France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
covid-19 — consommation

L'approvisonnement en masques toujours au compte-gouttes dans les pharmacies

SH Jeudi 28 Mai 2020 - 05h01
L'approvisonnement en masques toujours au compte-gouttes dans les pharmacies
L'approvisionnement en masques ne devrait plus être un problème d'ici quelques temps. - Photo illustration DR

Ce ne sera sans doute plus un problème d'ici deux ou trois semaines, mais l'acheminement des stocks de marchandises (masques alternatifs ou masques chirurgicaux) ne permet pas d'approvisionner, de façon voulue, les pharmacies ainsi que les enseignes de la grande distribution. Les stocks s'épuisent encore très rapidement.

« On commence à être approvisionné depuis la semaine dernière, mais c'est toujours au compte-gouttes », prévient Liliane Pognon, présidente du Syndicat des pharmaciens de Guyane. « Mais une fois mis en vente, ça ne dure pas longtemps. J’ai fini mon stock hier soir. J’avais reçu des masques alternatifs, lavables et réutilisables. Je les vendais par quatre. J’en avais 800. »

Et la pharmacienne de préciser « qu’on a tous commandé à différents fournisseurs. J’en ai cinq à moi seule, mais j’aurai pu en avoir dix. Ce ne sont pas forcément les commandes les plus anciennes qui arrivent en premier. C’est la dernière commande que j’ai passée qui est arrivée la première, par messagerie. Je l’ai reçue en moins d’une semaine. » Le problème, ajoute-t-elle, « c’est que l’acheminement et la distribution fonctionnent mal en Guyane. Le fret est toujours au ralenti. C’est compliqué pour les transporteurs. »

De nombreux cartons de masques sont donc déjà arrivés mais toujours en phase de dédouanement. Liliane Pognon voit cependant la suite avec beaucoup d’optimisme. « Aujourd’hui, il n’y a plus trop d’inquiétude pour l’approvisionnement dans les semaines qui arrivent. Et logiquement, comme les choses se calment un peu en Métropole, les départs de marchandises vers la Guyane ne seront pas coincés. »
Des masques lavables 30 à 50 fois dans les supermarchés
A la question de savoir si les commandes groupées de pharmaciens n’auraient pas été la solution, elle répond que non. « Plus les quantités sont grandes et plus c’est compliqué. Avec les gros volumes, il y a un réel problème d’acheminement du fret. Et le fret est aujourd’hui surtout prioritaire pour les denrées alimentaires. »

Du côté des grandes surfaces, les ventes de masques ont démarré le 15 mai, comme l’indique de son côté Gilles Klaus, directeur du Carrefour Matoury, zone Terca. « Nous avions reçu 32 000 masques en tissu, fabriqués en France, lavables 50 fois. Tout est parti en trois jours. Nous sommes en cours de réapprovisionnement, avec une commande de 100 000 masques chirurgicaux, qui doit arriver cette semaine », précisait-il lundi.

Un peu plus loin, le long de la 2X2 voies, l’Hyper de la zone Collery, a mis en vente il y a une dizaine de jours quelque 30 000 masques, aussi en tissu, lavables 30 fois. « Ce sont des masques fabriqués en Allemagne. On a voulu que les consommateurs s’équipent au moindre coût. C’est pourquoi nous avons choisi ces masques composés de cinq filtres et réutilisables », explique Jan Du, patron de l’enseigne U en Guyane.
« Pas la solution la plus écologique »
« Les masques jetables reviennent plus chers à l’achat. Ils ne durent que 4 heures. Et ce n’est pas non plus la solution la plus écologique. » Néanmoins, les magasins U ont choisi « pour notre personnel, pour des raisons pratiques des masques chirurgicaux pour le travail dans les supermarchés. Ça évite que les personnes les oublient à la maison, oublient de les laver. Ils en ont deux pour la journée et les jettent une fois utilisés. Sinon, nous leur avons aussi proposé des masques en tissu, mais pour chez eux. »

Même si l’attente de l’approvisionnement a été difficile au départ, en pharmacie comme dans la grande distribution, « les clients sont restés compréhensifs et patients », commente Liliane Pognon. « On essaye de mesurer les quantités achetées. Et on leur explique que ça va arriver au fil de l’eau. Prenez ce dont vous avez besoin dans l’immédiat et les réassorts se feront quand ça va se débloquer. » A Hyper U, Jan Du rappelle que « les masques sont disponibles au niveau de la ligne de caisses car on ne veut pas, non plus, que les gens abusent en en achetant de trop grandes quantités pour alimenter d’éventuels trafics ».

Les cas à Saint-Georges « ont accéléré une demande qui était déjà très forte, note la pharmacienne. Mais il n’y a plus trop d’inquiétude pour l’approvisionnement dans les semaines qui arrivent », insiste-t-elle.


Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 28.05.2020
Difficulté sur Cayenne

Alors dans l'ouest... C'est toute une histoire. Super U en vend 4 maxi par personne à la caisse. Annoncé 60cts par la caissière il coûte 3,50 pièce quand tu regardes sur le ticket. Masque lavable.
De toute façon dans l'ouest aucun cas de covid19 depuis des semaines, c'est magique !

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 28.05.2020

Sachant qu'il est lavable et qu'il est accompagné de 4 ou 5 filtres supplémentaires, plus de 4 c'est pour faire quoi ? Du marché noir ?
Dans l'Ouest il n'y a pas de cas de corona pour l'instant, on est loin du Brésil, "pourvou que ça doure" comme disait la mère de Napoléon !

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 29.05.2020
Ne pas faire l'autruche

Dans l'ouest trop peu de cas testés pour avoir un véritable aperçu du nombre de cas, je pense.
Pas d'hôpitaux à Albina, médecine locale et d'autres raisons doivent l'expliquer.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
4 commentaires
A la une