France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Venir aux urgences : oui, mais quand ?

Samedi 19 Octobre 2019 - 03h05
 Venir aux urgences : oui, mais quand ?
Le personnel du Samu, samedi aux Journées de la sécurité intérieure, à Matoury / photo OZ - OZ

« Mon enfant a 38,5° de température depuis ce matin, hors antécédents particuliers. Réponse A : je l’emmène aux urgences. Réponse B : je le garde à la maison. » La question est posée par Benoît Schweitzer, cadre de santé au Samu. Face à lui, une jeune femme hésite avant d’opter pour la réponse B. Le professionnel valide la réponse avant de lui expliquer. Samedi dernier, lors de la Journée de sécurité intérieure à Family Plaza, à Matoury, ces échanges se sont répétés sur le stand tenu par le personnel du centre hospitalier de Cayenne.

Munis d'un quiz, médecins, brancardiers, infirmiers, cadres de santé ont rencontré les passants pour les tester et leur indiquer comment mieux réagir face à telle ou telle situation. Bien souvent, les réponses ont surpris. Là où certains étaient sûrs de devoir se rendre aux urgences, ils ont découvert qu’il était préférable de se rendre chez son médecin traitant ou le médecin de garde présent à l’hôpital toutes les nuits jusqu’à 1 heure. « Cette action arrive dans un contexte national où les urgences sont saturées, indique Benoît Schweitzer.  Nous sommes là pour faire de la pédagogie, apporter aux gens des réponses, leur expliquer, par exemple, qu’il existe une graduation médicale qui répond à des standards. »

«Il y a l’urgence et l’urgence ressentie, renchérit le Dr Pierre Sallerin. Quand on est aux urgences, on pense que sa propre situation est... plus urgente ! Mais si un coma ou infarctus arrive, il passera avant. Cela, je l’explique même aux gens qui sont en conflit avec nous. Ils le comprennent. »

Après quelques minutes d’échanges, Alberte quitte le stand. « Je crois que j’ai plutôt bien répondu aux questions. J’ai surtout retenu que selon les symptômes, si j’avais un doute, je pouvais toujours appeler le 15. »

O. Z.

Le personnel du Samu, samedi aux Journées de la sécurité intérieure, à Matoury / photo OZ - OZ

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Affreux Jojo 20.10.2019

Quand on a un tout petit, surtout le 1er, c'est bien normal d'avoir peur pour rien. Les urgences de Cayenne se sont toujours bien occupé de mes enfants. Je les en remercie

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une