• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SANTE

Vers un renforcement des mesures de freinage de l'épidémie en Guyane ?

S.R. Jeudi 23 Septembre 2021 - 15h48
Vers un renforcement des mesures de freinage de l'épidémie en Guyane ?
Le préfet pourrait annoncer un durcissement des mesures de freinage ce soir. - D.R.

 Le taux d’incidence de l’épidémie est élevé sur l’île-de-Cayenne et dans l’Ouest du territoire. Face à l’inquiétude des acteurs de la santé et directeurs d’hôpitaux qui annonçaient hier être « sous pression », des mesures plus contraignantes pourraient être annoncées ce soir à l’issue de la CIC.

 L’appréhension monte en Guyane, où l’épidémie accélère dans l’Ouest, sans pour autant présager une issue pérenne dans le reste du territoire. Alors que seuls 30,33 % des Guyanais disposent d’un schéma vaccinal complet, les directeurs des trois hôpitaux s’exprimaient hier devant la presse. « Sur l’ensemble de la Guyane, pratiquement tous les lits en réanimation sont occupés. » alertait le Pr Felix Djossou, directeur médical de crise du CHC et du GHT.

« Ce que je crains c’est qu’à force de laisser le virus circuler il finisse par toucher les enfants. On ne se vaccine pas, on dit même que ça ne sert à rien, que c’est dangereux. Le virus circule et commence à toucher les enfants. Les renforts qui arrivent sont insultés, j’appelle ça un suicide collectif. » a fait valoir sur un ton empreint d'émotion le directeur du Centre hospitalier de l’ouest Guyanais.

A deux jours d’une rencontre avec le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, les directeurs d’hôpitaux, directeurs médicaux de crise, chefs de réanimation et de pédiatrie et les coordinatrices générales de soins ont présenté une situation sanitaire préoccupante. « Depuis deux semaines nous n’avons plus de lits disponibles dans les services de pédiatrie, à la maternité et en réanimation. Tout ceci entraîne une stagnation des patients. » lançait notamment le directeur médical de crise du CHOG Dr Crépin Kezza, qui expliquait que seuls 12 lits sont destinés aux patients atteints de formes graves du Covid-19 au CHOG.
Le retour du confinement ?
La menace de mesures sanitaires plus strictes plane désormais au-dessus de la Guyane. Hier (mercredi), le directeur par intérim du centre hospitalier de Kourou le rappelait : « les mesures de freinage sont importantes ».

Selon les derniers chiffres fournis par l’ARS, le taux d’incidence sur le territoire était établi ce mercredi à 496 pour 100 000 habitants, largement supérieur à celui de la mi-mai, date à laquelle le préfet de Guyane avait annoncé un confinement « à deux vitesses », fermant l’ensemble des commerces considérés comme non-essentiels, les établissements sportifs, les bars et restaurants (déjà empêchés d’accueillir des clients sur place depuis l’instauration du couvre-feu), les cinémas et théâtres…

La remontée du taux d’incidence a été quasi continue depuis la mi-juillet, date du "déconfinement", malgré un léger mieux observé au début du mois d’août. Désormais, alors que l’épidémie recule dans l’hexagone, la Guyane est confrontée à une hausse des contaminations depuis presque deux semaines. Le confinement instauré depuis le samedi 21 août, entraînant la fermeture des bars et restaurants considérés comme d’importants foyers de contamination par l’ARS, n’a pas tari l’épidémie.

D’après Santé Publique France, les hôpitaux guyanais ont accueilli 41 nouveaux patients atteints du Covid-19 le 14 septembre, non-loin du record de 42 en une seule journée le 28 juillet 2021. Selon l’ARS, 102 patients atteints du Covid-19 sont en hospitalisation conventionnelle, 33 -atteints des formes les plus graves- en réanimation.

Christophe Robert, directeur du CHC, présentait hier trois « viatiques » pour sortir de la crise : l’augmentation des personnels par le biais d’un meilleur accueil de ces derniers en Guyane, le maintien des évacuations sanitaires et la vaccination. « 98% des gens qui sont en réanimation ne sont pas vaccinés. » assurait-il, entouré des autres directeurs du GHT.

La prise de parole du préfet de Guyane à l’issue de la CIC à suivre ce soir sur la page Facebook de France-Guyane.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
17 commentaires

Vos commentaires

Plume libre 23.09.2021

Cette situation est ahurissante!!!! On a eu le vécu de certains DOM pas bien loin de nous et nous n’en avons rien tiré. Des mois pour s’interroger, se préparer et bien communiquer et RIEN! Au contraire c’est aujourd’hui pire. Un comité de transparence complètement transparent tant on ne l’entend pas depuis son installation. Aujourd’hui on se retrouve devant un choix: - vacciner les gens et sauver l’économie guyanaise ou - laisser filer le virus et mettre en danger la vie d’autrui ( les actifs -dont chefs entreprises, leurs salariés , leurs clients -, les retraités ...et finalement mettre à mal l’économie guyanaise, sans parler du risque psychique de perte de proches ...). Que les élus n’appellent pas à la vaccination pour respecter le libre arbitre de leurs administrés ( n’ayant pas assez de recul sur la vaccination, soit chacun son métier;ils ne sont pas médecins) mais à tout le moins ils pourraient inciter la population à se reprocher, chacun pour ce qui le concerne, de son médecin traitant qui a une relation particulière avec son patient et qui est mieux à même de le conseiller sur les avantages ou les risques de la vaccination. Chacun peut également procéder à sa recherche personnelle sur les données scientifiques et les chiffres réels en comparant plusieurs sources et se questionner plutôt que de se laisser abreuver d’info/infox piochés sur les réseaux sociaux , sans prendre de recul. Au final ces info/infox ne servent que le dessein que de ceux qui les véhiculent. Plus que Jamais il nous faut une approche objective. Nous sommes face à une situation de mise en danger de la vie d’autrui. Jusqu’à maintenant le vaccin ( au vu des diverses épidémies ) est le moyen le plus rapide d’arrêter une épidémie à la source sans faire un nombre considérable de victimes. N’attendons pas de soigner les symptômes ( par plante médicinale ou pharmaceutiques) mais travaillons à la source pour protéger le maximum de personnes.

Répondre Signaler au modérateur
Mahury 23.09.2021

Un suicide collectif… Tout est dit.

Répondre Signaler au modérateur
Josse 23.09.2021
en réa 98% sont non vaccinés

"...98% des gens qui sont en réanimation ne sont pas vaccinés..."

J'en arrive à languir qu'un des trop idiots et/ou de la caravane de la bêtise soit touché par la Covid.

Et là, ils râleront qu'ils n'ont pas pu être vaccinés à temps.


A cause de ces demeurés, on va être confinés complétement, les commerces non essentiels vont fermer... Mais eux, ils s'en foutent, ils sont fonctionnaires, payés par leur association subventionné par l’État.

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.09.2021
et si je vous dis

que j'ai 98 femmes ou 98 voiture, vous allez me croire aussi? c'est fou comme les gens sont pres a gobez tout ce qu'on le raconte!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 23.09.2021
DISPENSE POUR LES GENS VACCINES

La moindre des choses serait de dispenser de toutes ces mesures les personnes vaccinées, ce sans quoi une extension de ce confinement perdrait toute valeur pratique.

Répondre Signaler au modérateur
lestranger 24.09.2021

Malheureusement c'est là une grande erreur. Sous prétexte d'être vacciné nous pourrions nous passer de toutes les mesures !
Pour rappel, si le vaccin évite les formes graves, il n'empêche pas la contamination. Mais là, les gens vaccinés se sentent invulnérables, oublient les gestes barrières et diffusent à tout va le virus (sans même s'en rendre compte parfois), bravo pour cette proposition !!!!

Répondre Signaler au modérateur
hugher65 24.09.2021

Pas d'accord, au contraire, c'est justement les antivax qui sont contre tout, le vaccins, les gestes barrières, les masques...
Alors laissons les se contaminer et laissez nous vivre!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
27 commentaires
3 commentaires
7 commentaires
2 commentaires
15 commentaires
A la une
Une

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 21 Mai 2022