France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIAL

À Maripasoula, la lutte continue aussi

Vendredi 17 janvier 2020
À Maripasoula, la lutte continue aussi

Après une mobilisation le 5 décembre, puis le 9 janvier, plusieurs manifestants étaient mobilisés contre la réforme des retraites, aux côtés des syndicats Sud et FSU, hier, à Maripasoula.

 «  Face à une réforme injuste qui nous forcera à travailler plus longtemps pour être indemnisés moins, qui avec les caisses de retraite brisera un peu plus ce qu’il reste aux travailleurs comme organes de redistribution et de solidarité collective, il ne peut y avoir qu’une seule réponse : la grève jusqu’au retrait  ». Les manifestants annoncent d’ors et déjà une nouvelle journée de mobilisation pour le 24 janvier, jour de la présentation de la loi au conseil des ministres.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
54 commentaires

Vos commentaires

tronokar 20.01.2020

Fopa se moquer, ça coûte un bras de faire grève... La preuve : le plâtre de la pôvre dame à gauche avec les tongs tout neufs et la serviette de plage.
Il manque l'UTG sur la photo... Explication : l'UTG n'est pas présente sur le fleuve : pas de clim à allumer le matin et éteindre le soir, on y a donc remplacé nos courageux créoles par des bobos écolos !

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 20.01.2020
Les Pieds Nickelés à la Plage, avec Martine !

La photo, il faut bien le reconnaître, est maladroite et donne une piètre image d'une profession dont on peut supposer que la majorité est plus sérieuse que ça. Evidemment, confier sa progéniture à cette douzaine de Pieds Nickelés déguisés en babas bobos cool, ça fait un peu froid dans le dos, non ?

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

J'aurais plus froid dans le dos de les imaginer ne pas avoir de retraites, ou de les imaginer plus tard se faire emmerder parce qu'ils ont mis un bermudas. À chacun son sens des priorités ...

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 17.01.2020
les guignolos

12 grand max en comptant le photographe... Même en se serrant bien, cette bande de plagistes et de surfeurs a du mal à se faire prendre au sérieux ! Pas sûr que leurs élèves y arrivent. Je ne partage pas en général les délires de GM, mais là je dois reconnaître : lamentable échantillon de notre belle profession.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 18.01.2020

Soyons factuel alors. Deux paires de tong sur onze paires de chaussures. Le pourcentage de guignolo me semble correct pour notre profession. Reste à savoir si vous tolérez le bermuda durant une manifestation et/ou temps hors établissement. Bien d'autres choses sont choquantes chez les enseignants que ces éléments formels.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Pour résumer, ils font cours lorsqu'il leur reste du temps entre deux pancartes

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Et encore, avec leurs dix huit mois de vacances par an. Et ils touchent la prime charbon ! Ils savent pas ce que c'est de bosser décidément. Moi dans le privé, on travaille 72 heures par jour ! Sans jamais se reposer !

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Comme d'habitude DstonQ tu es imprécis. Il y a au moins 3 paires de tongs...

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 18.01.2020

Ça se passe très bien avec nos élèves, merci de vous en préoccuper. À vrai dire les élèves ne se préoccupent pas tant de la tenue de leur prof que de la manière dont celui ci se comporte avec eux (être respectueux, juste, attentif à ce qu'ils disent, etc.) et du contenu de ses cours (adapté au niveau des élèves, les mettant en activité, localisant certains thèmes, etc.). En tout cas pour ma part c'est là dessus que je mets l'accent, et le niveau des élèves guyanais ne serait sans doute pas aussi lamentable si tout le monde en faisait autant (parce que des profs bien sapés qui font recopier le manuel à leurs gamins et leur gueule dessus dès qu'ils l'ouvrent, on en a malheureusement une tripotée).

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Angélisme et auto-complaisance semblent être vos deux mamelles...

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Désolé que mes cours se passent bien. Pour moi ça a plus de prix que les avis de professionnels du commentaire de site d'actualité. Cela dit pour vous faire plaisir la prochaine fois je parlerai avec des trémolos dans la voix des "territoires perdus de la république", c'est plus vendeur.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

On ne peut pas être son propre défenseur. Tu n'es pas crédible car à la fois juge et partie. Etais tu en savates à bas prix sur la photo ?

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Je n'ai rien à défendre. Êtes vous juge ? Ai je des comptes quelconques à vous rendre ?

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Cela dit, si vous tenez à juger mon travail, je vous en prie : acquérez quelques notions d'enseignement, venez assister à mes cours, et je serai heureux d'avoir votre avis.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Bravo, un prof en savates et tee-shirt pas repassé payé par nos impôts qui décrète qu'il n'a pas de compte à rendre au contribuable. Belle mentalité ! Entre parents démissionnaires ou allocataires et profs suffisants, désinvoltes et professionnels de la pancarte, nos jeunes Guyanais sont entre de bonnes mains !

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Parce que dans votre monde quand on travaille pour l'État on doit rendre des comptes à tout le monde ? Non ! Je n'ai pas de compte à vous rendre, j'en ai à rendre à ma hiérarchie. Comme n'importe quel travailleur. Et comme eux, je n'ai à me justifier de rien devant des aigris sur internet, qui se prennent pour des procureurs et ne connaissent visiblement rien à l'enseignement ni au travail que je fournis.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Par contre, et je vous le répète, à défaut de comptes à rendre à quelqu'un qui, parce qu'il écrit des commentaires, pense que le monde est à son service (mentalité d'enfant gâté), je suis tout à fait preneur de discussions professionnelles sur mon travail. Si quelqu'un sachant de quoi il parle (et pour une raison meilleure que "je paie mes impôts", "mon fils Kevin est au collège", ou "je suis un ancien élève) me montre en quoi me déguiser en pingouin transpirant améliorera ma posture d'enseignant et ma relation pédagogique, je suis prêt à en discuter. En attendant, vous n'avez AUCUNE leçon à me donner.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Le sachant en tongs inexpérimenté dans toute sa splendeur. C'est sur la durée que l'on juge un bon prof, un bien intégré, un vrai révolutionnaire. En l'occurrence, depuis combien de temps enseignez-vous à Maripasoula ? Y maîtrisez vous la langue vernaculaire majoritaire ? (L'aluku-tongo est une appellation plus juste quand des métros se prenant pour les rois du pétroles disent le "bushi"). Les pancartes sont-elles sorties pour le maintien des privilèges des profs ? Rattrapez-vous vos cours non effectués pour moult grèves?

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Mais lol quoi, vous connaissez rien et vous faîtes des films tout seul en fait. Merci de m'apprendre l'endroit où je vis, passez-y à l'occasion.

PS : Je répète, mais en tant que prof je suis habitué : aucun compte à vous rendre. Sur rien. :-)

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Tu as tout faux. La suffisance est un défaut fréquent chez le prof basique. Tu resteras quelques années à Maripasoula en croyant y avoir inventé l'eau tiède. Entre parenthèses, pour un bipède prétendument ouvert d'esprit, tu ravales au rang de pingouin le collègue qui a la décence et l'intelligence de ne pas enseigner aux élèves en tongs en bermuda et en tee-shirt fripé.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

"La suffisance est un défaut fréquent" Et c'est un connaisseur qui parle. :-)

Sinon, ça va te couper tes fantasmes, mais ça fait déjà quelques années que je suis à Maripasoula et je compte bien y rester encore quelques années, je fais cours en jean basket (par contre j'ai des collègues bien meilleurs que moi qui y vont en bermuda, ça te la coupe que je défende quelq'un d'autre que moi, hein ?), sans parler aluku je me démerde suffisamment pour comprendre mes élèves, et rien qu'aujourd'hui j'ai deux heures d'intervention dans les classes de collègues pour parler d'histoire locale. Toi par contre t'as jamais foutu un pied sur le fleuve de peur de salir tes belles godasses, et ta seule expérience de l'enseignement c'est tes souvenirs vagues de mauvaises notes que te mettais tel ou tel prof.

Bonne journée. :-)

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 21.01.2020

Floup, quels éléments as-tu pour annoncer gratuitement de telles certitudes ? Ce n'est pas la rigueur intellectuelle qui t'étouffe. Pauvres z'enfants de la patrie...

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

Oh, une seule certitude, pas besoin du pluriel : vous ne connaissez rien aux sujets dont vous parlez.

Par contre une question me brûle les lèvres, je ne me permettrait pas habituellement mais comme vous me sommez d'exposer mon CV depuis des jours j'ose : quel est votre travail ?

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 22.01.2020

Tu devrais le savoir mais ta vanité t'aveugle : une certitude ne fait pas une vérité.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 23.01.2020

Je resterai donc sur l'hypothèse d'un bureau climatisé à la CTG (ou à la CCOG, où un endroit de ce style). Ça correspond bien à l'image de vos commentaires.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 21.01.2020

Cher Gérard, je me vois dans l'obligation d'entrer dans votre discussion. La langue officielle sur le territoire français est le français ; et Maripasoula est située sur le territoire français. L'apprentissage et l'usage, ou non, d'une langue vernaculaire est soumise à la volonté propre des personnes qui choisissent cette ville pour y résider et/ou pour y travailler. Il est lamentable d'estimer que les salariés d'institutions en soient réduits à pouvoir/devoir utiliser une langue vernaculaire pour exercer. Il est plus lamentable encore quand ces institutions exigent la maitrise d'une langue vernaculaire pour obtenir un poste.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 21.01.2020

Eh oui Melville est né, vit et mourra en FRANCE, ne lui en déplaise, et en France nos arrières grands-parents se sont vu imposer la suppression des patois locaux au profit de la langue française, dans un soucis de cohésion nationale. En Guyane l'utilisation de ces patois n'aide pas nos élèves à progresser. C'est un frein à leur réussite. Il faut en interdire strictement l'utilisation en classe, ce que je fais depuis des années.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 21.01.2020

On dirait un ancien de l'Algérie française...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 22.01.2020

Trokonar, l'on comprend mieux les difficultés de nos élèves vivant sous occupation à l'aune de tes certitudes. Prétendre que l'apprentissage de plusieurs langues est un frein est une idiotie. Sinon, tu as des Français moyens qui se rendent en Angleterre ou en Espagne sans parler la langue de ces pays et qui s'offusquent que tous les Espagnols (par exemple) ne parlent pas le français...

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 22.01.2020

Un peu comme les gros beaufs créoles à Oiapoque ou Paramaribo qui ne savent parler ni portugais ni hollandais ? Ceux qui parlent fort et font honte pour les autres français ?

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 22.01.2020

Faut leur rendre cette justice : ils baragouinent quand même en patois créole dans lequel il y a quelques traces de français... Mais des traces de français c'est pas suffisant pour faire médecine par exemple !

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 23.01.2020

Et ce prof prétendument défenseur des droits de l'élève de l'homme qui, au bout de plusieurs années de présence à Maripasoula, reconnaît à peine baragouiner en aluku-tongo, langue première au bourg. On a connu à Kourou l'Européen de naissance maitrisant le mo-to du créole guyanais au bout de longues années de résidence dans la ville dite spatiale...

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 23.01.2020

L'ami Melville a vraiment du mal à admettre qu'un prof n'est pas nommé à Maripasoula pour bargouiner le sabir local mais bien pour aider ses élèves à accéder au lycée, puis ensuite à la fac, lieu de savoir francophone où le alouko-tongus ou le momo-toto-yoyo ne lui seront d'aucune utilité dans ses études. CQFD.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 23.01.2020

Pourquoi DstQ, au-delà de votre haine viscérale du créole qui s'ajoute à l'épopée coloniale, vous connaissez Oiapoque ? Vous y allez pour la beauté de sa forêt ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 23.01.2020

Peut-être parce que c'est le seul point d'entrée pour Macapá et la remontée de l'amazone, peut-être parce ma famille est franco-brésilienne. Et au passage, vous ne répondez pas sur les langues ? Vous ne savez parler ni hollandais ni portugais ? Comme les gros beaufs locaux qui vont à Oiapoque ou Paramaribo ? Lol. Sacré Gégé.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.01.2020

Un pigeon de plus ?

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.01.2020

Il est tout à fait suffisant de maîtriser l'anglais et le sranan tongo au Suriname. Tu brilles par ton ignorance du plateau des Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
will77 20.01.2020

Super de voir des profs motivés par leur boulot et soucieux de leur avenir. Ceux qui vous jugent sur votre habit ont sans doute une vie bien superficielle. Et avec certitude ceux-là mêmes n'ont jamais travaillé sur le fleuve.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Quelle rigueur ! Un parfait perdant du loto ! Toujours cette suffisance française qui lit dans le marc de café.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

Merci. J'avoue que depuis que je suis enseignant je suis toujours aussi surpris par ce genre de réactions. S'il n'y avait pas les élèves le mépris qu'on subit en tant qu'enseignant (et celui qu'on subit également en tant qu'habitant d'une commune de l'intérieur d'ailleurs) de la part de gens qui seraient sans doute incapables de tenir dix minutes devant une classe, me ferait assez vite changer de métier et retourner à mon bleu de travail.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

On a vu récemment sur Grand Santi comme tout cela est parfaitement maîtrisé au collège avec un élève insultant en pleine classe une présumée camarade, l'agressant avant de finir par lui balancer une chaise. En présence d'un enseignant ou surveillant, impuissant.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 20.01.2020

Un enseignant métro ? Euh... Non. Au fait, désolé mais vous ne savez pas faire la différence entre tongs et sandales. Vous êtes vraiment à la masse mon Gégé. Toujours à côté de la plaque en 2020. Bises.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Tu dis toujours autant de conneries. Et t'as toujours pas répondu sur ton journal surinamien, mytho !

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

Parce que votre travail vous laisse le temps pour écrire ce genre d'absurdités et expliquer la vie sur plusieurs articles de France Guyane à la fois ??? Vous êtes dans un bureau de la CTG c'est ça ?

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 20.01.2020

On vous attend avec impatience devant une classe pour remettre de l'ordre. Je suis sûr que vous ferez des merveilles au collège de Grand Santi. :-)

Ah non c'est vrai, vous préférez faire comme tout les réacs de France : râler sur le manque d'autorité des profs et sur les élèves qui ne respectent rien, tout en criant sur tout les toits qu'ils sont fainéants et incapables.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 20.01.2020

Le laxisme commence par le port de tongs ou de savates au sein de l'établissement. L'élève qui constate cela a moins de respect pour le contractuel de passage...

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

On constate chaque jour que les profs bien habillés sont ceux qui ont le meilleur rapport avec leurs élèves ...

Ou pas. Mais vous n'en savez rien. Faîtes un tour dans un établissement scolaire, on en reparle après.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

D'ailleurs, élève inattentif que vous êtes, vous n'avez pas remarqué qu'une bonne partie des gens sur la photo ne sont pas enseignant. Ce que démontre un "petit" indice : au premier plan, un drapeau "Syndicat National de l'Environnement", qui est donc comme son nom l'indique, un syndicat du Parc Amazonien.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 21.01.2020

Autre structure coloniale. On se demande d'ailleurs ce que vient faire ce syndicat aux côtés des profs qui ne font pas cours ou alors il défend la retraite des privilégiés...

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

Peut être qu'un minimum d'information vous apprendrait qu'il ne s'agit pas seulement (loin de là) d'une grève de profs, et que les agents du parc espèrent aussi avoir une retraite décente. Mais là encore, il faudrait s'informer avant de parler.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 21.01.2020

Peut être qu'un minimum d'information vous apprendrait qu'il ne s'agit pas seulement (loin de là) d'une grève de profs, et que les agents du parc espèrent aussi avoir une retraite décente. Mais là encore, il faudrait s'informer avant de parler.

Répondre Signaler au modérateur
Ploup 18.01.2020

Cela dit si votre conception de l'exemplarité de notre métier c'est d'aller (bien sapé) insulter sur internet des collègues que vous ne connaissez pas, effectivement on n'a pas la même.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une