• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CORONAVIRUS

Quand une "guerre de communication" prend le pas sur celle contre le covid-19

Iris Joussen Lundi 23 Août 2021 - 09h35
Quand une "guerre de communication" prend le pas sur celle contre le covid-19

Les conférences de presse se multiplient pour couvrir l'espace médiatique. Même les week-ends, les autorités, élus, et syndicats invitent à cette (sur)médiatisation en parallèle de leurs actions. Une surenchère qui ne prédit rien de bon pour la rentrée.

La guerre du covid-19 semble être éclipsée par une autre : celle de la communication. Rien que le week-end dernier, la CTG a convié les médias à deux réunions le samedi, tandis que la direction du Centre hospitalier de Cayenne (CHC) nous conviait le dimanche matin pour l'après-midi même. Inhabituel pour un week-end, même en période de crise.

La semaine se profile dans la même lignée : la CTG annonce de nouvelles réunions avec les syndicats du SDIS cet après-midi - où là encore les médias sont conviés à la sortie - ainsi qu'avec le syndicat des restaurateurs demain. Du côté de l'UTG, même combat avec une réunion publique ce soir et une conférence de presse mercredi prochain ou encore Trop violans qui appelait à une conférence de presse ce matin pour le matin même. Dans ce combat de déclarations, France-Guyane tente de démeler les noeuds des différentes stratégies de communication.

Derrière ces réunions sous les feux des projecteurs entre la CTG et les différents corps de métiers qui se sentent lésés par les mesures gouvernementales, l'enjeu est de montrer qu'une coalition est en train de se monter entre ces acteurs socio-professionnels ( pompiers et restaurateurs ) et la CTG pour essayer de faire pencher la balance de leur côté. En effet, du côté des restaurateurs, on considère les décisions préfectorales assez "brutales". Ils ont mal digéré les semaines de négociation avec ce dernier afin de trouver des solutions qui puissent être maintenues pendant les hausses de contamination... pour rien.  Ce "retour à la case départ" annoncé par le préfet jeudi dernier leur reste au travers de la gorge. Surtout qu'ils apprenaient la nouvelle de leur fermeture sous 48 heures - une fois encore - en même temps que tout le monde. Face à cet échec des pourparlers, ils se tournent donc vers la CTG pour chercher un appui plus robuste... et celle-ci les accueille à bras ouverts.

Du côté des pompiers, Gabriel Serville prend également leur parti, se positionnant contre l'obligation vaccinale, et déclarant que lui- même n'est pas vacciné. Une position risquée, allant à l'encontre de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire et prenant à revers la pression exercée par le préfet lundi dernier lors de la cérémonie d'investiture du nouveau directeur de la sécurité publique... Celui-ci enjoignait, en effet, le président de la CTG d'expliquer ce qu'il allait mettre en oeuvre d'ici le 15 septembre pour se conformer à la loi sur l'obligation vaccinale.

S'agissant de la vaccination, Gabriel Serville ne s'arrête pas là. Le lundi 16 août, celui-ci déclarait lors d'une conférence de presse que "les informations concernant les hospitalisations et décès des suites du Covid-19 en lien avec la vaccination mériteraient d'être vérifiées". Le président exprimait alors sa volonté d'interroger le personnel médical pour se rendre compte de l'incidence positive ou négative de la vaccination.

Il appelait également le vendredi suivant - lors d'une autre conférence de presse pour réagir à la CIC de la veille - à la mise en place d’un comité citoyen auquel reviendrait la charge de rendre compte - sans intermédiaire - de la situation à un instant t sur le territoire et d'émettre des propositions avant l'adoption de nouvelles mesures. Un tel comité - composé de sept membres - a en effet été instauré en Martinique par le préfet Stanislas Cazelles, et a accès à toutes les données relatives à la santé.

Sauf que dans cette même allocution, il indique que cette volonté d'aller à l'hôpital pour contrôler les données de l'ARS "a suscité de la gêne auprès de certaines personnes". Il n'en fallait pas plus pour que la machine s'emballe sur les réseaux sociaux. Le service de communication du centre hospitalier de Cayenne retorquait pour sa part sur la twitosphère que la direction n'avait jamais refusé la visite du président de la CTG (voir ci-dessous). D'où sans doute l'appel aux médias pour cette réunion de direction en présence du directeur de l'hôpital, Christophe Robert, la directrice de l'ARS, Clara de Bort, et...de Gabriel Serville. Interrogé sur ce point, le directeur de l'hôpital indique que "Nous avons eu des échanges très riches avec Mr Serville, son directeur de cabinet et la directrice de l'ARS. Nous unissons nos forces et agissons chacun à notre niveau pour gérer au mieux cette crise". Le président de la CTG précise néanmoins devant les micros qu'il a été convié à la dernière minute, le jour même.

Du côté de l'UTG et de collectifs réunis sous l'aune de "la caravane pour la liberté", la menace qui se profile - sous l'annonce d'une multitude de réunions et de conférence de presse - c'est celle d'un blocage de la Guyane d'ici la rentrée. Quant à la préfecture, celle-ci  a invité les médias pas moins de deux fois cette semaine - en plus de la cellule interministerielle de crise de jeudi - pour exhorter Gabriel Serville à s'exprimer sur l'obligation vaccinale et pour condamner la manifestation d'une vingtaine de personnes intervenue devant la préfecture vendredi dernier [ au cours de laquelle une pierre a été lancée dans les locaux et du gaz lacrymogène a été tiré par les forces de l'ordre]. La température monte dangereusement, les voyants sont au rouge, et pas seulement au service des urgences...

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
24 commentaires

Vos commentaires

cap40 28.08.2021
Personne...

Personne...
...ne meurt du covid
...ne se trouve en réanimation
...n'est transféré par avion en métropole
...ne transmet le virus
...ne le connaît en Martinique, en Guadeloupe, en Polynésie et dans le monde
Le Covid une invention du colon métropolitain qui écrit dans France Guyane

Répondre Signaler au modérateur
g6d 24.08.2021

60 personnes meurent chaque semaine en Martinique à cause de la Covid19. Est-ce que, les Guyanais, encouragés par les élus et les Komités à ne pas se faire vacciner, vont faire mieux ?

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 24.08.2021

Comment osez vous encore opposer la médecine, la science et le bloubiboulga des collectifs, mélangeant par pur opportunisme santé des Guyanais et fond de commerce anti colonial?

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.08.2021
medecine et science

on a vu se que sa a donner, le clordecone a enpoisonner des generations, on a pas encore vu tout les cas de cancer ect... donc, non merci, vous pouvez gardez votre "medecine et science".

Répondre Signaler au modérateur
Neuf 7 Trois 24.08.2021

Rodolphe .... au secours !!!

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.08.2021
roro au secours de quoi?

a part renplir son portefuille, il a jamais rien fait. Le nouveau president rien qu'en un mois, il a prouver qu'il etait beaucoup plus a l'ecoute du peuple guyanais. roro, il etait a l'ecoute du $$$$$.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 24.08.2021
Serville pas vacciné, qu'il se taise !

Encore un élu qui lutte contre la vaccination, dans la lignée de Bolsonaro, Trump, et les autres dictateurs du tiers monde.
Je lis qu'il faudrait changer de tête à l'ars, à la préfecture. C'est un fait, mais il faudrait pas oublier de changer la tête de la ctg, d'un sénateur, et d'autres apprentis sorciers qui exercent encore la médecine du moyen âge...
Je crains le pire pour ces illuminés avec tous leurs remèdes créoles, vaudoux, ou charlatanisme, face au Covid indien qui s'installe en ce moment en Guyane.
Ils sont élus, certes, mais ils feraient mieux de la fermer un peu, le temps de protéger la population.

Répondre Signaler au modérateur
Doko 26.08.2021

Bozo le clown
Ta pensée unique,vacciné tout le monde,non merci pour ta piquouse,oui j'assume remèdes créoles, radié crapaud ke barb chat, le vaudou ne fait pas partie de la culture guyanaise,je fais ce que je veux de mon corps, il est ou Covid breton ?
Tu veux protéger la population créant des services de santé adéquate à la situation de la Guyane,

Répondre Signaler au modérateur
stone 23.08.2021
Good Morning Guyane 2

Notre président est un grand patriote. Il refuse les vaccins germano-américains, américains, anglais, russe, chinois. Il veut un vaccin FRANÇAIS quitte à aller en réanimation. Par contre, il veut bien des médicaments internationaux ????.
Le sujet de réflexion suivant : Pour ne pas dépenser l’argent de l’Etat Français, le président pourrait demander que les patients guyanais restent en Guyane et ne soient pas transférés en métropole . Cela pourrait éviter aussi qu’ils soient des cobayes (se souvenir l année dernière des essais de sérum proposés par une métropolitaine et soutenus par une partie des médecins de Guyane en continuité d’essai réalisés en métropole. Heureusement, nos responsables de la médecine politique veillaient et ont stoppé cette action inique)
À tantôt si Dieu le veut.

Répondre Signaler au modérateur
Ti-Rex 24.08.2021

Pfff, un vaccin français ! Pourquoi ne pas attendre tout simplement un vaccin 100% guyanais concocté par ces éminents scientifiques que le monde nous envie : O.Goudet et Y.Goua ? Vaccin qui, non content de protéger du Covid, apportera de surcroît la chance au jeu et fera revenir l'être aimé !

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.08.2021
technologie francaise

il est pas fou le president, y dit sa comme sa pour faire bien mais tout le monde sait que "technologie francaise" sa vaut pas grand chose comme voitures Renaut, Peugot, Citroen ect alias "controle technique jamais ok". quand on voit leur niveau comparer au top du top style Audi, sa donne encore moins confiance pour le "vaccin" lol

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
7 commentaires
3 commentaires
2 commentaires
A la une
4 commentaires
Société

Jean-Luc Melenchon en Guyane du 20 au 26 octobre

P.R - Dimanche 17 Octobre 2021

5 commentaires