• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SANTE

Deux agents du CH de Kourou visés par une enquête administrative suite à plusieurs signalements

G.T. (g.tringham@agmedias.fr) Jeudi 5 Mai 2022 - 14h44
Deux agents du CH de Kourou visés par une enquête administrative suite à plusieurs signalements
(photo d'archives)

Fin avril, la direction du Centre hospitalier de Kourou reçoit plusieurs signalements internes mettant en cause des personnels de l’établissement. Deux agents sont suspendus de leurs fonctions. L'UTG annonce déjà une manifestation demain devant les urgences à partir de 11 heures.  

C'est par communiqué que l'Agence régionale de santé a annoncé la nouvelle : "au regard de la gravité des faits décrits et comme prévu par la loi, la direction du CH de Kourou a informé l’Agence Régionale de Santé, et décidé de prononcer la suspension à titre conservatoire de deux agents et d’ouvrir une enquête administrative." Cette suspension consiste à éloigner temporairement les personnes suspectées d'avoir "commis des actes pouvant constituer une faute disciplinaire et perturber le fonctionnement du service."

L'ARS souligne tout de même : "Ce n'est pas une sanction disciplinaire et ne préjuge d’aucune culpabilité", avant de préciser encore : "ces procédures sont essentielles pour faire la lumière sur les faits et faire cesser d’éventuels actes inappropriés. À ce titre, la direction du CHK et l’Agence Régionale de Santé soulignent le professionnalisme de celles et ceux qui ont pris leurs responsabilités en signalant des faits présumés anormaux."

Ces signalements ont été rapportés par "plusieurs personnes de manière croisée. Si les faits sont avérés, la sécurité des patients aurait pu être mise en cause", nous rapporte une source proche du dossier.

L'UTG répond et annonce une mobilisation
"Aujourd’hui, deux agents ont été suspendus avec effet immédiat ! Leur a-t-on donné les raisons et les motivations de cette sanction morale ? Évidemment que non ! Aucune information ne leur est donnée. Elles ont ordre de rester chez elle, sans que la directrice juge utile, nécessaire de justifier sa décision. Mais pour qui cette dame (la directrice de l'hôpital, NDLR) se prend-elle ? Qu’on dise aux agents de quoi ils sont accusés semble être la moindre des choses !"

"Une cadre supèrieure et une infirmière du service unité de surveillance continue", seraient visés par la procédure d'après la section UTG du centre hospitalier.

Le syndicat hausse ensuite le ton : "attention à vous, cette direction est méchante, elle n’a peur de rien, elle est méprisante, elle est maltraitante, vous n’êtes rien pour eux et ils vous le disent sans détours ! 15 millions de déficit, nous le dénoncions déjà il y a un an, la situation n’a pas changé."

Cet événement remet sur la table d'anciennes revendications. L'UTG les liste et les exige en vue de leur mobilisation demain :
  • Que les suspensions de nos collègues soient levées immédiatement !
  • Que les billets d’avions soient pris en compte dès la paie du mois de mai 2022
  • Que les changements de grades pour 2021 soient effectifs au 1er septembre 2021
  • Que la sécurité des biens et personnels d’astreinte soient garantis
  • Que les postes à pourvoir soient pourvus
  • Qu’une politique d’accueil et d’accompagnement des nouveaux arrivants soient (enfin !) mise en place.
  • Que les notes soient communiquées aux agents avant le 15 mai 2022
  • Que les collègues qui ont fait une école et obtenu un diplôme soient reconnus dans leur nouvelle fonction et rémunéré en conséquence avec effet rétroactif
  • Que le service RH réponde aux mails qu’ils reçoivent
  • Que la direction arrête immédiatement sa politique de suppression de poste
  • Que la direction signe dès à présent un accord avec la SIMKO pour un accès prioritaire au parc locatif
  • Que le mépris cesse et que le dialogue reprenne.
Le syndicat donne rendez-vous demain devant les urgences du CHK pour un "point d'information" à partir de 11 heures.
 

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une
2 commentaires