France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EN IMAGES

Vaccin obligatoire : plus d'une centaine de personnes pendant sept heures devant la préfecture

XP.LP. Vendredi 16 Juillet 2021 - 11h35

- XPLP

Afficher toutes les miniatures

 Belle mobilisation en ce vendredi matin du 16 juillet devant les murs de l'hôtel préfectoral de Cayenne où près de deux cents guyanais ont choisi de se mobiliser contre les dernières annonces du président de la République. Annonces qui selon eux mettent en cause jusqu'aux principes mêmes de la démocratie française et sa devise "Liberté, Égalité, Fraternité". 

 "La Jeunesse en Force 973" a pris l'initiative de lancer un appel à la mobilisation aux jeunes de Guyane, en ce vendredi matin ce n'étaient pas des étudiants qui étaient majoritairement massés devant les grilles de la préfecture de Cayenne, mais bien des familles guyanaises de tous horizons, témoignant de la levée de boucliers d'une grande part de l'opinion guyanaise à l'encontre des dernières annonces du président de la République, mardi 13 juillet. À l'instar du reste de la population en hexagone qui elle aussi manifeste largement contre le spectre de plus en plus concret d'une prochaine obligation vaccinale. Malgré le soleil et un début de manifestation assez calme et disséminé, ce sont quasiment deux cents personnes qui étaient présentes aux alentours de 10h00 au plus fort de l'événement. Un nombre toutefois insuffisant au goût des personnes présentes et le flop de l'appel à la mobilisation sur les ronds-points.
Sept heures de mobilisation
Déjà plusieurs dizaines de personnes étaient massés dès 8h00 du matin en ce vendredi 16 juillet, avant de traverser les jardins de la place Léopold Héder pour se rendre au pied du bâtiment de l'hôtel préfectoral peu après 9h00 où près de deux cents personnes ont scandé en cœur le slogan "Liberté, a sa nou lé" et d'applaudir les différents citoyens ayant choisi de prendre la parole au micro des sonos embarquées dans les deux véhicules mobilisés pour l'occasion. Représentants du monde associatif, socioprofessionnels et élus de la CTG étaient rassemblés pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme la menace de futures mesures liberticides mises en œuvre par le gouvernement. 

Alors qu'une rencontre était initialement prévue à 17h00 avec le préfet Thierry Queffelec, celle-ci a finalement été avancée à midi où une délégation de six représentants ont pu être reçus durant plus de deux heures. Outre les décisions gouvernementales qu'ils entendaient dénoncer concernant l'ensemble de la population française et particulièrement le monde des soignants désormais pleinement menacés dans leur droit du Travail et leur garantie constitutionnelle de non-atteinte à leur intégrité physique, ces porte-paroles avaient aussi bien l'intention de rappeler leur refus d'un certain nombre de mesures spécifiques au territoire guyanais. Notamment concernant les motifs impérieux, les horaires de couvre-feu, les moyens alloués à la santé des guyanais et les modalités de passage aux deux points de contrôle routier d'Iracoubo et de Régina. 
Pas contre le vaccin, mais contre l'obligation
Rappelant "ne pas être contre le vaccin, mais contre l'obligation de se vacciner", les porte-paroles ont repris la parole après 14h00 au sortir de leur rencontre avec Thierry Queffelec, revenant sur les points de revendications lui ayant été exposés. Alors même que les soignants semblent désormais définitivement menacés dans leur conditions de travail et d'accès au travail, c'est la crainte d'une dérive de l'application de mesures similaires aux personnels scolaires qui a motivé la mobilisation des jeunes. Des collégiens, lycéens et étudiants qui n'ont pas manqué de rappeler qu'ils étaient la population scolaire ayant le plus souffert de France, étant donné qu'ils sont les élèves ayant eu le moins accès à leurs établissements depuis le début de la crise sanitaire. Rendez-vous est donné entre eux et les autorités en septembre, après la rentrée, pour constater dans quelle mesure se fera l'adaptation à un contexte sanitaire encore incertain. 
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
16 commentaires

Vos commentaires

cap40 17.07.2021
Il touchent

Ils touchent le fond de la bêtise et creusent encore...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 17.07.2021

L'UTG n'a t'elle pas porté plainte récemment parce qu'une personnalité avait contracté la Covid19 pendant qu'elle était hospitalisée au CHC ? Si les militants de ce syndicat sont susceptibles dd transmette la maladie, qui doit-on mettre en cause ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 17.07.2021

Sans déconner...vous n'êtes pas fatigués d'écrire des conneries sans cesse FG...

Répondre Signaler au modérateur
Bravo 17.07.2021
Cqfd

0.03% en métropole
O.o6% en guyane
Quand l'insee aura refait les comptes on sera pareil!

Répondre Signaler au modérateur
jéjé76 17.07.2021

Comme d'hab jayjay fidèle à lui même ... donc monsieur est prêt à payer ses tests , à payer ses frais d'hospitalisation quand il sera intubé , à faire une croix sur ses indemnités d'arrêt maladie etc ... parce que ce sont les vaccinés qui vont continuer à trimer qui devraient payer pour lui ??? La bêtise ne tue pas ... quoi que !!!

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 17.07.2021
faut m'expliqué

pourquoi des le debut de covid, y ont jamais chercher a SOIGNER. Tout de suite sa a était VACCIN VACCIN VACCIN comme le dit le Dr Raoult. Et les MOUTON trouvent sa normal, pas louche du tout!!

et tout les pays qui passent des lois libertycides depuis plus d'un an avec masques, distance sociale, pas de bises, pas de "serrer la main" ect.. La population a trop peur et n'ose plus reflechir, ya plus que l'obeisance aveugle a Macron qui compte...

Répondre Signaler au modérateur
bozo 16.07.2021
article tendencieux

C'est pas quelque dizaines de gonz qui représentent 300.000 personnes.
Je refuse de me faire soigner par des médecins potentiellement contagieux.
C'est le minimum que l'on puisse attendre des soignants, qu'ils prennent leurs dispositions pour ne pas contaminer leurs patients.
Je ne comprends pas leur attitude irresponsable.

Répondre Signaler au modérateur
jl06 16.07.2021
Combat d’arrière-garde

Ces gens ont-ils oublié que si on ne voit plus de cas de variole ou de polio dans le monde c’est parce que la vaccination a été rendue obligatoire et pourtant les vaccins notamment celui de la variole avait beaucoup plus de complications parfois sévères. Si on ne meurt plus de la fièvre jaune c’est parce que la vaccination est obligatoire et celles et ceux qui en sont récemment morts n’étaient pas vaccinés. Alors arrêtez de protester contre quelque chose qui protège des formes graves et évite la formation de variants plus agressifs. Réfléchissez au lieu de râler. Ceux qui sont à l’hôpital sous oxygène regrettent de ne pas avoir été vaccinés plus tôt. Quant à ceux qui sont au cimetière, ils seraient sûrement encore parmi nous s’ils avaient été vaccinés.

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 16.07.2021

Ces gens là n'en ont pas marre de la situation dans laquelle on est ? 100% d'accord avec la mise en place du pass sanitaire.

Répondre Signaler au modérateur
André Paradis 16.07.2021

Si je tombe malade et si je dois être hospitalisé, ai-je le droit de refuser qu'un médecin ou un(e)infirmier(e) non vacciné(e)me touche? Si on me répond "non" j'aimerais qu'on m'explique pourquoi les règles sanitaires ne s'appliquent pas aux malades . Pour qu'on comprenne bien ma question, en voici une variante: à l'hôpital, ai-je le droit de refuser qu'un médecin manifestement ivre me touche? Merci de me répondre.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
7 commentaires
9 commentaires
8 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire