• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un dimanche confiné presque partout en Guyane

A.G. Vendredi 12 Juin 2020 - 16h24
Un dimanche confiné presque partout en Guyane
Le nombre de cas depuis le début de l’épidémie en Guyane dépasse aujourd’hui le cap des 1.000 cas avec 1.043 cas confirmés. - Photo DR

Dimanche, la majorité des communes de Guyane seront confinées afin de freiner la propagation du Covid-19. Le point sur la situation épidémiologique par secteur.

Alors que la Guyane passe la barre des 1.000 cas positifs aujourd’hui, plus d’un quart des cas ont été recensés lors des sept derniers jours. Dans son point épidémiologique hebdomadaire, Santé publique France Guyane fait état de 13 clusters considérés comme actifs. « Neuf d’entre eux se situent dans les communes de Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Montsinéry-Tonnegrande, Kourou, Macouria et l’un d’entre eux est passé en « diffusion communautaire » ce qui est cohérent avec l’augmentation de la circulation virale. » (Lire ci-contre) L'indice de contamination en Guyane atteint 2,95, ce qui indique qu'un malade contamine près de trois personnes en moyenne. A titre de comparaison dans l’Hexagone, au pic de l'épidémie, ce taux avait atteint 2,8.

Sans surprise, Santé publique France Guyane alerte sur « l’intensification de la circulation virale en Guyane et le début de l’épidémie nécessitant une vigilance importante de l’ensemble de la population, de renforcer encore les mesures barrières, en limitant au mieux la circulation du virus ».

Actuellement, 47 hospitalisations sont en cours et six personnes sont en réanimation. Depuis début mars, 11 malades ont été admis en réanimation, dont cinq depuis début juin, et 63% étaient âgées de moins de 65 ans.
Tous les commerces fermés dimanche
Pour faire face à la situation, un arrêté a été pris mercredi par le préfet Marc Del Grande pour renforcer les mesures de restriction de la circulation. Ainsi, la majeure partie des communes de Guyane se préparent à passer un dimanche confiné. En effet, la circulation est interdite ce week-end de samedi 21 heures à lundi 5 heures. Cette mesure s’applique à Apatou, Cayenne, Grand-Santi, Kourou, Macouria, Mana, Maripasoula, Matoury, Montsinéry-Tonnegrande, Papaïchton, Roura, Rémire-Montjoly, Sinnamary et Saint-Laurent du Maroni.

Dimanche, seuls seront autorisés les déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile, liés : soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes ; soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile ; soit aux besoins des animaux de compagnie. Il faudra se doter d’une attestation téléchargeable sur le site de la préfecture. Les commerces, bars et restaurants comme les musées et le zoo seront eux fermés.
Le couvre-feu est durci
Ce reconfinement n’est en revanche pas applicable en semaine mais le couvre-feu a été durci dans ces communes. La circulation y est désormais interdite en semaine de 21 heures à 5 heures.
En parallèle, la pratique des sports nautiques sur le dégrad de Montsinéry et ses berges est interdite. La restriction concernant les lieux de cultes est étendue à Monsinéry-Tonnegrande et Sinnamary.
Seules six communes ne sont pas concernées par l’interdiction de circulation : Awala-Yalimapo, Iracoubo, Ouanary, Régina, Saint-Elie et Saül.

Répartition des cas sur le territoire
• Sur le littoral est, à Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury et Montsinéry-Tonnegrande, 433 cas ont été recensés depuis début mars. « Les données d’incidence au cours des sept derniers jours ainsi que la courbe épidémique sont en faveur d’une nette intensification de la circulation virale depuis fin mai », indique Santé publique France Guyane.

• Dans le secteur de Kourou, Macouria, Sinnamary et Iracoubo, 153 cas ont été détectés depuis début mars. « La courbe épidémique ne montre pas d’intensification marquée de la circulation virale mais le niveau de vigilance doit être fortement maintenu, compte tenu de la situation épidémique globale en Guyane et de l’existence de deux clusters actifs à Kourou », » souligne Santé publique France Guyane.

• Sur le Maroni, Santé publique France Guyane observe que « des cas sporadiques ont été détectés dans toutes les communes du haut et du moyen-Maroni. Les investigations n’ont pas permis d’identifier les sources de contamination et de mettre en évidence un lien entre ces cas, suggérant là encore que le virus circule localement ». Depuis début mars, 38 cas ont été détectés à Maripasoula, Papaïchton, Grand-Santi et Apatou.

• Dans l’Ouest guyanais, 71 cas ont été détectés à Saint-Laurent du Maroni et Mana mais aucun à Awala-Yalimapo. « La courbe épidémique est en faveur d’un début de circulation virale fin mai, avec une intensification début juin. Pour la très grande majorité des cas, la source de contamination n’a pas pu être identifiée par les investigations, laissant supposer une circulation communautaire déjà effective », conclut Santé publique France Guyane.

• Dans l’Est Guyanais, Santé publique France Guyane note des améliorations : « La courbe épidémique est en faveur d’un ralentissement des contaminations dans la commune de Saint-Georges de l’Oyapock, dont l’effet peut être en partie attribuée aux importants efforts déployées localement (…) Les contaminations semblent ralentir à Camopi. Les semaines à venir confirmeront ou non cette tendance épidémique. Pour autant, la situation épidémique globale en Guyane et dans les pays voisins incitent à maintenir un important niveau de vigilance. » Depuis début mars, 250 cas ont été recensés à Saint-Georges de l’Oyapock, contre 60 à Camopi.
 


Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

MartinEden 13.06.2020
Et pendant ce temps...

Les parents vont dans les établissements scolaires inscrire leurs enfants MAIS ils veulent supprimer le 2nd tour des élections, trop risqué.
Aï komprendre !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
A la une