• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Le pic de l’épidémie est derrière nous » d’après les épidémiologistes

Hermann ROSE-ELIE Lundi 27 Juillet 2020 - 11h22
« Le pic de l’épidémie est derrière nous » d’après les épidémiologistes
Solène Wiedner-Papin, directrice de la santé publique à l'ARS (à gauche) et Dr Cyril Rousseau, médecin épidémiologiste et resp Cellule Régionale Santé Publique France - HRE

Lors d’un point d’information, l’Agence Régionale de Santé et la délégation locale de Santé publique France sont revenus sur la situation épidémiologique de notre département.

Avec plus de 12% de la population, testés à ce jour il semble que les épidémiologistes disposent d’une plus grande visibilité sur l’évolution du Coronavirus sur notre territoire.

Ce travail est notamment possible grâce aux remontées d’informations des laboratoires, hôpitaux, des Centres Délocalisés de Prévention et de Soins et autres médecins sentinelles qui sont au contact de la réalité du terrain.

Les cas d’hospitalisations sous surveillance

Parmi ces données, on constate une stabilisation du nombre de nouvelles hospitalisations (23 par jour en moyenne) ce qui s’avère un signe fort mais il faut relativiser : « il faut s’attendre à ce que la courbe amorce très lentement sa descente avec des plateaux successifs. En clair la régression sera lente » prévient Dr Cyril Rousseau, médecin épidémiologiste responsable de la Cellule régionale Santé publique France.

Ce fameux pic épidémique attendu par certains observateurs serait donc derrière nous, plus précisément durant la première semaine de juillet selon Dr Rousseau. « Un pic suivi de deux semaines de ralentissement brutal des nouvelles transmissions et ce, malgré la conservation d’une pression de dépistage à un haut niveau ».

Les décès attribués au coronavirus

S’agissant des décès, Santé Publique France insiste : « la surmortalité observée, attribuable au coronavirus, reste cependant nettement inférieures à celle observée dans de nombreux pays lors de la première vague ».

Il convient aussi de préciser que l’état exact du nombre de personnes décédées des suites du Covid ne sera connu qu’en fin d’année.

En effet l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), est chargé de publier la synthèse des données reçues lors de chaque décès, qu’il survienne à l’hôpital ou au domicile. Tout au long de l’année, les certificats établis par les médecins après la mort d’une personne arrivent systématiquement au sein des services de l’INSERM.
Le dépistage comme arme massive

Enfin, l’une des armes majeures dans la lutte contre le virus reste sans nul doute le dépistage.

L’Agence Régionale de Santé mise désormais sur de vastes opérations menées dans les laboratoires biologiques de ville, les Drive-tests ou encore des initiatives plus ciblées, comme celles d’aller au contact des populations précaires Dans ce cas, les services sanitaires s’appuient sur une démarche d’information plus ample et une médiation en amont des tests.


Pour en savoir plus :
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

zene973 28.07.2020

Pourquoi n'avons nous pas d'informations sur le nombre de personnes qui sortent de réanimation tous les jours?

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 27.07.2020
1 question.

En rapport avec le nbre d'habitants pourquoi avons nous plus de morts en Guyane qu'en Guadeloupe et Martinique réunies ?
'' Le pic est derrière nous'' (?) mais à chaque résultat depuis plus d' un mois c'est 20 à 25% de malades des 500 à 1 000 tests effectués. Une '' stagnation, un plateau'' qui va nous conduire à 10 000 cas au mois d'aout.

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 29.07.2020

aujourd'hui c'était beaucoup moins !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
1 commentaire
9 commentaires
A la une