France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le Brésil entre dans une crise politique alors que la Covid-19 progresse

Abinoan Santiago & P.R. Lundi 1 Juin 2020 - 08h28
Le Brésil entre dans une crise politique alors que la Covid-19 progresse
Ce dimanche 31 mai, des manifestions contre le président ont eu lieu à São Paulo et à Rio de Janeiro

Le Brésil entre dans une nouvelle crise après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ait déclaré que le pays était un nouvel épicentre du coronavirus en Amérique du Sud. Des manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs villes dimanche 31 mai pour protester contre ou en faveur du gouvernement d'extrême droite du président Jair Bolsonaro.

 La crise politique a bel et bien débuté au Brésil, après que Jair Bolsonaro ait défendu la fin du confinement et la relance de l'économie, allant ainsi à l’encontre des recommandations de l'OMS. La position du président a provoqué le départ de deux ministres de la santé en moins d'un mois, en mai.

Une crise politique qui s'est intensifiée après que la Cour suprême du Brésil ait ordonné une opération de police le 27 mai dernier contre des blogueurs et sites web auteurs de fake news en faveur du président.

La Cour suprême a également enquêté sur le fils du président Bolsonaro pour avoir participé à un groupe créé pour diffuser des fake news de l'intérieur du palais Planalto, siège du gouvernement.

L'opération policière a mis en colère Bolsonaro, qui a enflammé ses partisans pour défendre ses alliés. Le même jour, le président a déclaré: "Tout indique une crise institutionnelle".

Une manifestation appelant au soutien de Bolsonaro a eu lieu hier, dimanche 31 mai, réclamant la fermeture du Congrès national et de la Cour suprême de justice. Les manifestants pro-Bolsonaro ont également appelé à une intervention militaire, ce qui est interdit par la Constitution brésilienne.

Bolsonaro enflamme ses partisans contre le Congrès national de Brasilia -


Le juge de la Cour suprême du Brésil, Celso de Mello, aurait comparé le mouvement du président Bolsonaro avec le nazisme d'Adolf Hitler. Le juge n'a pas non plus exclu la possibilité que le gouvernement d'extrême droite de Bolsonaro veuille implanter une dictature.
«On dirait que le Brésil est sur le point d'exploser. Il faut résister à la destruction de l'ordre démocratique », aurait déclaré le juge à ses confrères de la Cour suprême de justice.
Les fans de football se heurtent à Bolsonaro
Au même moment, des manifestations contre le gouvernement de Bolsonaro ont été menées par des supporters de football, sport le plus populaire au Brésil, « en faveur de la démocratie ».

Ces manifestations ont eu lieu à São Paulo, avec la participation de fans des clubs Corinthians et Palmeiras, sur l'Avenida Paulista, dans le centre-ville. La manifestation a rassemblé des centaines de personnes.

À Rio de Janeiro, une manifestation contre le président a eu lieu sur la plage de Copacabana et a réuni des fans de Flamengo, le club qui compte le plus de fans au Brésil.

Dans les deux manifestations,des confrontation entre les supporters et les agents de la sécurité publique ont éclaté.

Même les fans de football ont manifesté contre Bolsonaro -


Selon le politologue Abraham Guedes, c'est la première fois que le gouvernement brésilien fait face à une crise avec des manifestants qui protestent contre Bolsonaro depuis le début de la pandémie de Covid-19. «Cela pourrait représenter un jalon pour la continuation du président Bolsonaro au pouvoir. En 2013, Dilma Rousseff a été destituée de la présidence après que la population soit descendue dans la rue pour protester contre le gouvernement », a expliqué le politologue à France-Guyane.
La crise politique se produit alors que la Covid-19 progresse au Brésil
Au moment où le Brésil semble entrer dans une grave crise politique, le pays bat des records de décès dûs à la Covid-19. Le 31 mai, le pays avait atteint 28 834 décès, devenant ainsi le quatrième pays le plus touché par la maladie dans le monde, dépassant la France, qui a enregistré 28 805 décès, selon un rapport de l'Université Johns Hopkins.

Selon les dernières mises à jour du ministère de la Santé, le Brésil a enregistré 33 274 cas de covid-19 et compte désormais 498 440 cas confirmés.

En Amapá, 9 602 cas ont été confirmés depuis le début de la crise, pour 222 décès, selon les données officielles de dimanche. A la frontière avec Saint-Georges, Oiapoque en compte 285.

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

siage 01.06.2020

"Même les fans de football ont manifesté contre Bolsonaro"
Les fans de football veulent refaire le mouvement contre la dictature militaire (avant 1984), en particuliers les fans de corinthians (l'équipe qui avait pour capitaine Socrates).
Ce mouvement se nommait "Diretas Já"
Socrates, son équipe et les suporters manifestaient lors des matchs de foot pour réclamer la démocratie.
En ce moment ils recommencent avec les fan de Palmeiras contre la dérive extrème droite de Bolsonaro

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 01.06.2020

Comme Trump il va prospérer et sera réélu. Le monde s'enfonce dans la médiocrité, on est devenu médiocres, on a les dirigeants qu'on mérite.
Aucune raison de se plaindre.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
5 commentaires
1 commentaire
A la une