• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Santé

La périnatalité va connaître « une forte tension »

La rédaction Samedi 2 Juillet 2022 - 17h33
La périnatalité va connaître « une forte tension »
Les massages, ce bébé semble en raffoler. « Les massages établissent un contact privilégié entre la maman - ou le papa - et le bébé. Ils permettent aussi à l'enfant de mieux intégrer son schéma corporel » , explique Laurence Bosquillon, sage femme et coordinatrice du réseau Périnat. (A. S.-M.) - Archives

La lettre pro de l'Agence régionale de santé (ARS) de vendredi, prévient d'un manque de personnel chez les sages-femmes. Après le manque d'infirmiers qui obligent à fermer les urgences à une partie du public du Centre hospitalier de l'Ouest guyanais, l'hospitalisation à domicile des femmes enceintes est suspendue dans l'Ouest.

   Il n’y a pas que chez les infirmiers que l’on manque de bras. Comme de nombreuses autres régions, la Guyane fait face à un déficit de sages-femmes alors que s’ouvrent les grandes vacances.
    « Il en manque dans les hôpitaux de Cayenne et Saint-Laurent du Maroni mais aussi en PMI (protection maternelle et infantile), en HAD (hospitalisation à domicile) et en libéral, regrette Stéphanie Bernard, coordinatrice du réseau Périnat.
   En ville, du 15 juillet au 15 août, seule 50 % de l’activité sera maintenue à cause des départs en vacances. La plupart des sages-femmes libérales n’ont pas trouvé de remplaçant.
  "Dans l’ouest, l’activité de la HAD est suspendue", poursuit-elle. Quant aux hôpitaux, « l’activité est priorisée sur les activités non programmées : la salle d’accouchement et l’hospitalisation, au détriment des consultations et de la préparation à l’accouchement. Le risque, c’est une baisse de la qualité du suivi. Les établissements font appel aux heures supplémentaires ; les cadres reprennent des temps de soins ; les services se réorganisent en interne. »
  Les femmes enceintes non à risque des communes de l’intérieur pourront être orientées vers le centre hospitalier de Kourou (CHK), moins en tension, plutôt que celui de Cayenne (CHC) où elles sont accueillies habituellement.
Source : La lettre pro de l'ARS

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 06.07.2022
pas etonnant

qui est plus de "sages femmes" car elles sont obliger de prendre le vaccin... au nom de quoi on peut forcés les gens a prendre un vaccin contre leur "gré"... soi disant pays des droits humains mais on t'oblige a te faire piqué...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 04.07.2022

Vu la qualité de l'accueil des professionnels de santé qui viennent de métropole, je ne suis pas certain que la situation s'améliore. 1 tiers de infirmières formées quittent le territoire...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
6 commentaires
4 commentaires
A la une
1 commentaire