• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

"Tous unis contre la Covid" : le clip des restaurateurs et de l'ARS avec les personnalités guyanaises !

Samir MATHIEU Vendredi 27 Novembre 2020 - 14h43
"Tous unis contre la Covid" : le clip des restaurateurs et de l'ARS avec les personnalités guyanaises !
Le clip a été tourné le mercredi 18 novembre dernier dans le studio de KTV, situé au niveau de l'église de Montabo à Cayenne. - S.M.

Un clip pour lutter "ensemble" contre la Covid. L'idée vient de voir le jour à l'initiative du Groupement des restaurateurs de Guyane, qui avait été sollicité par l'ARS pour trouver un moyen de communication "efficace et rassembleur" et qui sorte des canaux traditionnels institutionnels. Alain Eoche, contacté par Clara de Bort, a alors réuni toute une palette de personnalités guyanaises, pour un clip, qui vient d'être tourné, et  va être diffusé dès le début de la semaine prochaine sur toutes les ondes, notamment de Guyane La 1ere et sur franceguyane.fr et les réseaux sociaux. Objectif : parler au plus grand nombre et rappeler les gestes barrières pour mieux se protéger face au virus.

"Tous unis contre la Covid" : c'est le titre du clip tourné la semaine dernière à Cayenne, avec une dizaine de personnalités guyanaises. Le président du Groupement des restaurateurs de Guyane, Alain Éoche, a réuni autour de lui les Guyanais populaires qui sont susceptibles de parler au plus grand nombre. On retrouve dans ce clip, aux couleurs de la Guyane Viviane Émigré, Miss Guyane 2020 - Héléneschka Horth, le chef coûtumier Éric Louis, Andressa Duvigneau, Saïna Manotte, Steve Élina, Gilles Vernet mais aussi Lova Jah. Dans cette vidéo, un message est délivré par chacune et chacun, invitant les habitants à maintenir les efforts liés aux gestes barrières. Le clip de 38 secondes sera diffusé dès la semaine prochainement régulièrement sur les ondes de Guyane La 1ere et sera largement relayé sur les réseaux. Nous le relayerons également sur franceguyane.fr et sur nos réseaux sociaux, en soutien à cette démarche.
Nous avons rencontré les initiateurs du projet : Clara de Bort, directrice générale de l'ARS (Agence régionale de la santé) de Guyane et Alain Éoche, président des Restaurateurs de Guyane (qui rassemble plusieurs dizaines d'établissements guyanais). Interview croisée :

Clara de Bort : On a été dans quelque chose de très descendant jusqu'à présent. Ce sont les autorités qui depuis le début disent ce qu'il faut faire. Pour moi, c'était très important d'intégrer la société civile dans cette démarche. Et la démarche d'Alain Éoche, qui nous a interrogé à plusieurs reprises, ce n'était pas pour nous mettre en difficulté, mais pour anticiper. C'est pourquoi j'ai choisi de travailler avec ce socio-professionnel pour qu'on puisse dire au plus grand nombre comment on travaille, mais aussi pour entendre leur réalité, leur quotidien dans cette crise. Cela permet à chacun de connaître les tenants et les aboutissants et d'avoir une vision globale de la situation.

Alain Éoche : Clara de Bort m'a téléphoné pour me dire : "j'aimerai vous rencontrer pour parler de l'évolution de la maladie, pour voir comment on peut gérer et trouver des solutions ensemble". Et moi je l'ai toujours dit, être dans la défense des restaurateurs et ne pas être d'accord avec tout, notamment sur les questions des horaires du couvre-feu, n'empêche pas d'agir ensemble. Quand on dit "Tous unis", ce ne sont pas que les citoyens, c'est aussi avec les institutions que cela doit se faire. Dans des cas aussi graves, aussi conséquents, on ne peut pas faire les choses seul dans son coin. Il faut s'unir.

Clara de Bort : L'objectif c'est de trouver des idées adaptées au terrain, pour parler au plus grand nombre. Il faut des idées fraîches avec la société civile, qui vient en complément de ce qu'on a pu penser et faire à l'ARS ou avec les associations. Il faut renouveler le discours. ça c'est passé aussi au moment où ça secouait beaucoup au niveau des restaurateurs dans l'hexagone, au moment du reconfinement. Je me suis dit, il faut pas que ça nous arrive ici. Il nous faut créer du lien, du dialogue et avancer.

Alain Éoche : Evidemment, ça a permis de faire avancer les choses. On ne pourra pas dire "on n'a rien fait".

Clara de Bort : On a tous besoin d'anticiper. Les restaurateurs pour leur métier, pour leur entreprises, nous pour anticiper sur la maladie et sur les réactions des gens. C'est de savoir ce qui va moins gêner les socio-professionnels. C'est important d'en parler avant d'être au pied du mur. Maintenant, on a quand même beaucoup appris avec la première vague. C'est à nous d'être plus subtil avec cette deuxième vague attendue.

Alain Éoche : Je trouve très intéressant et productif cette démarche. Ce travail, qui est concrétisé aujourd'hui à travers ce clip, destiné à tous, nous a permis d'avancer dans un objectif commun. Lutter contre la maladie et protéger le maximum de personnes. Ce travail est remarquable car on a tous appris. L'intérêt c'est d'être tous unis, y compris les entités professionnelles, l'administration et la société civile.

Clara de Bort : Il y a beaucoup d'ambivalance justement en Guyane. On nous demande régulièrement ce qu'on attend pour remettre en place un confinement ou un couvre-feu plus contraignant ? On nous dit, qu'est-ce que vous attendez ? On ressent une demande d'État très fort. Nous, on est dans une démarche d'adhésion de la population. On sait que sur le long terme, ça marche si on remporte l'adhésion du plus grand nombre.
Dans ce clip, il y a toutes les couleurs de la Guyane qui sont unies avec des personnes qui n'ont pas l'habitude d'être ensemble. C'est la responsabilité de l'État de permettre de délivrer un message par des personnes proches d'eux, qui leur parlent.

Alain Éoche : C'est tout l'intérêt d'avoir fait appel à des gens extérieur des administrations, des parcours classiques. On a essayé d'ouvrir des portes.

Clara de Bort : Quand Alain m'a fait part de cette idée de clip, qui mobilise des personnalités guyanaises connues et appréciées de tous, j'ai trouvé ça super. Du coup, à l'ARS, on a financé le projet, et on a laissé toute latitude au Groupement des restaurateurs pour qu'il mette en oeuvre cette action. C'est le Groupement qui s'est occupé de tout. On a juste signé une convention. Alain a trouvé les participants, les réalisateurs, monteurs... Et ils ont trouvé, je pense, les gens qui sont le plus représentatif du territoire.

Alain Éoche : J'ai cherché des gens connus et appréciés, mais qui sont également très suivies sur les réseaux. Ce sont des personnes populaires.

Clara de Bort : C'est aussi un travail totalement bénévole. Je les salue. Tous les participants ont accepté et sont bénévoles. C'est un geste citoyen remarquable. Chacun donne un peu de soi dans cette affaire.

Alain Éoche : De la part du groupement, c'était une action citoyenne et non corporative. Là, avec ce clip, l'idée n'était pas de défendre à tout prix et exclusivement la profession. On est dans une approche globale de lutte contre le virus, et d'intérêt général. L'idée c'était vraiment de se dire comment lutter et sensibiliser au mieux contre une deuxième vague trop forte et trop rapide... 

Clara de Bort & Alain Éoche : On remercie Guyane La 1ere, qui a accepté de diffuser gratuitement ce clip sur son antenne. Il sera diffusé également en masse sur les réseaux sociaux. On demande à tout le monde de le partager. Ce message est extrêmement important. Si il y a un bien un clip qu'il faut partager en cette fin d'année c'est celui-là. On est dans le buzz pour sauver des vies, et faire durer un peu plus longtemps le répis pour nos soignants, ici en Guyane.
Alain Éoche et Clara de Bort face à face. Après les critiques, le temps est venu de travailler ensemble entre ces deux partenaires, socio-pro et institutionnel - S. M.

C'est Phil Labonté, de Guyane La 1ere, qui a réalisé le clip vidéo du groupement des restaurateurs. - S.M.


Le clip a été tourné le mercredi 18 novembre dernier dans le studio de KTV, situé au niveau de l'église de Montabo à Cayenne. - S.M.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
8 commentaires
A la une
1 commentaire