• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Santé / Covid-19

Covid-19: l'ARS veut croire à un enthousiasme renouvelé pour le vaccin

S.Z Lundi 1 Mars 2021 - 11h45
Covid-19: l'ARS veut croire à un enthousiasme renouvelé pour le vaccin
Le nombre de doses de vaccin accessibles en Guyane est promis à l'augmentation (photo illustration). - Karim SAHIB (AFP)

Les prises de rendez-vous vaccinales sont en hausse sur le territoire depuis une semaine et l'ouverture de la vaccination à toute personne de plus de cinquante ans.

 Plus de « 1500 rendez-vous programmés » dans les semaines à venir en Guyane en vue d'une vaccination contre le covid-19, des hausses de plus de 100% dans la prise de rendez-vous en deux semaines. L'Agence régionale de Santé ne cache pas sa joie dans son point hebdomadaire, face à la hausse du nombre d'inscrits pour le vaccin, après près de deux mois d'une campagne marquée par la défiance et le désintérêt des Guyanais.

Alors que le nombre de doses de vaccin livrées sur le territoire doit être doublé à partir de la mi-mars - pour atteindre 2340 -, la hausse des prises de rendez-vous tombe en effet à point nommé pour l'ARS et les autorités, soucieuses de respecter les consignes de l'Etat, qui souhaite une diffusion la plus rapide possible des vaccins anti-covid-19.
Une ouverture plus large

Dans les faits, la hausse du nombre de vaccinations - qui a tout de même flirté avec la barre des 2000 doses injectées le 25 février -, apparaît surtout une conséquence de l'ouverture de la fameuse piqure à l'ensemble des personnes de plus de 50 ans sur le territoire, il y a deux semaines. Auparavant, entre 50 et 65 ans, seuls les personnels de santé avaient accès à l'injection.

Dès le changement de règle, le 15 février, un premier pic s'observe, une hausse qui retombe dans les jours suivants mais remonte rapidement pour ne plus cesser sa croissance depuis. Jusque-là, la courbe restait globalement stable, avec à peine un peu plus d'un tiers des doses de vaccin utilisées.

Quoiqu'il en soit, on comprend que l'ARS ne fasse pas la fine bouche et se satisfasse de cette hausse, tant le vaccin est aujourd'hui au cœur de la stratégie de communication et de lutte contre le covid-19 des autorités, que ce soit au niveau local comme national. Même si, en Guyane, le virus ne circule plus que faiblement - 98 cas ont été recensés sur la semaine dernière -, l'Etat se méfie d'une éventuelle nouvelle vague de la pandémie.
Augmenter les capacités d'accueil

Pour confirmer et continuer sur cette lancée, la campagne doit être en mesure d'honorer les rendez-vous pris, met à présent en garde l'ARS. Le tout en s'adaptant à l'arrivée de nouvelles doses, d'autant que le doublement des livraisons sera à nouveau appliqué entre mars et avril. Dans ce but, le centre de vaccination de Saint-Laurent du Maroni a déménagé « dans un espace plus vaste », ce que Cayenne et Kourou envisagent de faire à leur tour.

L’Agence régionale de santé a également « invité les centres hospitaliers à procéder aux recrutements nécessaires pour ouvrir davantage de plages de rendez-vous et permettre à tous les volontaires d’être rapidement vaccinés ». Une recommandation logique, mais qui semble toutefois oublier un peu vite les problèmes structurels de recrutement de personnel de santé sur le territoire.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Laguya2020 01.03.2021
ARS

ARS
Armée Révolutionnaire Seringuée

Mot d ordre
Nous seringuerons tous les guyanais !

Hasta la victoria siempre!

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 01.03.2021
ARS

ARS
Armée Révolutionnaire Seringuée

Mot d ordre
Nous seringuerons tous les guyanais !

Hasta la victoria siempre!

Répondre Signaler au modérateur
Smet 01.03.2021
"permettre à tous les volontaires d’être rapidement vaccinés"

pourquoi ne pas ouvrir la vaccination à tous les volontaires, même ceux qui ont moins de 50 ans à compter du 15 mars ?

En faisant ça on va faire péter le compteur.

Si en plus on lève les contraintes de voyages à ceux qui se sont fait vacciner, on va arriver rapidement à saturer les services de vaccination les obligeant rapidement à s'adapter, la demande créant l'offre ce serait une bonne chose.
Le développement de centres de vaccination chez Nana, au PROG et ailleurs trouverait alors sa raison d'être.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
3 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos