France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
épidémie de covid-19

« Vous avez des symptômes Covid, appelez votre médecin »

Stéphane HESPEL Dimanche 31 Mai 2020 - 09h24
« Vous avez des symptômes Covid, appelez votre médecin »
A l'Institut Pasteur, les personnes resteront dans leur véhicule pour se faire tester. Ce sera différent au laboratoire Eurofins, à Rémire, ou la personne ui aura un rendez-vous, se stationnera et passera à pied au drive. - Photos DR

A compter de mardi 2 juin, dans l'Île de Cayenne, les personnes qui souhaitent se faire tester au Covid-19, ne devront plus appeler le 15 mais leur médecin qui sera à même de les diriger, ou non, vers un des trois points de tests mis en place : à l'Institut Pasteur ou aux laboratoires Biosoleil ou Eurofins. Attention, ces sites de tests ne seront pas accessibles directement au public.

1. Appeler d'abord son médecin2. Appeler le laboratoire pour prendre rendez-vous, uniquement sur prescription médicale. 3. Venir se faire tester au « drive » avec un masque. Voilà désormais les trois étapes à respecter pour les personnes qui souhaitent se faire tester au Covid-19. Et surtout, ne plus appeler directement le 15 qui, néanmoins, continuera de prendre en charge les cas les plus graves.

« On voulaient depuis un moment basculer vers ce système de "drive", explique Clara de Bort, directrice de l'Agence régionale de santé (ARS). Il fallait, avant, laisser le temps aux laboratoires de se préparer. L'Île de Cayenne aura, à partir de mardi, trois « drives » pour que les personnes puissent venir se faire tester au Covid-19. « On se prépare ainsi à ce que le virus circule en ville. Une fois testée, c'est le médecin, qui, à la vue des analyses, dira à la personne ce qu'elle doit faire. Le modèle est le même que celui appliqué dans l'Hexagone. »
Prise en charge à 100%
Les laboratoires qui vont pratiquer ces tests se sont équipés eux-mêmes en automates pour mettre en place leur « drive », explique Didier Musso, médecin biologiste, infectiologue, responsable des cinq laboratoires Eurofins de Guyane. « Les rendez-vous pourront être pris dans tous nos laboratoires », mais les tests seront uniquement réalisés à Rémire. « En pratique, nous pourrons réaliser une cinquantaine de tests par jour. Mais, la première semaine, on devrait en faire 20 à 25, le temps du démarrage, le temps de la mise en place » C'est dans la même proportion que l'Institut Pasteur et le laboratoire Biosoleil vont fonctionner.
Didier Musso, médecin biologiste, infectiologue, responsable des laboratoires Eurofins, et son équipe, seront prêts à effectuer les premiers tests mardi 2 juin. - Photo SH

« Ces prélèvements s'ajouteront à ceux que continueront de faire l'hôpital de Cayenne et ceux réalisés à la demande de l'ARS, insiste Clara de Bort. La filière n'est pas complètement calée mais c'est une belle augmentation de notre capacité de tests. Et Didier Musso de préciser que « la prise en charge, pour la personne, est de 100% par l'assurance maladie. Et ce, que les personnes aient une protection sociale ou pas. Mais ce sera uniquement pour les analyses liées au Covid-19. »
« Ceux qui savent, ce sont les vrais médecins »
« Il y avait véritablement une attente de ce côté, ajoute le docteur Jacques Breton, président de l'URPS (Union régionale des professionnels de santé). « Il y a une angoisse, c'est logique. Même si on a la chance de n'avoir qu'un mort aujourd'hui en Guyane. On a réussi à endiguer le virus qui venait d'Europe. Mais aujourd'hui, on s'attend à une forte demande. Les cas de contamination quotidiens, depuis plusieurs jours, nous ont fait passer du vert à l'orange. Les médecins libéraux et du public ont pris l'option d'une situation cohérente avec les institutions. »

« Ceux qui savent ce qui doit être fait par rapport au covid, ce sont les vrais médecins, insiste ensuite le docteur Breton. Ceux qui veulent s’improviser médecins et donner des leçons de médecine, ce sont des idiots, dangereux. » « Les frontières ne sont plus si imperméables aujourd'hui. On a l'impression aussi qu’on va avoir du mal à endiguer ce qui vient de Saint-Georges. »
D'autres automates pour Saint-Laurent et Maripasoula
« C’est le moment de mettre en place ces « drives », argue Clara de Bort. Avant ce n’était pas nécessaire. C’était important que l’unité des maladies infectieuses ai une vision de tous les cas sur le territoire. On avait peu de cas et il fallait qu’ils soient investigués de façon très approfondie. On ne connaissait pas très bien la maladie. La connaissance s’est améliorée. A un moment donné, il fallait basculer vers la médecine de ville, la médecine généraliste. C’est un pas important à franchir aujourd'hui. Il y a des petites circulations de cas dans l’Ile de Cayenne. »

A l’Ouest, le centre hospitalier de Saint-Laurent aura bientôt aussi son automate. « Actuellement, pour Mana, Sinnamary, c’est un médecin libéral qui se déplace à domicile et les tests sont ensuite envoyés au laboratoire d’analyses médicales Carage à Kourou, précise la directrice de l’ARS. Mais la mise ne place de « drives » sera progressive ensuite sur tout le littoral. C’est un peu plus compliqué pour les communes de l’intérieur. Mais Maripasoula aura aussi son automate. »




Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Georges de Cayenne 31.05.2020
Dépister pour quoi ?

On va dépister, bien ! Mais pourquoi ? Bien sur, pour isoler les sujets contagieux. Mais pour leur prescrire quoi : du paracétamol ? Les criminels en puissance qui nous gouvernent empêchent les médecins de soigner les malades avec l'hydroxychloroquine qui pourrait être efficace pour pas cher dès le début de la maladie, ce dans l'espoir de permettre à l'industrie pharmaceutique de vendre des antiviraux à 1000 euros la boîte et de nous refourguer plus tard des vaccins dont nous seront les cobayes. L'étude (enfin, l'étude d'études !) du Lancet a été faite par des scientifiques qui n'ont examiné aucun patient mais seulement des articles médicaux et dont les déclarations publiques d'intérêt montrent leurs liens avec l'industrie pharmaceutique. Et avec quel empressement HCSP, ANSM et gouvernement en ont tiré leurs conclusions criminelles et mercantiles ! Réjouissons-nous en attendant que l'épidémie suive tranquillement son cours et ne soit pas trop agressive en Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une