• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

Covid19 : 4 cas de variants recensés, la couverture vaccinale élargie aux plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé

Samedi 13 Février 2021 - 19h15
Covid19 : 4 cas de variants recensés, la couverture vaccinale élargie aux plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé
4 cas de variants détectés à Rémire, Matoury et Cayenne. La couverture vaccinale est élargie en Guyane.

La Guyane officiellement touchée par les variants du Covid. 4 cas ont été officiellement signalés selon l'ARS chez des personnes résidants à Rémire, Matoury et Cayenne. Un malade en est mort. En réaction, l'ARS élargit la couverture vaccinale à tous les habitants de plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé de Guyane, qui pourront désormais être vaccinés. 

La Guyane n'est plus isolée en la matière. 4 cas de variant viennent d'être détectés chez des habitants de l'île de Cayenne (Rémire-Montjoly, Matoury et Cayenne) par le laboratoire Eurofins. Une des personnes touchées est morte du variant du Covid. Des analyses supplémentaires ont été diligentées pour connaître quels sont le ou les variants présents en Guyane. 
En réaction, la directrice de l'ARS, Clara de Bort, a décidé de l'élargissement de la couverture vaccinale aux plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé de Guyane, sans critère d'âge. Cela va permettre de vacciner plus rapidement un plus grand nombre de personnes. 

Le communiqué de l'ARS :

4 premiers cas de variants détectés en Guyane Cayenne le samedi 13 février 2021 La cible vaccinale élargie à toute la population de plus de 50 ans et à tous les professionnels de santé. Ce samedi 13 février, quatre prélèvements positifs au COVID soumis à criblage ont été repérés comme positifs à l’un des variants recherchés. Ces prélèvements vont être soumis au séquençage pour connaître avec certitude le type de variant en cause (anglais, sud-africain ou brésilien). Les opérations d’isolement strict et de recherche de contacts ont été immédiatement lancées par l’ARS et l’Assurance maladie. Pour limiter le risque épidémique, la cible des personnes prioritaires à la vaccination est élargie à tous les professionnels de santé et toute la population de plus de 50 ans.
Le samedi 13 février, le laboratoire EuroFins a signalé à l’ARS la présence de variants à l’issue d’opérations de criblage sur des prélèvements positifs au COVID réalisés chez quatre personnes de 57 à 62 ans, sans relations directes entre elles, résidant à Rémire-Montjoly, Matoury et Cayenne. Trois prélèvements datent du 4 février et un du 9 février. L’une des trois premières personnes est décédée la semaine dernière. Les trois autres personnes sont prises en charge par les autorités sanitaires dans le cadre des procédures renforcées « variant ». Sans attendre, les patients ont été contactés, les opérations d’isolement strict, de recherche de l’origine des contaminations, de recherche et d’alerte des contacts ont été lancées par l’ARS et l’Assurance Maladie.
Pour le moment, l’origine de ces contaminations n’est pas connue. Depuis plusieurs semaines, tout test COVID donnant lieu à un résultat positif fait désormais l’objet d’une RT-PCR de criblage afin de déterminer s’il s’agit d’une contamination par un variant d’intérêt, c’est-à-dire l’une des souches particulièrement surveillées dans le monde du fait de leur contagiosité accrue. Le criblage est plus rapide que le séquençage : il compare le prélèvement aux variants recherchés et permet d’agir immédiatement. Un résultat positif au criblage permet de confirmer que les patients ont été porteurs de l’un des variants recherchés. Le séquençage réalisé dans les prochains jours permettra de connaître précisément la nature du variant en cause.
Lors de la contamination par un variant, les procédures sont renforcées. L’isolement est allongé à dix jours pour les personnes porteuses du variant sud-africain (V2) ou brésilien (V3). Pour ces personnes, compte tenu de la nécessité absolue d’éviter tout risque de contagion, la levée de l’isolement est conditionnée à l’obtention d’un test négatif. Si le second test est positif, l’isolement est prolongé de sept jours. L’isolement ne peut pas être levé si le cas confirmé présente de la fièvre au cours des quarante-huit dernières heures. En cas de fort risque de propagation du virus du fait de la situation personnelle de la personne (personnes vivant en famille, notamment avec des proches fragiles), une offre spécifique d’hébergement est proposée.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Smet 15.02.2021

j'ai lu sur le site facebook de l'ARS un réponse à la question des RDV sur le site, ils ont déclaré:

"Il faut prendre rendez-vous pour que les doses soient décongelées en fonction des besoins. Vous pouvez utiliser le site internet de prise de rendez-vous même si le paramètrage du site n’est pas encore à jour"

Ce qui veut dire, mettez plus de 50 ans et/ou personnel médical et prenez un RDV dans ce contexte, c'est ce que j'ai fait, je régulariserai sur place

Répondre Signaler au modérateur
PAKIKOY 15.02.2021

RDV pris a 9h pour mon épouse au CHK pour mardi prochain a 9h cela fonctionne il faut juste un peu de patience car c'est le vaccin BION TECH il ne peut pas être administrer en pharmacie

Répondre Signaler au modérateur
RAPHI 14.02.2021

sauf qu il n est pas possible d avoir un rv

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 15.02.2021

Si vous entrez dans les critères, c'est possible.

Répondre Signaler au modérateur
Smet 14.02.2021
Un premier pas, enfin...

Ça fait plus de 2 semaines que je persecute l'ars sur les réseaux sociaux pour les mettre en garde contre le côté inévitable de l'arrivée des variants, mais aussi sur la nécessité de changer de toute urgence la stratégie vaccinale.

Ils font enfin un pas en avant.

Les réservations pour se faire vacciner à Cayenne sont déjà saturées, preuve que la demande est bien là.

La prochaine étape c'est de commander de toute urgence des stocks de vaccins, si possible du Moderna plus adapté à la Guyane, et une fois le produit arrivé, réquisitionner le prog et tout le personnel mobilisable pour ouvrir la vaccination à tout le monde et vacciner en masse.

Si on s'en donne les moyens on peut vacciner 100.000 personnes en Guyane en 2 mois.
Alors faisons le !
Chaque journée perdue est une journée qui nous fera défaut au moment où on sera saturés. Nous avons peut-être 2 mois, pas forcément beaucoup plus, alors ne perdons pas de temps.

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 15.02.2021

Saturé pour une semaine... ce n'est pas le bon mot.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
3 commentaires
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos