France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Kourou

Les papillons cendre de retour

Aurélie PONSOT Mercredi 6 Novembre 2019 - 03h12
Les papillons cendre de retour
L'école Solange-Patient de Kourou est restée fermée hier, après l'invasion de papillons cendre. - Aurélie Ponsot

Le groupe scolaire Solange Patient a fermé ses portes lundi et hier suite à une invasion d'Hylesia Metabus, responsables de la papillonite.

Cinq cents petits Kourouciens privés d’école à cause des papillons cendre. C’est ce qui est arrivé aux enfants de Solange-Patient, à Kourou, lundi et hier. L’école a été fermée après l’apparition des vecteurs de la papillonite. Sodexnet a traité les zones infestées par un lavage à l’eau durant les deux jours. L’école devrait rouvrir ses portes demain matin.

La stratégie du black out

En août déjà, Kourou a été envahi par ces papillons attirés par la lumière blanche. En tournoyant dans l’air, ses femelles libèrent des microfléchettes urticantes pour l’homme. À Sinnamary, commune parmi les plus touchées par Hylesia Metabus, son nom scientifique, met en œuvre depuis cinq ans une stratégie de black out pour éviter leur propagation, c’est-à-dire l’extinction de 19 heures à 23 heures — plage horaire où ils sont les plus actifs — des lumières publiques. Les particuliers sont incités à faire de même. Des pièges lumineux ont été installés en périphérie de la ville, constitués de bacs d’eau ou d’huile, surmontés d’un projecteur afin d’attirer les papillons. Depuis, les invasions sont plus rares. Chacun est donc invité à ne pas allumer sa lumière ou à installer des lampes de couleur, pour ne pas attirer les papillons cendre. Pour l’attraper, ce qui est déconseillé, il vaut mieux se munir d’un linge humide. «  Après son passage, il est recommandé de bien nettoyer sa maison avec de l’eau, afin d’enlever toute trace de ses fléchettes », explique Jean Bernard Duchemin, responsable de l’unité d’entomologie médicale de l’Institut Pasteur, à Cayenne. Pour soulager les démangeaisons très intenses de la papillonite, le médecin peut prescrire des antihistaminiques, qui limitent l’envie de se gratter.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

fakarangi 06.11.2019

Si cela pouvait concerner la ville de Cayenne, nos enfants pourraient enfin dormir sans le vacarme nocturne de Kassiala sur le parking de l'école Jean Macé !

Répondre Signaler au modérateur
fakarangi 06.11.2019

Si cela pouvait concerner la ville de Cayenne, nos enfants pourraient enfin dormir sans le vacarme nocturne de Kassialata sur le parking de l'école Jean Macé

Répondre Signaler au modérateur
fakarangi 06.11.2019

Si cela pouvait toucher Cayenne, nos enfants pourraient dormir tranquillement sans être déranger pat le vacarme nocturne de Kassialata

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
7 commentaires