SANTÉ

Une nuit au service de réanimation de l’hôpital de Cayenne

Une nuit au service de réanimation de l’hôpital de Cayenne

Le silence est pesant dès l’arrivée. Rien à voir avec les tumultes de la journée où les allées et venues se suivent. La nuit est calme, le silence est total, pas une âme qui s’anime. À se demander presque s’il s’agit bien d’un hôpital. Et puis brutalement ce silence est rompu par l’arrivée d’une ambulance. Cette scène est à l’image du reste de l’expérience : une ambiance (trop) calme, interrompue subitement par des alarmes et des entrées de patients en lit de réanimation. Bienvenue dans le côté obscur de l’hôpital.

 L’expérience commence aux urgences. Depuis le déclenchement du plan blanc, une salle a été ouverte expressément pour les patients atteints du Covid ayant besoin d’être oxygénés. Le ton est tout de suite donné : « Si une personne arrive maintenant aux urgences à cause du Covid, nous ne pouvons pas l’accueillir. Nous travaillons pour libérer une place aux alentours de minuit » annonce le Pr Hatem Kallel, chef du service de réanimation.

Il est 22h. Dans le couloir, des patients attendent...
franceguyane.fr 4383 mots - 07.06.2021
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres