France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le Conseil scientifique prône le maintien de la quatorzaine en Outre-mer

Marc ARMOR Dimanche 17 Mai 2020 - 10h24
Le Conseil scientifique prône le maintien de la quatorzaine en Outre-mer

 L'efficacité de la quatorzaine dans la lutte contre le Covid 19 est avérée pour le Conseil scientifique. Il conseille son maintien en Outre-mer, selon 3 options.

Le Conseil scientifique, qui s'inquiétait depuis des semaines d'une possible flambée de l'épidémie de Covid dans nos territoires ultramarins, a fini par se rendre à l'évidence : il a constaté que, si l'on excepte Mayotte, l'épidémie était en régression, voire terminée, dans les outremers français.

C'est ce qui ressort de son avis du 13 mai, dans lequel il pointe du doigt l'efficacité des mesures prises et conseille notamment le maintien de la quatorzaine.

« L’isolement des personnes infectées et le suivi de leurs contacts ont aussi été mis en place, rappelle le Conseil. Toutes ces mesures combinées ont globalement été efficaces et ont limité l’épidémie, permettant maintenant d’envisager un déconfinement prudent dans la plupart des territoires d’Outre-mer ».

Mais dans le cadre de ce déconfinement, la quatorzaine reste de mise. « La sécurité sanitaire des territoires ultramarins nécessite d’identifier et isoler immédiatement les arrivants ayant des symptômes évocateurs de Covid, et d’avoir recours à une mise en quarantaine et à un dépistage systématique du virus chez les autres voyageurs ».

Il recommande donc trois options de quarantaine et de dépistage des voyageurs.
Trois options
La quatorzaine en structure dédiée « est actuellement pratiquée dans plusieurs territoires d’Outre-mer.
Cette stratégie est celle qui assure la meilleure prévention de l’introduction de nouveaux cas de Covid dans les territoires. Elle est à privilégier, autant que possible, au regard de l’impératif de sécurité sanitaire ».

Mais avec l’augmentation du flux des voyageurs, « les infrastructures d’accueil dédiées ne seront plus suffisantes partout pour accueillir tous les arrivants. En présence de bonnes conditions d’accueil à domicile — permettant la distanciation physique et le respect des mesures barrières — une quatorzaine à domicile supervisée sera une option possible ».

Dernière solution possible enfin, « mettre en place une période de confinement strict à domicile de sept jours avant le voyage, suivie d’une période de confinement strict à domicile de sept jours à l’arrivée en outre-mer ».

Le Conseil scientifique considère cette option comme acceptable mais attire l’attention sur « un risque accru de Covid, si elle n’est pas appliquée strictement, et sur le risque lié à la rupture de la quatorzaine lors du déplacement ».
Épidémie en régression
Le Conseil scientifique distingue à trois groupes de territoires connaissant des situations épidémiques différentes : « épidémie en phase croissante » à Mayotte, « épidémie en régression » en Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Guyane, La Réunion et la Polynésie et « pas ou plus d’épidémie » à Saint-Barthélémy, en Nouvelle-Calédonie, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna.

 Selon le Conseil, « il est possible d’envisager la disparition des cas de Covid dans les semaines ou mois à venir.

La priorité, en cette période de déconfinement progressif est alors de ne pas relâcher, voire de renforcer, le dispositif sanitaire actuel de dépistage, isolement des malades et suivi actif des personnes contacts, tout comme en métropole ».

Le Conseil scientifique recommande de « n’accroître la fréquence des transports de voyageurs, qu’à partir du mois de juin, en privilégiant les rapprochements familiaux et les déplacements professionnels ».
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

bozo 17.05.2020
UNE MESURE A HAUT RISQUE

« mettre en place une période de confinement strict à domicile de sept jours avant le voyage, suivie d’une période de confinement strict à domicile de sept jours à l’arrivée en outre-mer ».

ce serait négliger le risque très élevé de contamination durant le trajet, tant vers que dans l'aéroport et surtout dans l'avion. C'est aussi négliger le risque d'écart des confinés avant leur départ, ce n'est pas une bonne solution...

Tout voyage vers les DOM devrait être soumis avant le départ, d'un accord du voyageur d’accepter une stricte quarantaine imposée à son arrivée.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 18.05.2020
La Guyane personne ne vous croira !

Tout à fait d'accord, il faut soumettre ces visiteurs à une quarantaine sérieuse, disons jusqu'en septembre, puis à cette date les renvoyer chez eux.
Un ti'punch de bienvenue à l'arrivée et un ti'punch de l'amitié au départ.
Entre les deux, bouclés à l'hôtel de Sinnamary, hips !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une
2 commentaires
1 commentaire