• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Guyane menacée de privation de libertés publiques jusqu’au 30 octobre

FXG Mercredi 17 Juin 2020 - 13h27
La Guyane menacée de privation de libertés publiques jusqu’au 30 octobre

Le texte de loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire permettra au Premier ministre, jusqu’au 30 octobre, de rétablir le confinement, d’interdire les rassemblements, la circulation ou le commerce en Guyane s’il estime que la crise sanitaire l’exige. Nos explications. 

 Le projet de loi sur l’organisation de la sortie de l’état d’urgence sanitaire dont l’examen a débuté ce mercredi 17 juin vise à créer d’ici au 30 octobre une période transitoire conduisant à terme à une sortie de l’état d’urgence sanitaire.

Cet état d’urgence instauré par la loi du 23 mars doit prendre fin le 10 juillet, mais le gouvernement a préféré à une sortie sèche une période transitoire, à cheval entre le droit commun et l’état d’urgence. Cela veut dire que jusqu’au 30 octobre, selon la situation post-épidémique, le Premier ministre aura le pouvoir de remettre en cause certaines libertés fondamentales comme le droit de circuler des individus et des véhicules, de commercer ou de se rassembler.

Cela pourrait concerner plusieurs endroits du territoire où la situation serait jugée « complexe », selon le rapporteur du projet de loi, Marie Guevenoux (LREM) qui a cité l’Occitanie, le Val d’Oise et, dans les Outre-mer, Mayotte et la Guyane.

Dans ces territoires, le Premier ministre pourra appliquer les mesures qu’il pouvait prendre pendant la période d’état d’urgence sanitaire comme les quatorzaines ou le confinement.

Une motion de rejet, déposée par le groupe socialiste, a été repoussée par la majorité présidentielle. Les débats qui ont suivi sur le texte en lui-même ont montré là encore tous les groupes politiques, y compris le groupe Écologie Démocratie Solidarité, dissident récent de LREM, s’opposer à LREM et au MODEM, soutiens du projet de loi.

Lors des explications de vote de la motion de rejet, le député Remi Rebeyrotte (LREM) a indiqué : « La situation est sensible en Guyane, mais un dérapage est possible. » Le débat devait s’achever mercredi soir par une adoption sans surprise, avant de se poursuivre au Sénat.
 
Serge Letchimy (PS Martinique) est intervenu lors des amendements en ce moment pour exiger les tests à l'arrivée et au départ.
De même, Gabriel Serville (GDR) a pris la parole pour rappeler les conséquences dramatiques de la Covid19 dans le monde économique. Même s'il admet que la nécessité de restreindre les libertés peuvent être "frappées de bon sens", il a plaidé pour un plan de lutte et de prévention contre la Covid19 en Guyane et à Mayotte pour aider ces territoires à ne pas sombrer davantage.
 
 

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Etoile Piti 18.06.2020
Heureusement!

Cette mesure permet surtout des interventions divers, des moyens et des fonds pour soutenir la Guyane, ce n'est pas une atteinte à la liberté, mais bien de préserver la liberté de rester en vie!
Cette mesure préservera aussi les plus démunis...
L'évolution de l'épidémie est une urgence sanitaire réelle, quoi qu'en disent les pleurnicheurs qui ne pourront pas boire un coup ou faire la fête, se déplacer comme ils veulent, et qui ne regardent que leur nombril...
Que leur faut-il? Des morts dans leur famille pour réfléchir?
Que souhaitent-ils? Des orpailleurs illégaux partout, des soignants malades qui ne pourront plus assurer les soins? Des caissières qui crèvent pour les avoir servis?
On a tous à être responsable pour nos familles, nos amis, nos collègues et pour tous ceux qu'on ne connait pas, qui ne méritent pas d'être malade ou d'en crever....
Là, les hôpitaux ne pourront pas suivre en continuant comme ça...
Une semaine de reconfinement total serait bienvenu pour ralentir l'épidémie et la connerie humaine, et chaque fois qu'il serait nécessaire de l'imposer.


Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 17.06.2020
Hôpital militaire de campagne

Y en a-t-il un prêt à nous être envoyé ?
Combien de temps faut-il pour le déployer chez nous ?

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa 17.06.2020

Vous ne le méritez pas. Vous qui crachez à longueur de temps sur la France...

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 18.06.2020

Ah oui ? Vous pouvez me citer disant du mal de la France ?

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 18.06.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 18.06.2020

Encore une fois, pouvez-vous me citer une seule phrase que j'aurais écrite en faveur de l'indépendance ?

Répondre Signaler au modérateur
Loveyana 19.06.2020

C'est qui ce Trokonar ? Pour sa gouverne, cela fait déjà des années que rien ne va en Guyane, et on ne peut pas dire que les GUYANAIS y soient pour quelque chose, car les GUYANAIS sont et je vais lui apprendre quelque chose des gens FORMIDABLES et une minorité en Guyane à recevoir les prestations sociales dont il parle, mais ce Trokonar sait-il seulement de quoi il parle ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
5 commentaires
A la une