• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Crisa sanitaire

Le Mayouri santé Guyane toujours dans l’attente de réponses

SH Vendredi 10 Juillet 2020 - 19h19
Le Mayouri santé Guyane toujours dans l’attente de réponses
Lors de la visite d'Annick Girardin, en juin, le dialogue avait été difficile entre la représentante du gouvernement de l'époque et le MSG. Le collectif a déposé en préfecture une demande officielle pour rencontrer les trois ministres qui arrivent à partir de dimanche. - Photo d'Archives France Guyane

Une demande officielle d’audience auprès du Premier ministre et des ministres de la Santé et de l’Outre-mer, en visite officielle à partir de dimanche en Guyane, a été déposée à la préfecture par le Mayouri santé Guyane. Le collectif faisait ce matin le point sur la situation et sa vision de la gestion de la crise sanitaire.

« A ce jour, les exigences que nous avions depuis le début de la crise n’ont pas été mises en œuvre, regrette Yvane Goua, l’un des quatre porte-parole du Mayouri santé Guyane. Parmi celle-là, l’hôpital de campagne, qui n’en est pas un selon le collectif. Car, « l’Escrim n’a pas de lit de réanimation et n’est pas fait pour une hospitalisation durable. Entre-temps, le plan blanc a été déclenché. Ce que nous considérons comme un aveu d’échec et d’incapacité. Les personnels soignants sont à bout. Et on n’a pas amélioré la situation. »

Aussi, « les trois ministres qui viennent ne pourront résoudre la situation avec une baguette magique, ajoute Yannick Xavier, lui-aussi porte-parole du MSG . « Nous avons besoin de professionnels de santé pour agir sur le terrain. Nous avons besoin de finances. Si la Guyane avait déjà évolué vers un statut spécial nous pourrions la gérer nous-mêmes cette crise. »
L’exemple de la Mayenne
S’agissant des masques, le MSG regrette une nouvelle fois que la méthode de distribution repose pour beaucoup sur les mêmes personnes. Les tests ? « On nous avait dit 800 à 1000 tests par jour… c’est arrivé une seule fois. En Guyane, ce qu’on aura réussi, c’est 25 000 tests en 4 mois. Alors qu’en Mayenne, il y a quelques jours, dans un département quasi identique en termes de population à la Guyane, l’Agence régionale de santé (ARS) de Mayenne et la préfecture ont réussi à mettre en place 300 000 tests en peu de temps ! », s’étonne Yvane Goua.

L’accès à l’eau, le nettoyage et la désinfection des lieux ne sont pas jugés, non plus satisfaisants. « A la préfecture, il y a eu un cas de Covid et elle a été désinfectée. Il y a des endroits où ça fonctionne bien. Par contre, à Concorde, là où une femme est décédée, rien n’a encore été fait. » Pour les files d’attente il y a une certaine prise de conscience, mais « il n’y a pas de contrôle. Et pour la distribution de gel c’est chacun qui doit s’organiser… ». Et la porte-parole de regretter aussi « qu’on multiplie les instances mais que le problème ne se règle toujours pas. Il y a beaucoup de com’, d’agitation mais très peu d’efficacité et de réalité sur le terrain. »
« Une situation terrifiante depuis plusieurs semaines »
Éric Louis, autre porte-parole du MSG, a lui aussi fait part de « beaucoup d’interrogations. Nous attendons beaucoup du préfet Latron, le directeur de crise. Les communes de l’intérieur, isolées, connaissent beaucoup de problèmes. Les masques n’arrivent pas à Camopi, des colis de denrées ont été volés. Rien n’est vraiment organisé et ce sont surtout les associations qui sont à pied d’œuvre. » Et d’ajouter que dans certains villages, « on utilise beaucoup les remèdes traditionnels et que ça a plusieurs fois bien fonctionné. Pour un cas à Kourou, la personne était guérie au bout d’une semaine. »

« La gestion de cette crise est un échec. Ce que nous préconisons depuis deux mois, c’est la formule suivante : tester, isoler et protéger. Ce sont ces actions là qu’il faut mettre en œuvre, précise Philippe Bouba, le quatrième porte-parole. Le Premier ministre arrive à la mi-juillet alors que la situation est terrifiante depuis plusieurs semaines… la gestion de cette crise demande une énergie politique et un effort financier que l’Etat doit aujourd’hui assumer. Ni le préfet, ni la directrice de l’ARS n’ont été à la hauteur des enjeux de cette crise. »

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
15 commentaires

Vos commentaires

RAF973 12.07.2020

...nous pourrions la gérer nous-mêmes cette crise.>>
Non merci messieurs dames!

Répondre Signaler au modérateur
cap40 12.07.2020
pour parodier Audiard...

Les con(nes)ne doutent de rien c'est même à ça qu'on les reconnait...bref, s'ils volaient, ils seraient chefs d'escadrille

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 11.07.2020
Encore Eux !!!!

Mais c’est pas possible, hormis les actes de violence perpétrés (5 articles hier en Une) et le Mayouri Machin chose, y a rien d’autres à écrire.... ils ont des parts dans le journal, ce n’est pas possible,
y en a que pour eux et leurs discours indépendantiste sous couvert d’une situation de crise Mondiale,
L’un d’eux ose meme dire que si on avait le statut special on aurait pu gérer la crise nous-mêmes, ....mais avec l’argent de qui LOL,
Pas grave, c’est la France qui paye ;-) sinon c’est Haiti MDR
Enfin soyons sérieux, un collectif politique (qui n’est même pâs élu et donc représentatif) requiert une entrevue avec les ministres et ça fait une pige, on n’a pas trop vu d’article lorsque Macron (le taulier, le boss, ;-) ) avait recadré (on pourrait dire renvoyer dans ses 22 versions CAXTEX le rugbyman) le mec poursuivi pour apologie d’actes de terrorisme (Présumé innocent jusqu’à nouvel ordre).
Comment voulez vous que les Mecs qui dirigent notre nation puissent avoir du temps à perdre avec 3, 4 énergumènes qui hystérique le débat au lieu de chercher d’apaiser les choses.
Ils feraient mieux d’aller défiler pour le 14 juillet, au moins ils rendraient gloire à nos anciens,
On n’a que les élus que l’on mérite, mais on accorde aussi de l’importance à ce que l’on veut bien et dans le cas present c’est juste ridicule,

Beati pauperes spiritu


Répondre Signaler au modérateur
chris973 11.07.2020
lamentable...

Syndicalistes, épidémiologistes,indépendantistes etc... mais vous êtes qui pour exiger? vous n'avez aucune base légale, ni aucune légitimité... vous êtes justes là pour vous montrer et foutre le bordel... vous voulez rebloquer les ronds-point, vous ne faites rien pour notre Guyane... bandes d'arrivistes... vous n'êtes bon qu'a monter des komités bidons pour exister... toujours négatifs pour critiquer l'état français qui vous permet d'exister... pffff

Répondre Signaler au modérateur
timoun guyane 11.07.2020

"Si la Guyane avait déjà évolué vers un statut spécial nous pourrions la gérer nous-mêmes cette crise."

Et comment comptaient-ils faire ?
Le statut spécial ne fait pas tout ...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 12.07.2020
Discours de bon petit esclavagiste

Vous leur niez le droit à une autodétermination même pas complète au motif qu'ils ne prouvent pas à vos yeux leur capacité de gérer.

Mais oui, il n'y a que les Métro qui ont le droit de prouver leur incapacité, n'est-ce pas ?

A l'époque vos ancêtres ont justifié l'esclavage en affirmant que les Nèg ne sauraient pas se prendre en charge, qu'ils mourraient de faim sans la protection du Blanc...

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 13.07.2020
Stéréotypes et prejugés

Très limite ce commentaire, voir discriminant, vous nous aviez habitué à de meilleures réponses et avec plus d’esprit.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 14.07.2020

En quoi mon commentaire serait-il "limite ou discriminant" ?

Je m'étonne seulement que l'on puisse rejeter les revendications (le plus souvent sensées) des citoyens au simple motif qu'ils s'expriment par des "Mayouris".
Ils ne sont pas plus bêtes que des politiciens en vogue et certainement moins responsables de l'état lamentables des choses.
On pourrait insulter quiconque de la même façon, vous et moi inclus : "vous ne représentez rien, vous n'êtes pas élu et vous êtes bête. Alors fermez vos gueules"

Et anonyme, à la différence des Mayouris...

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 14.07.2020
Demonstration

En stigmatisant le « metro » (dont certains en remarques font partis de Mayouri ou autres collectifs), en assenant vos ancêtres avec le parallèle de l’esclavagisme, c’est l’action de généraliser, de discerner, de distinguer les choses les unes des autres avec une intention marquée de discriminer.
Donner moi la definition d’un metro, d’un créole, d’un guyanais, je ne vois que des citoyens français porteurs d’une histoire qui n’a pu se construire sans la complicité des bourreaux et victimes.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 14.07.2020

Personnellement, mes ancêtres étaient des paysans de montagne qui ont découvert qu'il existait des Noirs en effectuant leur service militaire. Ils ont été très surpris d'apprendre que des Noirs d'Afrique vendaient leurs cousins, qu'ils destinaient à l'esclavage.
Mais ils n'ont pas été si choqués que ça car ils étaient très croyants (et surtout naïfs) et que la religion était la plus véhémente à justifier l'esclavage et la hiérarchisation des races.
Alors, puisque Mr le curé affirmait que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
A la une