France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
EN IMAGES

Suriname : Paramaribo, un jour de confinement total

Eric GERNEZ, à Paramaribo Vendredi 4 Juin 2021 - 07h27

Afficher toutes les miniatures

Comment vit la capitale du Suriname, alors que la population est cloîtrée à domicile. Grâce à l'autorisation du Korps Police Suriname, cette curiosité va pouvoir trouver réponse pour les lecteurs de France-Guyane.

 La première chose qui frappe dans les rues périphériques du centre ville : "c'est mort!".

Pas un chat, pas un bruit. En se promenant en voiture, petit à petit, surgissent quelques supermarchés de quartier où un camion de livraison est en train de décharger.

La logistique continue de fonctionner et c'est rassurant. Il est beaucoup plus facile pour les livreurs d'opérer leur tâche qu’il ne le sera demain vendredi, unique moment entre sept et seize heures pour faire les courses, la veille de deux long jours de week-end de quarantaine.

Un test chez le "Chinois" en train de re?ceptionner les marchandises: "S'il vous plaît, je peux acheter..." Refus avec des gestes de la main : "tapoe" (fermé).

Plus loin vers le centre ville, tous les rideaux des magasins sont tirés. Subsiste tout de même une très petite circulation de véhicules essentiels à la bonne marche de la ville : service d'eaux et d’électricité, livreurs, quelques artisans...

Les artères ordinairement encombrées permettent aujourd'hui une circulation plus que facile.

Un barrage de contrôle est installeé devant le marché central, où la police, courtoise, vérifie les autorisations. Ce point de la ville toujours si animé, même depuis la clôture du marché, est complètement vide. Les seuls piétons sont les mendiants qui arpentent le trottoir en cherchant désespérément une âme charitable qui les aidera à tenir une journée encore. Ils sont de plus en plus nombreux, promenant leur misère dans une ville déserte.

Les sirènes des voitures de police et des ambulances sont très discrètes aujourd'hui.

Ce vendredi, dès sept heures, heure de levée du confinement, les rues seront à nouveau aux prises aux embouteillages et les files d’attente s’allongeront devant les magasins et les points de retraits d’argent liquide.

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
10 commentaires
10 commentaires
1 commentaire
2 commentaires
A la une
2 commentaires
5 commentaires