• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INTERVIEW MARC DEL GRANDE

« Reconfiner aurait trop d’inconvénients »

Propos recueillis par Pierre Rossovich Lundi 15 Juin 2020 - 20h35
« Reconfiner aurait trop d’inconvénients »
Marc del Grande : "Si nous faisons preuve de discipline, nous éviterons le débordement de notre système de santé." - (photo : prefecture)

La Guyane est passée au stade 3 de l'épidémie de Covid-19. Un nouveau couvre-feu est mis en place, le second tour des élections municipales est reporté. Le préfet Marc del Grande répond à nos questions. 

La Guyane entre en stade 3 de l’épidémie. Ce qui veut dire que chacun peut désormais croiser une personne contagieuse quelque soit l’endroit où il se déplace en Guyane …
Marc del Grande : Exactement. Le virus circule de façon forte sur l’ensemble du territoire. Aucune zone n’est à l’abri, mais il existe des quartiers dans lesquels le virus circule de façon plus active qu’ailleurs. Sur Cayenne, la commune où le virus circule le plus, ce sont notamment les quartiers Mango, Thémire et Quintus, qui sont des quartiers très reliés entre eux. J’ai donc décidé en lien avec la maire de Cayenne d’augmenter la durée du couvre-feu dans la commune, de 19h à 5h du matin en semaine, et du samedi 19h au lundi 5h. Ce qui n’exclut pas que nous allons continuer à distribuer des masques dans ces quartiers et à expliquer à la population la nécessité de se protéger.
Sommes nous encore à l’heure des explications ?
On doit toujours expliquer. Notamment dans les quartiers où le multilinguisme est présent et dans lesquels le virus circule le plus. On a déjà expliqué plusieurs fois, mais il faut remettre le métier sur l’ouvrage.
Combien d’infractions ont été relevées ce week-end entre samedi 21h et lundi 5h ?
La pédagogie n’est pas à elle seule suffisante. Les forces de l’ordre ont ainsi été très présentes ce week-end. 1 000 personnes ont été contrôlées et 150 pv ont été dressés. Globalement, je remercie la population pour avoir respecter les mesures très strictes, exigées par la situation.
L’État d’urgence prend fin le 10 juillet. Pourrez-vous maintenir ce couvre feu ? Craignez vous que vos arrêtés soient retoquables ?
Le projet de loi en cours de discussion au Parlement prévoira des dispositions qui permettent des restrictions de circulation dans les départements les plus touchés par le virus.
Les grandes surfaces et les restaurateurs seront à nouveau impactés par ce nouveau couvre-feu…
Pour les grandes surfaces, nous avons veillé à ce qu’il n’y ait pas de distorsion de concurrence entre celles de Cayenne et Matoury. Nous avons donc exclu du couvre-feu les grandes surfaces de Cayenne, notamment de la zone Collery. Quant aux restaurateurs, ils sont soumis à rude épreuve depuis le début de la crise. Nous maintiendrons donc le niveau d’aide aux restaurateurs. Les terrasses restent ouvertes en dehors des heures de couvre-feu.
Ne fallait-il pas entrer en stade 3 dès l’apparition du cluster de Saint-Georges ?
En réalité, les mesures qui ont été prises depuis le cluster de Saint-Georges sont déjà des mesures de stade 3. Nous avons décidé de passer en stade 3 pour marquer les esprits, mais les mesures prises depuis trois semaines sont au niveau. Nous sommes d’abord restés en stade 2 pour conserver la pratique du tracing de l’épidémie le plus longtemps possible.
Vous nous le disiez dès le 25 mars : « Il faut préparer la Guyane à affronter un pic important ». Assumez vous toujours cette stratégie, sachant qu’elle visait à pouvoir bénéficier de la réserve sanitaire ?
Les prévisions sur l’évolution de l’épidémie en Guyane sont difficiles. Notre territoire est très étendu, nous avons des voisins et des populations amenées à se déplacer… Mais nos fondamentaux : frontières fermées, points de contrôles médicalisés, mesures ciblées avec le couvre-feu, nous ont permis de freiner la propagation.

"Nous avons désormais le nombre de masques nécessaire pour protéger la population"
Pourquoi ne pas reconfiner totalement ?
Cela aurait trop d’inconvénients. Nous avons déjà été confinés du 15 mars au 11 mai. Une mesure de confinement général très dure à tenir. Nous avons désormais le nombre de masques nécessaire pour protéger la population. Nous avons distribué 305 000 masques au profit de la population au cours du dernier mois, soit pratiquement un masque par personne. Nous augmentons notre nombre de tests. Nous n’avions pas ces deux atouts au mois de mars. Dès que nous sentirons une baisse de l’épidémie, nous arrêterons ces mesures ciblées.
Le second tour des élections municipales est annulé dans les 7 communes concernées. Pourquoi ne pas l’annuler seulement dans celles où sont apparus des clusters ?
Le gouvernement a décidé le report du second tour dans toutes les communes pour éviter les échanges de population et les déplacements inutiles. Aujourd’hui, nous ne devons sortir que pour assurer nos besoins vitaux et travailler. On a besoin de faire ses courses pour vivre. Pas d’aller voter.
Ce report des élections municipales entrainera-t-il un report des sénatoriales ?
A priori, les élections sénatoriales seront maintenues en septembre, puisque nous avons déjà renouvelé 75% du collège électoral par l’élection des 15 conseils municipaux sur les 22 que compte la Guyane.
Comment vont se passer les départs en vacances ? Quelles seront les conditions pour que les vacanciers puissent partir de Guyane et venir dans le département ? Une quarantaine sera-t-elle obligatoire ?
Actuellement, rien ne change dans les échanges avec l’Hexagone. Les motifs impérieux subsistent dans les deux sens, au départ de Paris et de Cayenne. Dans les motifs impérieux, est compris la visite à un ascendant ou un descendant. Pour les Antilles, il faudra un test pour s’y rendre. Nos capacités de test étant pour l’instant focalisées sur les personnes symptomatiques, il a donc été décidé de réduire les voyages aux Antilles aux motifs médicaux.
Quelle est la situation aux frontières ?
La frontière brésilienne est fermée depuis le 19 mars. Ne peuvent venir en Guyane que les ressortissants français et les personnes disposant d’un titre de séjour et qui peuvent justifier un domicile en Guyane. Ils sont systématiquement prélevés et attendent le résultat sur place. Depuis mi-avril, un dispositif de surveillance a été mis en place sur les approches fluviales et maritimes. Nous avons également installé un dispositif mobile de surveillance de tous les points de débarquement connus de Brésiliens en situation irrégulière. Cela pour intercepter des arrivées illégales sur les différentes plages de l’île de Cayenne, de Kourou et à l’Ouest.

"Nos comportements sont pour beaucoup dans la propagation du virus"
Le sujet des violences policières occupe le monde entier. La Guyane est-elle concernée ?
Je suis préfet de Guyane depuis dix mois et je n’ai jamais constaté que les forces de police et de gendarmerie aient manqué de maîtrise dans l’usage de la force. En revanche, je constate qu’elles sont souvent caillassées. Elles font un travail difficile en Guyane et ont besoin du soutien des autorités et de la population. Naturellement, nous ne sommes pas à l’abri d’actes isolés. Ces écarts seraient traités comme selon la procédure habituelle. On peut dire que nos forces de l’ordre sont bien intégrées dans le contexte guyanais et qu’elles se comportent de façon républicaine.
Un ancien chef d’escadron qui a tenu en 2018 un discours raciste à Saint-Laurent devrait perdre sa médaille d’honneur (Lire ici). Un commentaire ?
C’est un discours inacceptable. Il y a toujours des contre-exemples. C’est une affaire qui est très minoritaire mais qui n’en reste pas moins condamnable.
Le pic est attendu dans trois semaines, les Guyanais vont-ils devoir rester cloîtrer juillet-août ?
Je ne sais pas quand aura lieu le pic. Plus nous respectons les mesures, plus le temps du retour à la normale sera proche de nous. Nos comportements sont pour beaucoup dans la propagation du virus. Plus que jamais nous avons besoin de respecter les mesures prises. Si nous faisons preuve de discipline, nous éviterons le débordement de notre système de santé.

Propos recueillis par Pierre Rossovich

Marc del Grande : "Nous avons distribué 305 000 masques au profit de la population au cours du dernier mois, soit pratiquement un masque par personne." - (photo : prefecture)



Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

Nespresso 17.06.2020
la Nullité aux commandes

Peut-être faudrait-il que les autorités (in)compétentes de Guyane et de Métropole, prennent en compte la spécificité guyanaise : nous sommes en Amérique du Sud, pas en Europe.
Durant tout le temps d'un confinement qui n'a servi strictement à RIEN, sinon à couler un peu plus l'économie locale, nous n'avons pas dépassé les 30 cas pour un décès.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 18.06.2020

+1

Répondre Signaler au modérateur
Lechat 17.06.2020

Le confinement précoce n'avait pas autant d'inconvénients ? Maintenant que la pandémie galope, que les lits de réanimation manquent et que les cadavres ne se comptent plus sur un majeur, on en trouve ?
A quand un aveu d'incompétence crasse de la part de ces technocrates métropolitains ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa 17.06.2020

C'est vrai que les compétences locales sont bien connues...lol Sacré farceur.

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa 16.06.2020

On s'en fiche de vous. Pas plus responsable que des enfants...arrêtez de pleurer.

Répondre Signaler au modérateur
den97300 16.06.2020
Incohérence

Alors les grandes surfaces de Cayenne n'ont pas à respecter le couvre feu mais les restaurateurs de Cayenne oui ? C'est quoi le but ? Faire couler les entreprises et enrichir les grands groupes ?, et puis qui ira faire ses courses après le couvre feu de peur de se prendre une amende de 135€? C'est cher payé les courses. Et nous avons des dispositions de stade 3 depuis 3 semaines déjà et ce n'estbque maintenant que l'on passe officiellement en stade 3? Tout cela pour "marquer les esprits"? Je pense que ça aurait été fait avant, on aurait pu éviter tous ces cas. Beaucoup de questions mais une chose est certaine: y' a du mensonge et de l'incohérence

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 16.06.2020
Question

"Nous avons distribué 305 000 masques au profit de la population au cours du dernier mois, soit pratiquement un masque par personne."
Nous parlons de masques en tissu ou jetables ?
Il est encore difficile de trouver des masques dans le commerce, quand à la pollution que cela va engendrer ...
Et entre l'économie ou la santé, le choix a été fait. Nous sommes remplaçables.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 16.06.2020
Nous avons distribué 305 000 masques au profit de la population au cours du dernier mois, soit pratiquement un masque par personne.

Un masque par personne, mais ce sont des masques jetables qui ne devraient être utilisés que 3h maximum...
Et encore, ce masque grands publics ne protège pas celui qui le porte, mais limite juste la contamination de ceux qui sont en face de lui...
À quand une offre de vrais masques professionnels pour la population en Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une