• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CORONAVIRUS

Vaccins : Enfin des éléments de réponse

Iris Joussen Mercredi 28 Avril 2021 - 11h56
Vaccins : Enfin des éléments de réponse

Des résultats sur l'effet des vaccins reposant sur des études de grande ampleur commencent à apparaître et donnent de premières réponses aux questions qui persistent à ce jour : à quel point peut-on transmettre et contracter le virus en étant vaccinés ? Est-ce autant efficace chez les seniors que les plus jeunes?

Des résultats sur l'effet des vaccins reposant sur des études de grande ampleur commencent à apparaître. Elles proviennent du Royaume-Uni et d'Israël car ce sont les deux seuls pays à avoir vacciné massivement leur population à ce jour : soit respectivement 60% et 40% de la population (contre 8,7 % en Hexagone et 3,2 % en Guyane..). Ces résultats offrent un éclairage quant aux questions qui persistent à ce jour. A noter toutefois qu'au moment des études en question, le variant dit « anglais » était déjà largement présent dans ces pays mais qu'il n'y avait pas de variant "brésilien". Par ailleurs, France-Guyane s'est concentré sur le vaccin Pfizer, étant le seul présent en Guyane.

Peut-on transmettre et contracter le virus en étant vaccinés ?
Une première étude de grande ampleur est parue le 15 avril 2021 dans la revue de renommée The New England journal of Medicine. Elle réunit des scientifiques de l’Université du Michigan de la santé publique, de l’Ecole d'Harvard, de l’hôpital des enfants de Boston, de l’Institut de recherche de Clalit à Tel Aviv, ou encore de Ecole publique de la santé d'Israël…

Son objet : savoir combien de ces personnes vaccinées au Pfizer ont ensuite été dépistées positives, combien ont également eu des symptômes de la maladie, combien ont dû être hospitalisées et ont développé des formes graves et sont décédées.

Pour ce faire, les chercheurs ont comparé 600 000 personnes ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech2 en Israël versus un groupe contrôle d’autant de personnes non vaccinées en Israël. (Le groupe des vaccinés et le groupe contrôle présentent la même répartition homogène pour tenir compte d’éventuelles variations selon l’âge, le sexe, la zone de résidence géographique et des facteurs de comorbidité comme le diabète, le cancer, l’obésité, etc).

Les résultats :

Une semaine après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin, une personne a dix fois moins de risque d’être infectée sans le savoir et de potentiellement transmettre le virus.

Deux à trois semaines après la première dose de vaccin Pfizer-BioNTech, la protection contre une infection symptomatique (maladie avec symptômes) est de 57 %. Cette protection atteint 74 % si on se focalise sur le risque d’hospitalisation. Une semaine après la deuxième injection, la protection atteint 92 %, qu’il s’agisse d’avoir des symptômes ou d’être hospitalisé.

Il y a également une réduction drastique de la mortalité : elle est réduite de 72 % deux à trois semaines après la première dose, et, une semaine après la deuxième dose, aucun décès n'a été répertorié.

A retenir :

Selon les résultats de cette étude limités dans le temps
, la réponse est : oui, on peut contracter le virus après la vaccination mais :
- il y a 10 fois moins de chance de contracter la forme asymptomatique et donc de transmettre le virus sans le savoir
- 92% de chance en moins de contracter une forme grave et d'être éventuellement hospitalisé
- aucun risque d'en mourir
 
Concernant les personnes vaccinées mais ayant contracté le virus avec des symptômes, sont-elles aussi contagieuses que les autres malades ?

Pour les personnes qui contractent le Covid-19 avec des symptômes malgré la vaccination, une autre étude a été menée en Israël sur 5 000 patients de tous âges. Elle a analysé la quantité de virus présent dans le nez jusqu’à la paroi arrière du pharynx. Il en ressort que la quantité d'ARN viral détectée par le test PCR était 3 à 4,5 fois plus faible chez les patients ayant reçu une dose de Pfizer-BioNTech depuis au moins douze jours que chez les non-vaccinés.

Ce résultat est à prendre avec des pincettes, précisent des chercheurs de l’Institut Necker Enfants Malades dans un article publié dans le journal du CNRS : « On peut raisonnablement estimer qu'avoir moins de virus c'est être moins infectieux, ce qui est encourageant sur une potentielle moindre contagiosité des personnes vaccinées. Mais à l’heure actuelle, personne ne connaît la quantité de virus minimale nécessaire à la transmission de la maladie, d’autant que cette quantité peut évoluer en fonction d'autres variants du virus »

La défense immunitaire diminuant avec l’âge, les seniors ont-ils une protection similaire en se vaccinant ?

Une étude du 2 mars 2021 portant sur la population anglaise s’est intéressée aux seniors de plus de 80 ans ayant reçu le vaccin Pfizer.

Résultat : sur 62 000 personnes de plus de 80 ans ayant reçu le Pfizer-BioNTech, l'efficacité est de 60 à 70 % après la première dose et de 89 % deux semaines après la seconde, soit des valeurs très similaires à celles obtenues sur des personnes plus jeunes. De plus, parmi les personnes qui contractent quand même la maladie, le taux d'hospitalisation et la mortalité sont fortement réduits : respectivement de 44 % et 51 %.

Quid de la durée de cette immunité ? Avance-t-on sur cette question ?

L'étude du 7 janvier 2021 portant sur le vaccin Moderna (ARN messager comme Pfizer) montre qu’une bonne dose d’anticorps persistent au bout de six mois.

Le variant brésilien peut-il drastiquement changer la donne à ces résultats ?

« Nous manquons de recul, ce variant est trop récent » estime Jean-Claude Weill, professeur d'Immunologie, Responsable équipe "Développement du système immunitaire" à l’Institut Necker-Enfants Malades et l’INSERM. « En principe non : l’équipe de Moderna (même type de vaccin ARN que Pfizer) a montré que leur vaccin est efficace contre le variant sud-african, qui contient des mutations dans le gène S proches du variant brésilien. Mais il est nécessaire d’attendre les résultats en Guyane." estime le professeur et directeur de l'Institut Pasteur, Mirdad Kazanji.

Il faudra sans doute prendre en compte les deux personnes récemment décédées au centre hospitalier de Cayenne d’une forme grave du COVID19 alors qu’elles avaient été  vaccinées quelques semaines auparavant avec deux doses de Pfizer (deuxième injection le 24 février pour le premier patient, 25 février pour le second).

Selon l'ARS et les médecins réanimateurs "Ces deux personnes présentaient des antécédents de lourdes comorbidités et un état de très grande fragilité. L’une d’entre elles présentait un trouble du système immunitaire, susceptible d’occasionner une moindre réponse à la vaccination". Pour l'un des patients, le séquençage a montré qu'il s'agissait du variant brésilien.
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

aouara 29.04.2021

Des études qui confirment que la vaccination est efficace et sauve des vies. Mais les complotistes, les idiots, les demeurés ne voient que ce qu’ils veulent bien croire!

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 29.04.2021
De plus...

-Aucun risque de mourir après la 2ème injection.

Ah bon ? Et que dit cet article de France Guyane hier ?

https://www.franceguyane.fr/actualite/sante/coronavirus/deux-deces-covid-de-personnes-pourtant-totalement-vaccinees-482391.php

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 29.04.2021
Oui mais...

-ils ne parlent pas du variant brésilien qui est de loin le plus présent dans notre péyi.
-0% de chance de mourir du covid après 2ème vaccination mais combien de % de chance de mourir du vaccin baclé ?
-l'article cite le vaccine Biontech2. C'est quoi ce "2" ? Première fois que je le vois. Est ce qu'il aurait 2 versions du vaccin ? Le Biontech version 1 comme chez nous en Guyane et la version 2 pour les occidentaux ?

Pistes à creuser pour les journalistes.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 29.04.2021

Décidément, vous êtes un beau représentant local... ça designe tout simplement la deuxième injection. Il suffit de lire ou de chercher... mais ça doit être plus simple de fantasmer sur de sombres complots qui vous échappent...

Répondre Signaler au modérateur
P.Daudet 28.04.2021
Monaco973

Bref, le vaccin protège. Encore heureux !

On aimerait avoir autant d’études pour justifier les mesures administratives type couvre-feu hors un baratin du genre « ne pas se rapprocher ou se réunir limite la transmission ».

On aimerait également que les publications alarmistes quotidiennes soient plus informatives (quartier et non pas « ile de Cayenne », type de cluster, lieu de contamination ...)

Demain, France-Guyane commentera-t-il autant les enquêtes fantaisistes des faiseurs d’opinion auto-proclamés ? Rien que le nombre de sondés, ce serait déjà un début de transparence.

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 28.04.2021
Merci.

Merci pour ces informations factuelles et concises. En espérant que ces dernières données permettent de convaincre les indécis. J'imagine que les anti vaccins évoqueront d'éventuelles compromissions entre les scientifiques et les laboratoires pour contester ces résultats.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
3 commentaires
9 commentaires
6 commentaires
1 commentaire
A la une