depuis le confinement en mars, ce n'est qu'en septembre que la poste a repris un fonctionnement "normal" selon les critères de Guyane. Apparemment, ces messieurs jalousent la montagne de fainéants qui ont pu s'engouffrer dans la brèche du télétravail et qui passent désormais leurs journées à faire du vélo.
Franchement, il y en a marre que le service public soit soumis au diktat d'une bande de co...rds qui pénalisent toute la population. On est plus dans le syndicalisme mais dans le racket.

Répondre Signaler au modérateur
philsa973 11.11.2020

J'ai vu un reportage sur Radio Peyi, le délégué Syndical de l'UTG se satisfait de ce blocage...
Ce n'est pas une grève, mais c'est le collectif trop de violence qui bloque l'accés.... et porte les revendications de l'UTG..... Bizarre, vous avez dit bizarre...
Un problème à Matoury.... et on bloque Baduel. Cherchez la logique.... chez trop de violence.
Si le salarié se sent victime, c'est à la justice de trancher et non aux pseudos justiciers de trop de violence... Nous sommes dans un état de droit....

Répondre Signaler au modérateur
did973 11.11.2020
N’importe quoi

Comme d’habitude nous sommes pris en otage par une bande d’em......
Ils feraient mieux d’aller travailler
Nous mesurons une fois de plus l’incompétence de la justice française
Nous parlons d’un service public
Honte sur ces gens

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 10.11.2020

C'est honteux qu'on laisse encore cette poignée de frustrés prendre les usagers en otage. La réalité c'est qu'encore une fois la population va trinquer . Envoyer les mobiles et mettez fin à cette mascarade !

Répondre Signaler au modérateur
chris22973 10.11.2020
Petit rappel de base aux syndicats et syndiqués (ées)

Le travail est défini usuellement comme une Façon de produire, en incluant les efforts qu´on fait ou les résultats qu'on obtient. Plus spécifiquement, un travail est une activité rémunérée.

Répondre Signaler au modérateur
caracara 10.11.2020

Postiers harcelés
Postiers martyrisés
Postiers perturbés
Postiers mal-aimés
Mais postiers déterminés à nous em.....r!

Répondre Signaler au modérateur
cap40 10.11.2020
l'orthographe aussi

L'orthographe aussi est harcelée mais bon on s'habitue...
Cours obligatoires de français pour ces pitres...qui vivent du mépris de l'état français (aides multiples et variées)

Répondre Signaler au modérateur
montabo973 10.11.2020

Trop de violence infligée à la population par ce collectif
dénaturé !

Répondre Signaler au modérateur
Josse 10.11.2020

Déjà que les lettres/colis mettent plus d'un mois à être traités par DES INTERIMAIRES... imaginez ce que ça serait avec des employés en CDI...

Et comme par hasard, c'est un délégué syndical qui est licencié... il a du en faire pour que sa direction en arrive là?

Autre question, les membres de ce collectif ne travaillent jamais ??? qui est-ce qui rempli leurs frigos ?
Y.GOUA ? O.GOUDET ??? vous faites quoi comme boulot pour avoir autant de temps de libre ???

Répondre Signaler au modérateur
caracara 10.11.2020

Ils travaillent peut-être à la poste!

Répondre Signaler au modérateur
caracara 10.11.2020

Un boulot de planqué à la Poste! Non?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
8 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos