France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Menace sur les œuvres sociales en Outre-mer

Vendredi 24 janvier 2020
 Menace sur les œuvres sociales en Outre-mer
Comité de gestion des oeuvres sociales hospitalières Outre-mer

Les députés de la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale ont procédé, jeudi, à l’audition de représentants des comités de gestion des œuvres sociales hospitalières (CGOSH) de Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Les parlementaires ont été alertés d’une sérieuse menace qui pèse sur les moyens d’existence et l’autonomie de ces comités de gestion. Si l’alerte est venue de la Guadeloupe où la directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) a purement et simplement demandé aux services hospitaliers de ne plus payer leurs parts de cotisations aux CGOSH en raison d’une absence d’agrément en bonne et due forme. La bonne blague !

Aides, prêts…

Le fonctionnement des CGOSH, qui est régi par une circulaire de 1966, n’en prévoyait pas et, depuis, 1998, les demandes d’agréments faites par l’ensemble des CGOSH d’Outre-mer ont été nombreuses et toutes sont restées sans réponse. Mais seulement, les échanges sont réels et fréquents entre les CGOSH d’Outre-mer et la Direction générale des organismes sociaux du ministère de la Santé. Mais ce dernier leur demande d’attendre l’examen de la loi de refondation de l’action sociale pour régler ce problème juridique. Camille Bonne, directeur du Comité de gestion des œuvres hospitalière de La Réunion (COGHOR), explique que les comités de gestion en Outre-mer sont principalement financés par une cotisation de 1,5 % de la masse salariale des hospitaliers, hors médecins. Leurs prestations sont des aides, des prêts remboursables, des services d’hôtellerie et de restauration, l’organisation d’activités culturelles, sportives et des voyages pour leurs membres. Leur conseil d’administration est composé de bénévoles issus pour moitié de la Fédération syndicale hospitalière, et pour l’autre de représentants des personnels. Il y a un CGOSH dans chacun des départements d’Outre-mer à l’exception pour l’heure de Mayotte. Ils ont 50 ans d’âge moyen, 80 employés et ils gèrent 18 millions d’euros pour une population de 31 500 personnels hospitaliers et 88 900 ayant-droits. Il a été sans cesse rappelé que ce défaut d’agrément des CGOSH d’Outre-mer était un serpent de mer. Il a fait l’objet dans cette même assemblée, dix ans plus tôt, de deux questions au gouvernement, l’une d’Huguette Bello, l’autre d’une députée nommée Annick Girardin. Les députés, comme les représentants des CGOSH, voient dans ces attaques une volonté délibérée de les faire disparaître, à tout le moins de le mettre sous la coupe de l’Hexagone. À l’inverse du fameux principe de différenciation cher au président de la République.

« Un mépris »

« C’est le mépris de cinquante ans d’imagination collective », a commenté Olivier Serva, le président de la délégation Outre-mer en répétant la formule du Martiniquais Yvon Pacquit.

Solidaires, les cinq CGOSH d’Outre-mer ont obtenu des parlementaires l’adoption à l’unanimité d’une motion adressée à la ministre de la Santé pour qu’elle annule la décision unilatérale de l’ARS contre les CGOSH d’Outre-mer.

FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

cloclo 24.01.2020

Cela fait un bon nombre d'années que les gouvernements veulent mettre la mise sur la gestion des oeuvres sociales OM.
Il est hors de question de faire machine arrière de nous retrouver dépendant de l'hexagone.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une