Les taxis-ambulances ont-ils la « flemme » ?

Les taxis-ambulances ont-ils la « flemme » ?

 À cause de sa pathologie, Mary Thecua a besoin de se rendre à l’hôpital de jour trois fois par semaine. Elle loge sur un écart de la commune de Roura à près de 45 minutes de sa destination, l’hôpital Saint-Paul. Pendant cinq mois, un taxi conventionné par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) venait la récupérer chez elle et effectuait le trajet aller et retour. Mais en début juillet 2021, le véhicule agrée pour transport sanitaire lui aurait signalé qu’il « perd son temps sur la piste...

franceguyane.fr 1331 mots - 02.12.2021
Cet article d'archive est payant ou réservé à nos abonnés ayant un crédit suffisant
Vous disposez d'un compte avec un crédit d'archives ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié
Nos formules d'achat d'archive à l'unité
Nos formules d'abonnement

Découvrez toutes nos offres d'abonnement

Découvrir