• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CoVID -19

Vaccination: Quand chacun voit midi à sa porte

Ayodélé Germa Samedi 2 Octobre 2021 - 18h48
Vaccination: Quand chacun voit midi à sa porte
Marc et Maurice

 Marc et Maurice Agésilas sont frères. Le premier est chef d’entreprise dans l’immobilier et plutôt favorable au principe du vaccin; le second, est comptable et y est plutôt défavorable. Faire partie de la même famille ne les met donc pas à l’abri de divergences d’opinions.
Depuis le 15 septembre dernier, la vaccination est rendue obligatoire pour les personnels et professionnels de santé. Le Pass Sanitaire quant à lui devrait entrer en vigueur le 15 novembre prochain en Guyane. Profitons de leurs points de vue pour faire un tour d'horizon des études récentes. 


1- Que pensez-vous de l’obligation vaccinale des personnels de santé ?
MARC : Je ne suis ni pour, ni contre l'obligation vaccinale. Je ne suis pas soignant donc je ne peux pas me prononcer. Par contre,  je pense que l’Etat s’ y est mal pris et aurait dû y aller de manière pédagogique.  Mais si le vaccin peut protéger même à 40 ou 60 pour cent, c'est déjà mieux que rien.
Selon trois études récentes du CDC ( Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies) les personnes vaccinées auraient 11 fois moins de risques de mourir du Covid 19. Les vaccins contre la Covid-19 offrent une forte protection contre les hospitalisations et les décès, notamment face au variant Delta.
Source: Monitoring Incidence of COVID-19 Cases, Hospitalizations, and Deaths, by Vaccination Status — 13 US Jurisdictions, April 4–July 17, 2021 | MMWR 

En revanche, les données de pharmacovigilance de l’Agence nationale du médicament font état de 24% d’effets indésirables graves sur le nombre de cas total de vaccinations avec effets indésirables (période du 3 au 16 septembre 2021). Une moyenne effectuée sur l’ensemble des vaccins administrés.
Selon la définition de l’ANSM, un effet indésirable grave est "létal, ou susceptible de mettre la vie en danger, ou entraîne une invalidité ou une incapacité importante ou durable, ou provoque ou prolonge une hospitalisation, ou se manifeste par une anomalie ou une malformation congénitale. Peut également être considéré comme grave tout effet indésirable jugé comme tel par un professionnel de santé.”
Source: https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/covid-19-suivi-hebdomadaire-des-cas-deffets-indesirables-des-vaccins
MAURICE : Je suis contre l’obligation vaccinale, car on ne peut pas contraindre les gens à prendre un vaccin sur lequel nous n'avons pas de recul. En Guyane nous subissons, un certain mépris de l’Etat français. Je pense que si on veut nous imposer les mêmes contraintes qu’en Hexagone, il va falloir nous donner les mêmes avantages.
Tous les 3 mois on découvre quelque chose de nouveau. Si on se base sur les chiffres, ce n’est pas une maladie aussi grave qu’on voudrait  nous le faire croire.
 
Le Covid-19 entraine 3 fois plus de décès à l’hôpital que la grippe saisonnière, selon les résultats d’une étude récente de l’Inserm et du CHU de Dijon. Cette étude s’appuie sur les données nationales françaises de près de 130 000 patients hospitalisés pour Covid-19 ou pour grippe saisonnière.
Source: The Lancet Respiratory Medicine.
2- Que pensez-vous de la vaccination contre le Covid 19? 
MARC : Je suis pour le vaccin, car il est prouvé qu’il est efficace. Il y a deux types de vaccin: celui qui s’adresse à ARN, et ceux avec le virus neutralisé. J’ai peur des effets à long terme de ce dernier. Pour celui sur la base de l’ARN, j’ai davantage confiance.
La fabrication des vaccins à ARN messager est aussi devenue plus « simple » que celles des autres types de vaccins, qu’il s’agisse de vaccins vivants atténués ou de vaccins inactivés. Les premiers sont basés sur l’emploi d’agents infectieux vivants modifiés afin qu’ils perdent leur pouvoir infectieux; les seconds contiennent des agents infectieux « tués » ou des fragments d’agents infectieux soigneusement purifiés et apprêtés.

Les vaccins à ARNm quant à eux sont produits par synthèse chimique, plus rapide et moins coûteuse. Contrairement aux vaccins vivants atténués, le risque de retour à la virulence est nul, puisqu’ils ne contiennent pas d’agent infectieux. Ils fonctionnent uniquement à partir de l’information nécessaire à la production d’une protéine virale.
Source: https://www.inrae.fr/actualites/avantages-desavantages-risques-ce-quil-faut-savoir-vaccins-arn
MAURICE: Je ne suis pas contre le vaccin, mais je suis contre le Pass sanitaire qui est une manière dissimulée de contraindre au vaccin. La seule chose qui me pousserait à me faire vacciner c’est un recul suffisant. On devrait chercher à soigner les gens avant qu’il n’attrape la maladie.
Le pass sanitaire devrait entrer en vigueur en Guyane à partir du 15 novembre. Il n’oblige pas à se faire vacciner puisque vous pouvez également montrer un test PCR négatif ou un certificat de rétablissement si vous avez déjà été infecté.
En outre, selon les annonces gouvernementales, à partir du 15 octobre, les tests PCR non prescrits (par votre médecin suite à des symptômes) ne seront pas remboursés. Le prix test PCR devrait tourner autour de 43 € et le test antigénique compris entre 20 et 25 €. Si vous souhaitez vous rendre dans certains lieux publics sans être vaccinés, il va donc falloir prévoir un certain budget.
A ce prix, la liberté de choix est-elle réellement garantie?
3- Que pensez-vous du mouvement de revendication de la Caravane de la liberté?

MARC: Sur le fond, je comprends le but de la revendication. Sur la forme , je pense que cette caravane mélange un peu trop les genres, et que ça va desservir leurs propos. Elle va un peu dans tous les sens en parlant de Pass sanitaire, de l’obligation vaccinale, d’impérialisme, de colonialisme. Cette obligation existe dans toute la France et dans d’autres pays du monde. La Guyane n'est pas la seule concernée.

MAURICE: Sur le fond, ils mènent de bonnes actions. Sur la forme, je ne pense pas qu’aller rouler dans les rues soit vraiment utile pour leur action.

4- Comment percevez-vous les débats actuels autour de la question de la vaccination?
MARC: En réalité, j’appréhendais un peu de donner cette interview. Certains de mes proches sont contre le vaccin et se basent souvent sur des fake news. Il manque beaucoup d'information concernant les raisons des décès. Est-ce dû au vaccin ou à l’absence de vaccin, on ne saurait le dire.

MAURICE: Il est difficile de donner un avis négatif sur la vaccination. Les gens qui sont vaccinés, vous voient comme des égoïstes. Mais je n’ai jamais encore contaminé personne dans mon entourage. Pas à ma connaissance en tout cas.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Thibault Loupec 06.10.2021
Les fake news résistent mieux au vaccin que le virus

C'est bien de citer les sources comme l'ANSM, 25% d'effets indésirables graves, ça fait peur, encore faut-il tout dire : sur 53 000 cas déclarés pour le Pfizer ça fait 13 250 cas d'effets indésirables graves depuis le début de la vaccination. Rapportés aux 74 MILLIONS de doses administrées, le risque tombe à moins de 0,02%! Moins vendeur mais bien plus rassurant, d'autant que la grande partie de ses effets indésirables graves concerne encore des réactions au point de ponction...
Pour développer un vaccin contre une maladie qui touche peu de personnes, il faut parfois 10 ans pour inclure un nombre suffisant de malades. Pour la covid, on en eu des millions d'un coup, des subventions à foison, une réelle motivation mondiale, un partage des connaissances entre scientifiques jamais vu auparavant, et des méthodes de travail déjà connues, raisons pour lesquelles nous avons pu avoir rapidement des vaccins efficaces et sûrs.

La gravité d'une maladie ne se résume pas à son taux de mortalité. Quand elle touche un grand nombre, il faut aussi évaluer sa capacité à paralyser un système de santé par des afflux massifs de formes graves en rea. C'est le cas de la covid-19.

Pendant ce temps la caravane de la liberté, liberté de transmettre le virus et de diffuser les bêtises, avance sur la route de la honte et continue de propager ses fake news.
Rappelez-moi le taux de personnes non vaccinées dans les réas de Guyane en ce moment, c’est 98 ? ou 99% ? Je ne sais plus…

Répondre Signaler au modérateur
g6d 04.10.2021

Pendant que les Guyanais sont ni pour, ni contre, la Réunion voit toutes les restrictions levées. Chacun assume les conséquences de ses actes, les Guyanais comme les Reunionnais !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
13 commentaires
5 commentaires
2 commentaires
17 commentaires
A la une
1 commentaire
3 commentaires
Société

Avril 1981 : Cayenne a soif

Marlène CLÉOMA ( m.cleoma@agmedias.fr) - Mercredi 8 Décembre 2021

 En ce premier trimestre de l’année 1981 les Guyanais font face à de nombreuses...

1 commentaire