• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Lacombe écartée, Raoult consulté

SH Mercredi 1 Juillet 2020 - 16h53
Lacombe écartée, Raoult consulté
Quelques médecins et scientifiques ont pu échanger ce matin, avec le professeur Raoult. - Photo SH

Hasard ou non du calendrier, quelques heures seulement après avoir contestée la venue en Guyane du professeur Karine Lacombe, partisane de l'essai clinique Coviplasm, le président de la Collectivité territoriale Rodolphe Alexandre, consultait ce matin, entouré de scientifiques et médecins, le professeur Didier Raoult, infectiologue de renom, principal promoteur de l’hydroxychloroquine en France.

Le match que se livrent à distance Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine de Paris, et Didier Raoult, patron de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille, se joue aussi en terres guyanaises. La présence de la première est jugée indésirable du point de vue des politiques (son arrivée est initialement programmée pour demain, avec d'autres renforts). Le second était ce matin l'invité, en visioconférence, de Rodolphe Alexandre, dans les locaux de la Collectivité territoriale, à Cayenne. Et comme l'a rappelé le président de la CTG : « Je maintiens ce que j’ai dit, la méthode proposée par le professeur Lacombe est intolérable. Pas digne du peuple de la Guyane. Nous n’avons pas été consultés. Aussi parce qu'il n’y pas de centre de transfusion sanguine en Guyane. »
Un éclairage
Durant plus de 30 minutes, l'infectiologue marseillais, principal promoteur de l’hydroxychloroquine en France, a pu s'exprimer et échanger, en direct, avec les médecins et scientifiques réunis autour de Rodolphe Alexandre. Des échanges jugés « intéressants pour savoir comment soigner les patients du covid-19 », commente Vincent Goujon, directeur de l'antenne locale du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). « Le professeur Raoult fait partie des contacts noués dans le cadre de la pandémie. Beaucoup de médecins en Guyane ont déjà travaillé avec lui. On voulait qu’il nous apporte un éclairage sur la méthodologie en termes de soins. Notamment sur la chloroquine », ajoute Rodolphe Alexandre.
Et la chloroquine ?
Côté médecins, le Dr Antoine Burin dit être « très intéressé par ce que nous a proposé le professeur Raoult, sa démarche. Nous sommes là pour prendre tous les avis s’intéresser à toutes les démarches possibles et imaginables. » Sur le sujet de la chloroquine, « on attendait de lui des précisions sur le plan médical et scientifique. Sur sa démarche qui se concentre plus sur le soin que l’expérimentation. Les Guyanais ont besoin de soins, de stratégie… de profiter de l’expérience d’autrui… du professeur Raoult mais aussi des Coréens, des Chinois […] On est en phase avec sa façon de voir les choses. La chloroquine semble avoir eu des effets intéressants. Certains utilisent depuis de nombreuses années cette molécule. Elle est autorisée, même si l’organisation du soin est particulière. Il faut faire confiance à nos médecins. »


Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

Didy20 03.07.2020

RAf973, jesaispas,mikeromeo,Affreux.
Oui et alors?
Quel guyanais est parti s immiscer dans l initiative des élus français au sujet de leur protocole?
Toujours à vouloir enlever la poussière dans les yeux du voisin.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 02.07.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Roche 02.07.2020

Bonjour Monsieur,
Êtes vous prix Nobel de médecine afin de vous permettre de critiquer le meilleur infectiologue mondial.
Des personnes incompétentes comme vous remplissent actuellement les plateaux de télévision ,vous auriez sans doute une chance de vous retrouver devant les caméras avec les pieds nickelés.
Le traitement du professeur Raoult soigne 91% des personnes malades de la Covid 19 , surtout ne suivez pas son protocole mais laissez les autres se soigner ! Ah , j’ai compris , vous devez travailler avec les labos !

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 02.07.2020

Mais ou on va avec ces politiques ??? Direct au cimetière. Bientôt ils vont nous proposer des baclous (( produit bien local et amazoniens) comme remède !!! Il va y avoir des plaintes de déposées.... Si vouloir faire bénéficier la Guyane du covidplasm c'est lui manquer de respect alors nous citoyens on nous considère comme quoi ??? Il est qui Alexandre pour décider ce genre de choses ??
Rodolphe, Georges et Anbtoine,ne jouez pas avec nos vies !!

Répondre Signaler au modérateur
jesaispas 02.07.2020
hydroxichloroquine

je ne comprend pas le haut conseil scientifique n a t il pas interdit l'usage de l hydroxichloroquine ? voir article ce jour sur le coviplasm.
Et nos élus consultent le professeur Raoult dont le traitement repose sur cette molécule ?????
Bientôt ils vont faire venir la tisane de Madagascar

Répondre Signaler au modérateur
PSG 02.07.2020
Pourquoi pas?

Pourquoi ne pas les laisser faire ce qu'ils veulent en Guyane? Qu'ils prennent la Chloroquine a la louche et on verra combien de morts il y en a?

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 02.07.2020

"La chloroquine semble avoir eu des effets intéressants"
"semble avoir"

Répondre Signaler au modérateur
tronoki 01.07.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 01.07.2020

Même si Mme Lacombe a été aussi fine qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine, j'aurais apprécié que M. Le Président Alexandre ne prenne d'autre parti dans cette affaire, que celui d'offrir toutes les opportunités possibles aux Guyanais.
Il aurait par exemple pu fournir à l'hôpital des médiateurs pour que les locuteurs de toutes nos langues puissent donner leur consentement éclairé.
Ce refus ressemble plus à une capitulation devant la démagogie de personnes ayant leur propre agenda et qui font beaucoup de battage, qu'à une décision scientifiquement éclairée.
Je suis déçu.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
6 commentaires
A la une