• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID-19

La Guyane, mauvaise élève de la vaccination à l’échelle nationale

Rédaction web & Afp Vendredi 27 Août 2021 - 15h32
La Guyane, mauvaise élève de la vaccination à l’échelle nationale
Au rythme actuel, "il faudrait attendre janvier 2024 pour avoir vacciné 90% des plus de 12 ans en Guyane" - D.R.

 Selon le dernier point vaccinal de l’ARS, la Guyane est désormais la région la moins vaccinée à l'échelle nationale, tous territoires confondus.

 Le 26 août, 19,5% de la population du territoire bénéficiait d’un schéma vaccinal complet. Talonnant les Antilles (19,9% pour la Guadeloupe et 20,5% pour la Martinique), mais loin derrière la France hexagonale (61,5%), la Guyane fait pâle figure quant à la part de la population qui dispose d’un schéma vaccinal complet.

Si les liaisons aériennes avec les Antilles sont sous le joug d’un protocole sanitaire strict (tests antigéniques à l’arrivée pour les non-vaccinés comme pour les vaccinés), l’autorité préfectorale multiplie les mesures de freinage à l’approche de la rentrée - décalée de 11 jours dans les zones rouges en Guyane – notamment au regard de la situation sanitaire alarmante en Guadeloupe et aux Antilles. En Guadeloupe, 5880 contaminations ont été comptabilisées entre le 16 et le 22 août 2021 et le confinement a été prolongé jusqu'au 19 septembre. Même régime en Martinique, avec 3211 contaminations sur cette période. 

A l’heure actuelle, le rythme des vaccinations en Guyane patine. Seuls 26,5% des plus de 12 ans disposent d'un schéma vacccinal complet. Le nombre de premières injections, 244 sur sept jours glissants, est en constante baisse depuis le 13 août. Alors que bon nombre de collectifs, représentants de corps socioprofessionnels et syndicats font part d'un déficit de mise en avant des éventuelles solutions alternatives à la vaccination, aucun traitement officiel autre que le vaccin Pfizer n’est validé par l’ARS de Guyane. De surcroît, le variant Delta, majoritaire en Guyane, est jugé deux fois plus transmissible que la souche historique. Or, plus un virus est contagieux, plus élevé est le seuil nécessaire à l’immunité collective. Un problème difficilement soluble au regard des dernières études sur le vaccin Pfizer
L'efficacité du vaccin Pfizer sur le variant Delta revue à la baisse
 
Pour le virus historique (au R0 de 3), ce dernier était estimé « à 66% » de personnes immunisées (personnes vaccinées ou déjà contaminées) selon le Pr Flahault, interrogé par l’Afp. Mais « si le R0 est de 8 comme avec le variant Delta », on arrive à 90 %, reprend-il.

Au rythme actuel, « il faudra attendre janvier 2024 pour avoir vacciné 90% des plus de 12 ans en Guyane. Pour atteindre le même objectif fin décembre 2021, il faudrait multiplier le rythme par quatre (1 000 premières injections par jour) » explique-t-on à l’ARS de Guyane. Tirant vers le bas la moyenne du territoire, la couverture vaccinale des 12-29 ans approche les 15 %, soit 19% pour les 18-29 ans, près de la moitié pour les 12-17 ans.

Selon des données publiées mardi 24 août par les autorités américaines, l’efficacité des vaccins Pfizer et Moderna contre l’infection a baissé de 91 % à 66 % depuis que Delta est devenu dominant aux États-Unis.En plus des caractéristiques du variant, cela pourrait être lié au fait que l’efficacité diminue avec le temps : elle tombe de 88 % à 74 % au bout de cinq à six mois pour Pfizer, et de 77 % à 67 % après quatre à cinq mois pour AstraZeneca, selon une étude britannique rendue publique mercredi 25 août. C’est ce qui pousse de plus en plus de pays à envisager une dose de rappel (le plus souvent une troisième dose).

Des taux plus qu’alarmants à l’approche d’une rentrée aux contours encore flous. Un protocole sanitaire national, gradué de 1 à 4, prévoit plusieurs scénarios. Dans l’ensemble des niveaux présentés par le ministère de l’Education nationale, si un cas de Covid-19 est confirmé dans une classe l’ensemble des élèves non-vaccinés en seront évincés.

Dans ce cadre, l’ARS élabore déjà un plan de vaccination en milieu scolaire qui a été transmis au Recteur. « A partir du 13 septembre 2021, une équipe mobile de vaccination du CHOG peut être disponible dans chaque établissement de la ville de Saint-Laurent du Maroni (cinq collèges et trois lycées, ainsi qu’un établissement privé), de 9h à 13h du Lundi au Vendredi. » peut-on lire dans le point vaccinal de l’ARS. On parlerait d’un volume possible de 150 personnes vaccinées par séance.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

HIHIHI 30.08.2021
bisous JAYJAY

Merci JAYJAY!
Votre intellect me fait tellement rire...
Vous êtes fières d'être bas du plafond et je trouve ca admirable!
Vous êtes bien un Français, il n'y a aucun doute, vous fanfaronnez les deux pieds dans la m*rde

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 28.08.2021
fier

d'etre Guyanais! Ils peuve continuer a nous mettre en derision mais leur "pass" ne passera pas ici, jamais!! ARS, institue "Pasteur", dehors! en France ce samedi encore ils ont bien mis le zouk dans la rue, macron doit flippé sur sa reelection!!

Répondre Signaler au modérateur
Nicolas Hory 30.08.2021
Ortaugrafe

Y a t'il un vaccin pour les fautes d'orthographe ?

Répondre Signaler au modérateur
cicerone 28.08.2021
attention les syndicalistes

les representants du syndicat local menent grand tapage contre l'obligation vaccinale , mais en fait contre le vaccin mais ils devraient etre plus prudents , en Martinique toutes les tetes de l'equivalent de notre UTG sonttous morts du COVID ,et comme leurs comperes de Guyane ils étaient contre le vaccin mais à quoi bon essayer de faire appel à l'intelligence des gens quand on a atteint ce niveau de betise au point de croire que le vaccin disparaitra de lui meme sans rien faire et alors que chaque variant apporte plus de complications et qu'un variant actuelement en Indonesie tue les enfants !!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 28.08.2021
A quand un variant guyanais ?

A force de jouer avec le feu, on va finir par créer notre propre variant.
On est pas prêt d'être considérés comme des pestiférés par le monde entier, même le Brésil expulse les guyanais, ils n'en veulent plus qui entrent sur leur territoire...

Répondre Signaler au modérateur
Krobo Laplaj 28.08.2021

Il me semble que la presse a déjà fait mention d'un "variant guyanais", dérivé du variant gamma (brésilien). Vous avez raison, notre faible taux de vaccination fera vite de nous des pestiférés en Amérique du sud, qui a considérablement avancé sa campagne d'immunisation. Espérons que le vaccin Sanofi-Pasteur, prometteur lors des essais, qui devrait être prêt d'ici la fin de l'année, arrive en Guyane, et suscite plus d'adhésion.

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 28.08.2021
Et de l'Amérique du Sud.

En Amérique du Sud, nous fermons la marche avec le Vénézuela où la non-vaccination n'est pas un choix. Nos voisins brésiliens ont eu du retard à l'allumage mais semblent rattraper leur retard. Notre "Suisse" sud-américaine a ses spécificités.

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 28.08.2021
Question de qi

Ici le qi ne semble pas très élevé mais nous ne sommes pas opposés à ce que l on nous démontre le contraire.
De nombreux guyanais donnent en effet l impression d être persuadés de faire partie de l élite intellectuelle.

On se vaccine pas parce que c est trop d efforts de PENSER les effets positifs de la vaccination.
Et puis il est plus facile de dire non que oui.
Quand tu dis oui c est que tu es un soumis.
Quand tu dis non c'est que tu démontre avoir du caractère.
A suivre

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 28.08.2021

Simpliste. Des personnes au qi au-dessus de la moyenne (pour reprendre ce marqueur discutable) refusent aussi la vaccination… Qui plus est, arguer de la bêtise de l'autre pour stigmatiser un antagonisme, n'est pas forcément une démonstration d'intelligence forcenée… Comprendre les dissensions et s'en accomoder réclame sans doute plus d'effort.

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 28.08.2021

Vous avez raison Bellod, il y a des opposants au vaccin qui sont sincères dans leur conviction, persuadés que le vaccin est dangereux. Il y a aussi les cyniques et opportunistes qui utilisent ces peurs pour avancer leurs pions et servir leur cause. Ne mettons pas tout le monde dans le même panier, les choses sont bien plus complexes que nous le souhaiterions.

Répondre Signaler au modérateur
Krobo Laplaj 28.08.2021
Plutôt de l'aveuglement

Pour moi, le refus de la vaccination anti-covid tient plus de l'aveuglement que de la bêtise. Les réseaux sociaux y jouent un rôle important : leur mode de fonctionnement fait qu'ils ont intérêt à ce que l'épidémie se poursuive. A nous, les vaccinés, de faire l'effort d'aller vers ceux qui ont peur du vaccin, pour leur expliquer que la piqûre ne nous a fait aucun tort.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
2 commentaires
7 commentaires
11 commentaires
A la une
1 commentaire
8 commentaires