• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Santé publique

Un "baby-boom" vient perturber (encore plus) les services hospitaliers

Iris Joussen Lundi 23 Août 2021 - 14h20
Un "baby-boom" vient perturber (encore plus) les services hospitaliers

A la sortie de la réunion de crise qui s'est tenue le 22 août, le directeur de l'hôpital de Cayenne, Christophe Robert confirme que les urgences arrivent à saturation, les autres services étant actuellement engorgés...mais pas uniquement à cause des patients du Covid-19. Les accouchements seraient en train d'exploser en ce moment.

Bien qu'il y ait une réunion de crise hebdomadaire au sein de la direction hospitalière à Cayenne depuis le début de l'épidémie, celle-ci est signe de mauvais augure. Avec un taux d'incidence autour de 400 pour 100 000 habitants en Guyane et de 600 sur l'île de Cayenne déclaré vendredi dernier, nous avons rapidement la confirmation d'une forte affluence aux urgences ce week-end. "Depuis samedi soir, une cinquantaine de personnes transitent vers les urgencesL'hôpital est confronté à une situation difficile" déclare le directeur de l'hôpital à la sortie de la réunion. Mais celui-ci précise immédiatement que ce n'est pas entièrement dû au Covid.

Une explosion d'accouchements

En cause : une activité de traumatologie d'urgence très élevée et... une explosion d'accouchements. Le pôle femme/enfant serait en effet debordé. "C'est saisonnier, c'est habituel d'avoir chaque année une crise avec un débordement du service obstétrique mais il semblerait que le confinement ait accentué le phénomène". Sans vouloir tirer de conséquences hâtives, il précise  "qu'il s'agit d'une affluence très importante de femmes venant accoucher sur une fenêtre de temps si courte".

De bonnes nouvelles donc... sauf que ce "pic de natalité" aurait un effet domino sur le débordement des services compliquant la prise en charge des patients : " L'hôpital suit un protocole très strict en matière de covid et des lits sont réservés aux patientes Covid. Toute l'organisation se voit donc perturbée, ce qui complique au quotidien la tâche des équipes" explique le directeur. Le service de réanimation néonatal serait lui aussi surchargé. Conséquence? "Nous disposons de peu de marge de manoeuvre en termes de lits, de capacité d'hospitalisations et de redéploiement du personnel". Sur ce dernier point, Christophe Robert l'explique également par le fait que l'hôpital ne peut plus compter sur de renforts extérieurs, "tous les moyens sont dirigés en priorité vers les Antilles. Nous tournons donc avec des moyens limités et nos équipes font des heures supplémentaires".

Une ambiance qui mine le moral de ces équipes. "Nous en avons conscience et dès le début de la crise, nous avons mis en place un service d'écoute et d'aide psychologique. Mais si nous nous dirigeons vers une situation tendue comme aux Antilles, les soignants vont encore être en première ligne. Nous allons donc renforcer ces soutiens et faire appel à des cellules d'urgence médico psychologiques pour venir aider les équipes".

Bientôt le pass sanitaire à l'hôpital
 
Autre complication à venir à l'hôpital, c'est celle de l'instauration du pass sanitaire à compter du 8 septembre prochain. Les visiteurs devront bientôt présenter un schéma vaccinal complet, OU un test antigénique/PCR pour entrer dans les locaux sauf pour les urgences où aucun pass ne sera requis.

Parmi les tests acceptés figurent les autotests. Reste à savoir si ces derniers seront directement fournis par l'hôpital ou s'il faudra se rendre à la pharmacie juste en face. Sur ces modalités, le service de communication du CHC présentera un point complet dans les jours à venir.

Revoir l'intervention du directeur du CHC, Christophe Robert :


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
10 commentaires

Vos commentaires

g6d 24.08.2021

Jayjay réagit brutalement quand on est pas d'accord avec ses croyances. J'ai arrêté de parler de la vaccination quand je me suis rendu compte que le choix de la vaccination était un choix politique pour beaucoup de Guyanais. Dommage que la raison ait quitté ce sujet. La Martinique et la Guadeloupe en paient le prix fort aujiurd' hui. Que dira t on demain si les médecins des hôpitaux de Guyane sont obligés de trier les malades, faute de place ?

Répondre Signaler au modérateur
Parbo 24.08.2021

C bien connue en Guyane , faire des grosses pour le fric

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.08.2021
c'est quoi tout ses gens qui crache sur la Guyane la???

serieux, y sont payer ses gens pour tout le temps crachez sur Trop Violans et les collectifs et sur la Guyane en general?? C'est Macron qui vous paye avec les sous de Rochild ou quoi??

vous allez dans la rue, discutez avec les gens ou devant le chin ou en carbet, personne dit des aneries comme "les Guyanais sont assister, faut ecouter la metropole et prendre le vaccin" ect.

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 24.08.2021
Exactement JAY

et pourtant c'est devant les chinois que l'on trouve les plus grandes tètes pensantes de notre belle région d'intellectuels.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 24.08.2021

Certains qui considèrent toujours le gouvernement comme responsable de tous les maux dont souffre la Guyane oublient que les politiques et la population ne font pas grand chose pour rendre notre territoire attractif. Les hôpitaux sont obligés de recruter des medecins qui n'ont pas le droit de travailler en métropole. Quand on voit les positions des elus locaux, quel médecin qualifié aurait envie de venir travailler avec des élus qui remettent en cause leurs compétences sur la foi des bobards qui circulent sur les reseaux sociaux. Les Guyanais ont les personnalités politiques qu'ils choisissent et les moyens que ceux ci permettent de se développer. Pourquoi y a-t-il autant de postes de médecins vacants en Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Soula 24.08.2021

un pass sanitaire pour entrer à l'hôpital mais j'hallucine, ils dépassent les bornes!!!! P.S: ce n'est pas le baby boom qui "perturbe" l'hôpital mais les mépris successifs des différents gouvernements envers le monde hospitalier. Réduire les budgets des hôpitaux et ainsi leur personnel nous a mis dans de telles situations catastrophiques. Dites à l'armée à qui vous avez donné encore plus d'argent au dépens du monde médical de venir soigner et accoucher ces gens. Faut assumer vos erreurs au lieu de blâmer encore et encore la population. Et pour ceux qui polluent les commentaires en insultant les citoyens qui réclament leur liberté, partez en Chine, là personne n'osera désobéir au gouvernement, vous serez heureux!

Répondre Signaler au modérateur
g6d 24.08.2021

Serville va t il également enquêter sur ce boom afin de savoir si c'est vrai ? Cela dépendra de l'humeur des professionnels du bobard qui interviennent sur les reseaux sociaux, probablement.

Répondre Signaler au modérateur
Krobo Laplaj 28.08.2021

Ce n'est pas Serville qui devrait enquêter sur le boom des naissances, mais plutôt la justice. Elles ont quel âge, celles qui accouchent ?
Et si ce sont les "bébés carnaval" qui naissent prématurés, Serville devra se préparer à multiplier les classes d'enseignement adapté :-(

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 24.08.2021
Guyane prolifique!

35 lits de réanimation en Guyane répartis sur trois hôpitaux ! Pour un population en croissance exponentielle (désormais plus de 10 000 naissances par an!
C'est un choix assumé par les décideurs depuis plus de 10 ans dans un souci d économies budgétaires. La panacée : l'hospitalisation à domicile...Or ça ne marche apparemment pas avec l épidémie de covid même si contenue dès lors que la Guyane est un pays jeune!

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 25.08.2021
bah oui

s'est clair qui ya des morts du covid (pas beaucoup et agé et malades) mais s'est largement equilibrer avec le nombre de naissance !! donc la population de la Guyane est en croisance, pas en baisse comme dans les Antilles...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
2 commentaires
7 commentaires
11 commentaires
A la une
5 commentaires
Société

Jean-Luc Melenchon en Guyane du 20 au 26 octobre

P.R - Dimanche 17 Octobre 2021

6 commentaires